Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour En Savoir Plus Sur Nous...

  • Section de Toulouse-Languedoc d'Action française
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.

Pas d'exclusive chez nous... sauf contre l'Anti-France!

Tout ce qui

est national

est nôtre.

Le Duc d'ORLEANS.

Vous Cherchez, Nous Trouvons!

"Que faire?" La réponse de Maurras!

"Pas de doctrine

sans action,

pas d'action

sans doctrine!"

(MAURRAS)

 

Archives Militantes De L'action Française-Toulousain Depuis 2007!

6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 09:00

En ce quatre-vingt-deuxième anniversaire du soulèvement nationaliste et social du 6-Février 1934, il est hilarant de lire dans Le Figaro des articles dénonçant la mainmise des dynasties bourgeoises sur la vie économique et culturelle du Pays au détriment du Peuple. Celles-là même qui ont la bouche pleine de "valeurs" ("cathos", "républicaines", boursières, elle ne sont jamais définies), mais qui s'accommodent bien de la République! Pour sa part, l'Action française-Toulouse a toujours dénoncé leur hypocrisie, et pas qu'au niveau parisien du C.A.C. 40!

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

L'interviouve timide du Figaro:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/16/01016-20150916ARTFIG00134-les-dynasties-ne-sont-jamais-aussi-bien-portees-dans-notre-pays.php

Une des écuries de la reproduction sociale et du mondialisme:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/16/01016-20150916ARTFIG00133-l-ecole-bilingue-montessori-a-paris-la-nouvelle-maternelle-des-enfants-du-cac40.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/04/01016-20160104ARTFIG00147-les-ecoles-montessori-seduisent-de-plus-en-plus-de-celebrites.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Politique sociale
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 09:00
En cette "journée de la femme", nos lectrices qui connaissent l'anglais trouveront intérêt à lire ce récent article, qui démontre le caractère néfaste et profondément antiféminin des magazines dont elles se farcissent le cerveau!
A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc
Fashion mags fail to empower

Highly eroticised glossy women's magazines are dragging girls back to the bad old days of misogynist stereotypes.

 

"A few weeks ago American journalist Noah Berlatsky set off a firestorm of controvery by defending highly eroticized fashion magazines. To build up his case, he claimed that homoerotic attraction between women was a “normal” component of female friendship in Victorian England.

 

"With a final brandish, he made a clarion call to revisit the question of feminine desire, shifting women from “the looked at” to the “looker” to make women feel powerful.

 

"How ignorant he is of real women.

The reason images in men's magazines often look like images in women's magazines is that, despite the different audiences, they are both doing more or less the same thing. They are making women sexual objects, and serving them up to satisfy, or more likely to provoke, the desires of their readers.

 

"Although in this case:

Women get to be in the position of power, looking at and consuming bodies displayed expressly for them.

 

"The article, which garnered hundreds of comments and thousands of shares, leaves much to be desired. For example, didn’t our feminist fore-mothers fight against such exploitation when they resisted patriarchal systems? Or perhaps women have bought into this flawed standard, eager to play with the boys.

 

"Either way, philosopher Immanuel Kant’s categorical imperative affirms that man is a rational creature that must never be used as a means to an end. Until very recently, we understood this, and a shroud of secrecy cloaked the objectification of women (there is a reason why X-rated videos were sold in paper bags and men hid Playboy under the bed.)

 

"The attempt to hide such practices alluded to a common societal standard that agreed upon the moral shortcomings of objectification.

 

"But now, Cosmopolitan’s annual “Sex Issue” meets dismissive smirks (despite boasting 99 Sex questions answered in 20 words or less) as fashion magazines are increasingly pornographic (Cosmo’s most recent issue promises foolproof instruction on “how to talk dirty... without sounding ridiculous.”)

 

"The problem is that erotic magazine images are Photoshopped to perfection, unachievable at best, sterile at worst. It’s not that they show “too much,” but that they show “too little” – too little of the person, too little respect. These images fragment the person, elevating body image as the measure of worth for the person and the attainment of “nabbing and keeping a man” the only laudable goal.

 

"The result is harm, both for men and women who participate; the body becomes a tool to be utilized just to get or achieve something else: a pay raise, the front of the line, free drinks, a high-status significant other, pleasing your man.

 

"But self-loathing sets in when that “tool” - their appearance - fails to achieve (enter sad break-up music). Women feel “not good enough.”

 

"This is happening all around us. Women find themselves feeling inadequate and their perception of what is desirable narrows. Dr Susie Orbach noted in her comments to the revolutionary global 2004 Dove Real Beauty study, “When it comes to strictly physical attributes, the images of manufactured femininity are rejected as being too narrow, as inauthentic and as insufficient.” By ogling images that are devoid of life, personality, and all-too-predictably-one-note, women’s endless pursuit of an elusive standard winds up being, frankly, exhausting.

 

"Berlatsky said that society is far more accustomed to positioning women as “those looked at” instead of “the looker.” It is empowering for women to experience being “the looker” as the subject, not the object, he said. But, The Body Project at Bradley University found that 70 percent of women reported feeling depressed, guilty, and shameful after only three minutes of reading a fashion magazine. And the American Medical Association cited a large body of research linking eating disorders to media-propagated images, and called for the cessation of exposure to images portraying models with body types only attainable with the help of photo-editing software.

 

"What women truly desire is for magazines to spend less time telling them how they should be and more time celebrating who they are. To offer them more diverse, holistic options that portray the myriad of complexities that make up their lives. To offer a fresh standard of beauty that doesn’t disintegrate their lives or exploit their sexuality. To posit a more holistic standard for a thriving life beyond sex tips and “pleasing your guy.” That would make women feel truly empowered.

 

"But what do I know? I’m just a woman."

 

Ashley Crouch is the PR Manager and Contributing Editor of Verily Magazine. She lives in Manhattan.

 

Source: http://www.mercatornet.com/articles/view/fashion_mags_fail_to_empower

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 09:00

Au_boulot.jpg

L'éducation de nos enfants n'est pas une marchandise! (photo D.R.)

 

On lira ci-après une passionnante interviouve de l'enseignant et essayiste de Gauche bien connu Jean-Paul Brighelli, auteur de La Fabrique du crétin et autres ouvrages, qui n'a pas vieilli. Dans le respect absolu de nos différences, la section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française se déclare entièrement d'accord avec son analyse réaliste des maux dont souffre l'enseignement actuel et avec ses propositions concrètes pour ressusciter une élitisme scolaire profitant pleinement au peuple de France.

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

 

"Jean-Paul Brighelli est professeur en classes préparatoires. Il a publié plusieurs ouvrages pédagogiques à destination des lycéens et étudiants en lettres. Le grand public l'a découvert en 2005 grâce à la parution de l'ouvrage intitulé La fabrique du crétin, suivi ces dernières années par les livres A bonne école, Une école sous influence et Fin de récré. Dans ses ouvrages et sur son blog (bonnetdane.midiblogs.com), il cherche à déterminer "les dysfonctionnements de l'Education nationale", et tente de "donner des solutions pour une école de demain".

"Voici les réponses qu'il a bien voulu nous faire parvenir par mail au questionnaire que nous lui avons adressé en août 2008 :


1) Jean-Paul Brighelli, qu'est-ce qui motive votre engagement contre l'état actuel du système éducatif ?

R: Le sentiment d’avoir été, et avec moi tous ceux de ma génération, un favorisé : favorisé par un système (celui des années 50-60) qui avait fait de l’élitisme républicain le moteur de l’ascenseur social (je sortais d’un milieu fort peu favorisé, comme je l’ai raconté dans la Fabrique du crétin, je vivais dans de grands ensembles – dans le XIIème arrondissement de Marseille – qu’on appellerait aujourd’hui criminogènes, nous étions très nombreux dans ma génération (et tant pis pour ceux qui croient que la massification est un concept moderne), mais l’Ecole – et rien d’autre – nous offrait une chance. La même chance qu’elle avait offerte dans les années 20-30 au petit Camus, enfant sans père, pauvre parmi les pauvres d’Alger. La méritocratie se combinait alors avec un enseignement de masse.

"Et j’ai réalisé, quand j’ai été nommé en ZEP vers la fin des années 80, que l’Ecole qui m’avait formé était sciemment détruite.

"Dans un premier temps, j’ai fait comme trop souvent les enseignants : j’ai travaillé dans mon coin, de mon mieux, pour former les élèves qui m’étaient confiés. Puis j’ai réalisé qu’il fallait se battre à une plus grande échelle.



2) Quelles sont les trois réformes concrètes que vous aimeriez voir mises en place dans l'Education Nationale ?

- La fin du collège unique : il est évident que l’égalitarisme qui le sous-tend a généré plus d’inégalités que l’élitisme le plus strict. Le fait que ces deux grands gauchistes qui avaient nom René Haby et Valéry Giscard d’Estaing en aient lancé l’idée et la réalisation aurait pu mettre la puce à l’oreille de toutes les belles âmes de gauche qui aujourd’hui en font l’alpha et l’oméga du système. Surtout, la fin du collège unique, combinée à une orientation intelligente, permettrait la revalorisation des sections techniques, trop souvent voies d’orientation par défaut. Je n’aurais rien eu contre l’actuelle réforme des Bacs pro, si en même temps le ministère avait eu le courage de créer, en amont, des préparations au BEP dès la fin cinquième, et, en aval, une sélection sérieuse qui permettrait effectivement aux meilleurs des bac-pro de s’inscrire et de suivre en BTS, jadis créés pour eux, et aujourd’hui trustés par les sections « classiques ».

- La suppression de la Seconde indifférenciée : il faut bien voir qu’on a pensé cette fausse solution quand on a fait – au début des années 80 – le bilan du collège unique : pour que tout le monde suive, on a baissé le seuil d’exigence au collège, on a donc imaginé une Troisième-bis pour opérer un tri qui se faisait autrefois au Brevet. Un tronc unique, avec des options sérieuses, en petit nombre : voilà le lycée le plus rationnel, à l’opposé de ce qui se prépare.

- Admettre une fois pour toutes que le Bac est un examen de fin d’études, et non le premier degré du Supérieur, et laisser en conséquence les facs opérer le tri qu’elles veulent – en fonction des résultats, et non du montant des droits d’entrée. De même, je ne conçois pas l’obtention de bourses sur un autre critère que le mérite – d’où ma proposition, dès A bonne école (et réitérée dans Fin de récré) d’une restauration de l’IPES, ce concours qui permettait aux meilleurs étudiants d’être payés à hauteur du SMIC durant leurs études, en échange d’un engagement à servir l’Etat dix ans.



3) Quels conseils adresseriez-vous aux jeunes professeurs qui effectueront leur première rentrée en septembre 2008 ?

"Du passé faites table rase : oubliez les bons conseils des IUFM, et comptez essentiellement sur vos savoirs : ils sont très souvent la garantie du respect des élèves. Bien sûr qu’il y a des trucs pour se faire obéir d’une classe dans la première heure (et, conséquemment, dans les semaines et les mois à venir). Mais ne vous affolez pas, ça viendra (et, en cas, n’hésitez pas à demander à vos aînés : les profs restent trop souvent trop seuls). Il en est du métier de prof comme du permis de conduire : vous ne savez rien, ou pas grand-chose, quand vous venez de passer le CAPES ou l’Agreg. Il faut du temps pour faire un enseignant. Inutile donc de désespérer tout de suite. Nous avons tous fait des erreurs – et pendant plusieurs années. Et il est vrai aussi que certains se débrouilleront plus vite et mieux que d’autres : l’autorité naturelle, ça existe, je l’ai rencontrée…



4) Conseilleriez-vous aujourd'hui à un adolescent de devenir professeur ?

"Certainement : quels que soient les rêves de restrictions budgétaires (donc, de postes) des imbéciles de Bercy (où se situe aujourd’hui le vrai ministère de l’Education – là et dans le bureau de quelques conseillers obscurs et idéologiquement suspects à l’Elysée), des dizaines de milliers de postes seront créés dans les cinq à dix ans à venir, du fait des départs à la retraite des profs du baby-boom. Evidemment, c’est un métier fatigant, peu considéré, et mal payé : mais nous l’avons cherché en acceptant dans les années 80 une dégradation massive. A nous d’arracher aux nouveaux édiles une revalorisation significative. Et il ne s’agit pas de travailler plus pour gagner plus : il s’agit de travailler mieux, et d’être payé en conséquence.



5) Selon vous, qu'est-ce que la "culture générale" ?

"C’est l’addition d’une culture spécialisée et d’une connaissance honnête de tout le reste. Je dis « honnête » en ayant en tête le concept ancien d’honnête homme : ça n’a pas pris une ride, contrairement à ce que prétendent tous ceux qui affirment qu’une culture spécialisée suffit.

"Le résultat, c’est qu’un honnête homme oit avoir une conscience aiguë de ses ignorances : plus sa culture sera étendue, plus le point de contact avec ses manques sera multiple. Socrate et Pascal ont expliqué tout cela bien avant moi.



6) Vous tenez un blog depuis plusieurs années. Les dialogues que vous y entretenez vous ont-ils apporté des éléments de réflexion enrichissants ?

"Certainement : mes livres doivent beaucoup aux propositions des uns et des autres. Il passe sur bonnetdane près de 40 000 visiteurs par mois : tous ne laissent pas une trace de leurs réflexions, mais les 10% qui postent leurs réflexions enrichissent le débat général. D’autant que mon blog est lu par des responsables gouvernementaux ou syndicaux : je ne dis pas qu’il a le pouvoir d’infléchir la politique en cours, mais il a au moins le mérite de donner le pouls de l’opinion enseignante. Que le ministère ne vienne pas me dire, en octobre, qu’il ne se doutait pas que la rentrée serait chaude : c’est écrit en toutes lettres dans tous les messages.

"Il est d’ailleurs significatif qu’un blog a priori professionnel soit, très souvent, un blog politique. Je tente de rester sur un fil fragile, entre l’horreur de la gauche « libérale » des Hollande, Royal ou Delanoë, et la répulsion de la droite ultra-libérale et religieuse : tous les conservatismes m’exaspèrent. J’espère que je ne suis pas le seul.


7) Ne pensez-vous pas que si les cours en fac sont moins exigeants qu'en prépa, c'est en partie à cause du nombre d'heures allouées? comment faire un cours vraiment fouillé en 14h de séminaire tandis que les profs de prépa voient leurs étudiants au moins 4 ou 5 fois par semaine et donnent des devoirs réguliers?

"C’est un vieux rêve des facs de chapeauter les classes prépas – ou, pire, de les intégrer dans leurs propres structures. Question d’argent, essentiellement : un étudiant de fac coûte en moyenne 6000 € par an, un étudiant de prépas 12000 - mais un étudiant d’IUFM, 16000 : le rapport investissement / rendement ne me paraît pas bien évident, et il serait peut-être d’abord indispensable que les facs se débarrassent de tous les enseignements inutiles, voire nocifs. Est-il bien utile qu’une fac de Lettres enseigne autre chose que ce qui est enseigné en prépas littéraires ? Est-il indispensable que les notes de français soient compensées par les résultats de tam-tam (Avignon) ? Les facs disposent désormais, depuis la loi Pécresse, d’une grande autonomie financière. Qu’elles fassent leur examen de conscience, et investissent en conséquence. Les étudiants seront toujours libres d’aller dans une autre université.

"Les profs de fac ne cessent de clamer qu’ils sont là pour faire de la recherche. Fort bien : qu’ils cherchent (et, si possible, qu’ils trouvent) de leur côté, et que l’on confie à des enseignants spécialistes la formation des étudiants qui se destinent aux métiers de l’éducation.

"Par ailleurs, les étudiants eux-mêmes sont-ils bien disposés à travailler selon les critères des khâgnes ? Le (très) peu qu’on leur a demandé dans les années antérieures les prépare-t-il à un boulot de chaque instant ? Et ont-ils les bases nécessaires pour ne pas être largués ? On en revient toujours au même problème : la formation d’un niveau précis ne peut se définir que par rapport au niveau antérieur. Le collège d’aujourd’hui est le fruit du Primaire d’aujourd’hui, et ainsi de suite.


8) Ne craignez-vous pas, même s'il est vrai que l'exigence est importante, que le discours type "l'école publique est mauvaise, le niveau baisse" donne des arguments à des gouvernements de droite comme de gauche, pour dire que le service public est inefficace et donc favoriser le privé ? Si on dit que le niveau baisse, n'est-ce pas parce qu'on a enlevé beaucoup d'heures ? Et aujourd'hui on continue sur la lancée, il est question d'enlever des heures de cours en lycée, et mettre plus d'heures de soutien...? N'avez-vous pas peur de donner du grain à moudre aux adversaires du système éducatif public ?

"C’est le risque. D’autant que l’on entrevoit, en ce moment, ce que je dénonce depuis toujours : la collusion de fait entre libéraux de droite et bonnes consciences de la gauche pédagogiste. J’expliquais dans la Fabrique du crétin que l’on pouvait lire, dans la baisse orchestrée du niveau, la réalisation du vieux rêve libéral : former le moins possible des employés qui n’auraient pas les moyens intellectuels de perdre leurs chaînes – ni même de les connaître. Dans les pires errances du pédagogisme, on voit à l’œuvre l’idéologie de l’ététement, de l’égalitarisme par le bas. Sous prétexte de rendre les élèves heureux (et ce que nous prépare Gaudemar va ostensiblement dans ce sens), on les prive des moyens d’accéder à la conscience.
C’est d’autant plus paradoxal que l’Ecole de la république a été pour l’essentiel l’instrument de l’ascension sociale des classes moyennes. Une Ecole dévalorisée provoque une prolétarisation (évidente, en ce moment) des classes pour lesquelles elle travaillait. Bien entendu, les plus conscients, ou les plus riches, n’ont garde de mettre leurs enfants à l’école publique (voir Meirieu, qui a inscrit ses enfants dans le privé, alors même qu’il a écrit « Et nous mettrons nos enfants à l’école publique »). Faites ce que je vous dis… Et la réduction drastique des horaires va dans le même sens : les plus fortunés sauront toujours inscrire leurs enfants dans des cours particuliers, des séjours linguistiques, des écoles hors contrat (aujourd’hui en développement géométrique, et ce n’est pas un hasard).

"Il n’est pas indifférent que mes livres aient été célébrés par une extrême-droite nauséabonde (et par une droite qui souvent ne l’est pas moins). Mais après tout, Nietzsche a été revendiqué par les Nazis à son corps défendant. Et si nombre de gens de gauche m’ont assuré de leur soutien, il faut bien réaliser que la politique éducative du PS, depuis cette apocalypse molle que fut la loi Jospin en 89, a été contrôlée par ce que le pédagogisme a conçu de pire (Pierre Frackowiack, par exemple). Il y a certainement dans les faits une collusion entre les plus bêtes des socialistes et les plus retors des libéraux, exaltant, les uns et les autres, un usage de la démocratie qui marque, en fait, la fin de la République.

"Il est non moins évident que les problèmes de l’Education sont au premier chef des problèmes politiques. L’une des pires manœuvres réactionnaires, à droite comme à gauche, est de faire croire à une spécificité de la réflexion sur l’Education : l’Ecole n’est jamais que la métaphore de ce que l’on veut nous faire..."  


_________________
Pour en savoir plus (mise à jour 21 janvier 2015):
1/ Sa réaction dure à la nomination du nouveau ministre de l'éducation nationale:
 
2/ Son avis tranché sur le fond des réformes à mettre en oeuvre:
 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Politique sociale
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 08:00
Monarchie_populaire_1.jpg

 

En ce jour de la fête du Travail, instaurée par le maréchal Pétain, c'est avec un très vif intérêt que l'on lira l'extraordinaire texte suivant, écrit dans l'entre-deux-Guerres par l'abbé Victor Dillard, prêtre-ouvrier assassiné par les païens nazis à Dachau. Loin du "paternalisme" très courant chez les bourgeois, et de toute démagogie marxiste, il rend hommage à l'éminente dignité de l'Ouvrier. L'Action française partage entièrement son analyse et s'y associe volontiers.
A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

"Pendant plus de six mois, j'ai eu l'immense avantage de vivre aussi complètement que possible la vie ouvrière. Je dis bien aussi complètement que possible, car en réalité je n'ai pas été, je ne pouvais pas être ouvrier. Je m'en suis rendu compte à l'attitude des autres qui ne m'ont jamais totalement pris pour un des leurs. Je n'ai jamais pu décider Mêko, le Russe, qui fut comme électricien mon compagnon de travail, à me tutoyer, quelque chose l'en empêchait. Et j'ai compris peu à peu qu'ils avaient raison. Ne devient pas ouvrier qui veut. Il existe une culture ouvrière qui ne se jauge pas avec les barèmes de la culture tout court. Je sais maintenant ce que cela veut dire « l'honneur d'être ouvrier » autrement que par les discours et par la poésie. 

 

 

"Pour être ouvrier, il aurait fallu que mon corps fût façonné, sculpté pour cet usage. L'ouvrier ne travaille pas seulement avec ses mains, c'est tout son corps qui est engagé dans la bataille, la passionnante et amoureuse bataille avec la matière. Quand mes yeux ont été brûlés par l'arc de la soudure électrique, mes oreilles accordées à l'assourdissant ronflement des machines ou au martèlement des tôles, mes jambes, mes genoux habitués à la voltige des escalades dans les charpentes métalliques, tous mes muscles tendus pour le serrage d'un boulon ou le décrochage d'une mèche, les poumons rompus à la respiration empoussiérée du métal qui vous pénètre, tout le corps rhumatisant de courants d'air malsains et strié de cicatrices diverses, j'ai compris que si j'avais vécu cela depuis mon enfance, mon être ne serait pas ce qu'il est, et ma sensibilité serait différente. 

 

 

"Il faut avoir été sur place, personnellement engagé dans la symphonie, pour se rendre compte que les mains ne peuvent pas être propres ni les ongles impeccables quand on a travaillé dans le cambouis. J'ai dit là-bas la messe avec des mains ignobles mais triomphales. On ne peut pas se servir d'un mouchoir avec des mains pareilles, et l'on doit se moucher avec ses doigts. J'ai compris que le fait de cracher par terre était une défense instinctive de l'organisme, et que l'hygiène était un luxe méritoire et pour certains quasi inabordable. Le vieux Dory qui travaillait avec moi à la soudure autogène touchait sans se brûler les gouttes de métal en fusion, il avait fait cela toute sa vie. 

 

 

"Je me souviens d'avoir, un jour, pendant l'hiver, réparé le moteur du pont roulant extérieur. Je travaillais sur le haut du pont, en plein vent qui glaçait complètement tout le corps. Il me fallait dévisser entre le pouce et l'index de minuscules vis qui résistaient ferme. Je ne sentais pas mes doigts, ils étaient violets. Je n'ai pu m'en tirer qu'en descendant de l'échelle toutes les cinq minutes pour courir me dégeler les mains sur un brasero et je suis resté longtemps après avoir fini, incapable de faire un mouvement et pleurant de froid. J'ai vu Mêko, en d'autres occasions, réparer le même moteur. Lui tenait le coup : il savait; il est vrai qu'il était russe. Il avait une manière à lui de dégeler ses doigts en se frottant les cheveux qui étaient souveraine. Et puis, il était ouvrier depuis toujours. 

 

 

"Si l'esprit est conditionné par la sensibilité, rien d'étonnant qu'il y ait une mentalité ouvrière, une pensée ouvrière, qui restera toujours étrangère aux philosophes et aux savants. Et cette mentalité est encore façonnée par l 'objet sur lequel elle s'exerce. Il faut avoir travaillé pour comprendre la matière et sa beauté et son mystère et sa vie. Car la matière est vivante, je ne savais pas cela non plus. Dans mon domaine d'électricien, cette vie était peut-être plus sensible qu'ailleurs; pourtant, il me semble que les camarades l'expérimentaient comme moi même. La machine a une âme. Elle a ses moyens d'expression à elle; elle a ses bruits, imperceptibles à tout autre qu'à son conducteur, ses plaintes, ses maladies, ses caprices, ses manies. Il existe un accord tacite entre elle et son maître, des habitudes réciproques, une collaboration d'impondérables. L'ouvrier ne travaille pas avec n'importe quel outil, fut-il le plus élémentaire, mais avec son outil, celui qui est marié à sa main depuis toujours. On dira que mon imagination travaille, et que tout cela est poésie. Je pense qu'il y a bien plus que cela, et que ce n'est pas par hasard que le Christ a voulu être ouvrier. Il a aimé le bois, dont il connaissait tous les secrets, dans la familiarité d' une collaboration de vingt années. Il est né sur ce bois dans la crèche et il a voulu mourir dans l'étreinte sanglante de son ami, de son frère, le bois. De nos jours peut-être, aurait-il aimé le fer comme il aima le bois, il aurait travaillé avec passion la soudure et le tour et l'ajustage, et il aurait communié par là avec cette matière qu'il connaissait si bien, dans tous ses secrets, comme il connaissait le vent, la tempête et les poissons du lac. 

 

 

"La réparation d'une machine est source des mêmes joies que la création artistique. Je me souviens d'une machine à soudure électrique (un couple transformateur moteur et dynamo), qui avait rompu ses amarres pendant un transport par le pont roulant et était tombée de 10 mètres de haut. La machine gisait là, debout sur ses deux petites roues de derrière, comme un chien malade, et Mêko se tordait de rire en la regardant. On a travaillé dessus pendant trois jours, sans arrêt, réparant tout, pièce par pièce, le timon, les roues, les condensateurs, les interrupteurs, etc., etc. On l'a remontée complètement et puis, prudemment, on a essayé de lui redonner la vie en la branchant sur le courant. Cela n'allait pas au début, ensuite cela alla mieux. Mêko l'a réglée en fin connaisseur, jusqu'à ce que les sonorités soient exactement accordées, l'arc impeccablement ajusté à la soudure. Et quand elle a roulé à point, ce fut pour nous deux une joie inexprimable d'avoir ranimé ce cadavre, de sentir que par nous il y avait une vie de plus dans l'usine, comme si un enfant était né. Ce sentiment de la paternité ouvrière est peut-être un des plus forts que j'aie jamais connus; il me semble que je pourrais revenir dans des années et des années, j'irais reconnaître tout de suite si l'interrupteur de sécurité que j'ai confectionné pour la perceuse, si le trolley aérien que j'ai ajusté au pont roulant, si les circuits suspendus de la sirène d'alarme, fonctionnent encore, parce que tous ceux-là sont mes enfants, et je ne puis songer à eux sans un sentiment d'intense fierté, la fierté ouvrière. Quand le Christ, plus tard est repassé à Nazareth, j'imagine qu'il a dû jeter un coup d'œil sur telle ou telle charpente où il avait mis davantage de lui-même, et qu'il a demandé à Jacques ou à Gédéon des nouvelles de sa charrue. 

 

 

"Je m'inquiétais autrefois de savoir comment pouvaient fonctionner en Allemagne ces invraisemblables usines internationales où travaillait une population hétéroclite de Russes, de Serbes, de Polonais, d'Italiens, de Français, etc. J'ai compris sur place que le lien entre tous ces hommes n'était pas la destination de leur travail (sur laquelle ils ne s'entendaient évidemment pas), mais la simple communion collective avec la matière, quelque chose comme un corps vivant du travail. Quand je revoyais, en traversant. les ateliers, trois compagnons frapper les rivets à la masse, un Russe, un Allemand, un Français, et que j'admirais le synchronisme impeccablement précis de leurs gestes, le rythme harmonieux de leur frappe, je pensais qu'au-dessus des contradictions du Weltanschauung et des incompréhensions de langue, il y a une solidarité essentielle de travail, et que le lien par la matière est aussi puissant peut-être que le lien de l' esprit. L'internationale ouvrière n'est. pas seulement une élucubration marxiste, mais une réalité tangible. Et il fallait que le Christ vint et fût ouvrier et s'incarnât en la matière eucharistique pour que l'opacité de cette matière fût vaincue et que cette communion matérielle devint une communion d'amour. Car les hommes, sans lui, s'arrêteraient à la matière pure sans comprendre son âme. Comme ils ont su la prostituer contre nature pour l'asservir aux instruments de mort, ils savent aussi prostituer sa fonction réconciliatrice pour l'asservir aux oeuvres de division et de haine. Et ceci est un sacrilège, car la matière est sainte. 

 

 

"Cette découverte de la matière et de sa fonction unificatrice m'a conduit à "réaliser" , au sens anglais du terme, une échelle de valeurs que je ne faisais que soupçonner. La hiérarchie du travail n'est pas simplement une question de rendement, d'autorité, ni même de compétence. Elle a une valeur en quelque sorte ontologique. Je ne parle pas ici de la hiérarchie officielle des contremaîtres, ingénieurs, etc. Je parle de ceux qu'à l' intérieur de l'usine on considère comme les bons ouvriers. Leur salaire n'est pas toujours caractéristique de la valeur. En dehors du travail, ils peuvent ne présenter aucune qualité humaine, ils peuvent être balourds, ivrognes ou immoraux. A leur place, dans l'usine, ils sont comme transfigurés; ils sont ceux qui savent. Ni la matière, ni l'outil n'ont de secret pour eux, ils opèrent des miracles de précision, de fini, de fignolé, qu'il faut avoir surpris pour les croire opérés de main d'homme. Ils ont des diagnostics infaillibles, des coups de main qui valent ceux d'un chirurgien de marque, des habiletés de fleurettiste, ils sont les artistes, les grands artistes du métal. Je vois encore Meyer, le gros Meyer, l'as de la soudure, que l'on appelait d'un bout à l'autre de l'usine dès qu'il s'agissait d'une opération délicate. C'est lui qui m'a soudé bout à bout des fils de cuivre trop courts, sans qu'on puisse découvrir où était la soudure, j'allais dire la cicatrice. Je pense à cet électricien de chez Huhan qui montait de temps en temps à l'usine et vous opérait en un tournemain les jonctions les plus scabreuses de courant à haute tension. Et combien d'autres. Tous ceux- là méritent un respect qu'on ne leur décerne guère en dehors du cercle infime de ceux qui les voient travailler. Ils sont les ignorés, les méconnus sociaux, ceux auxquels on dénie parfois toute valeur humaine. D'autres aux mains propres et au col immaculé se font saluer « cher maître », se pavoisent de rosettes et s'encadrent de publicité. Eux resteront comme ouvriers, inconnus même de leur femme et de leurs gosses, de leurs amis, parce qu'ils ne sont virtuoses que de la matière, comme si ce travail ne conférait pas une noblesse, comme s'il n'était pas, lui aussi, création et parfois oeuvre de génie. 

 

 

"Il faut avoir vécu cela pour comprendre que Dieu s'est fait charpentier."  

Extrait de: Christian Bernardac, Les Sorciers du Ciel, 1969.
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Politique sociale
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 09:00

On lira avec fruit, en cette journée des femmes, les réflexions d'un philosophe féministe, - mais néanmoins consciente des impasses dans lesquelles la femme contemporaine se débat, - sur les tenants et les aboutissants de la dictature de la beauté en Occident aujourd'hui. Après quarante ans, il est  certain que les féministes des années 1960-70, en prétendant "libérer" les femmes de leurs obligations naturelles (mariage et maternité), ne les ont pas rendues heureuses pour autant! Le seul nombre de divorces en atteste: plus d'un mariage sur trois est voué à l'échec.

Toutefois, la démonstration du philosophe est d'un optimisme qui confine à la naïveté. Pour lui, entre les diktats de la mode et des médias, la femme aurait un large éventail de choix, entre lesquels elle ferait son marché. Et ainsi, elle se construirait. Mais dans quel autre cadre esthétique et social, que celui qui lui est imposé et qu'elle tente, plus ou moins adroitement, de transformer à son avantage? Voilà les limites de l'horizon conceptuel de la femme contemporaine, qu'elle ne peut transgresser sous peine d'ostracisme. Comment l'auteur ne voit-il pas que cela se résume à la marchandisation de la femme elle-même, devenue un consommateur comme les autres, et un produit au rayon de la vie, semblable aux cosmétiques qu'elle utilise? Etre un produit souvent bas de gamme, jetable et réutilisable à volonté, ne nous semble pas être une ambition digne de la femme française. Loin d'être un accroissement de son "moi", la prison dorée, dans laquelle le Système capitalistique la place, ne se traduit pour elle que par un appauvrissement spirituel et psychique.

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

 

"Le corps des femmes se livre chaque jour à tous les regards, dans un dévoilement qui l'offre à la concupiscence comme à la vindicte, et dans des proportions qui font qu'il est devenu impossible de ne pas le considérer. Contemplé, apprécié, vénéré, le corps féminin est aussi examiné, jugé, critiqué, selon un curieux mouvement qui voit la dimension corporelle de l'existence revêtir une importance inouïe pour les femmes d'aujourd'hui (pour les hommes aussi, mais ce n'est pas mon propos ici) tout en faisant l'objet d'une dénonciation quasi unanime en tant que vecteur d'assujettissement.
 

"Pour comprendre les raisons de cet opprobre, il faut remonter à la révolution des mentalités qu'il s'est agi d'opérer dans le moment du féminisme de la seconde vague. Après que la femme a été réduite à son sexe, il fallait la redéfinir comme non sexuée pour fonder sa prétention à investir le monde. C'est ce qu'ont fait les études sur le genre (Gender Studies) qui se sont appliquées à refuser que l'on distingue les hommes et les femmes en fonction de caractéristiques jugées immuables parce qu'enracinées dans la biologie. Selon la perspective genrée, un individu devient femme ou homme au gré d'un processus par lequel il intériorise jusqu'à les envisager comme naturels les comportements et les modes de pensée prétendument inhérents à son sexe de naissance.

"Or, parmi les mécanismes les plus décriés pour leur participation à la construction des genres, se trouvent tous ceux qui regardent le corps féminin. C'est que celui-ci est bien le point commun aux anciennes assignations liées à la condition domestique : le corps des épouses qui se mettent au service du bien-être quotidien de leurs maris, le corps des mères qui portent et nourrissent leur progéniture, le corps des amantes qui se font objets du désir des hommes. Voilà pourquoi le combat contre la relégation au foyer et l'exclusion sociale des femmes s'est souvent accompagné d'une dévaluation de tout ce qui avait trait à la corporéité féminine, comme si la prison dont il fallait les extirper, c'était celle de leur enveloppe corporelle.
 

"Dans la période récente, la charge qui fait du corps féminin le lieu par excellence de la domination masculine s'est concentrée sur la préoccupation esthétique. Il s'agit de tordre le cou aux stéréotypes qui enferment les femmes dans la tyrannie de l'apparence, de la petite fille affichant un goût immodéré pour le rose et les jupes "qui tournent", à la femme d'âge mûr obsédée par l'idée d'effacer les traces que le temps laisse sur son visage, en passant par la jeune fille trop précocément soucieuse de répondre aux canons d'une beauté médiatiquement prescrite. En un mot, tout ce qui ramène les femmes à leur image est assimilé à une entreprise avilissante qui les rabaisse au rang d'objet et les prive de la possibilité d'une vie libre.
    

"C'est la position que synthétise Mona Chollet dans son dernier ouvrage, Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine (Editions Zones, 2012). Soumises aux diktats du complexe mode-beauté les enjoignant à assumer une "féminité consumériste et sexy", les femmes seraient réduites à n'être que des créatures décoratives privées de toute singularité. Au-delà de la diatribe contre les modalités de cette "aliénation participative" (Internet y joue un rôle central), c'est l'assimilation établie entre quête de la beauté et perte de la liberté qui m'interroge : le corps féminin serait le lieu du "refus de leur accession au statut de sujet à part entière". Une telle interprétation du souci esthétique comme aliénation véhicule un paradoxe de taille : les femmes seraient par un côté absolument libres en tant qu'individus de droits et totalement soumises comme êtres féminins. Elles auraient obtenu la reconnaissance de leur légitimité sociale et professionnelle tout en continuant d'être appréhendées comme des êtres de subordination dans le registre personnel de la relation à soi. Incapables de distance critique vis-à-vis de leur propre image et asservies par les mécanismes de la prescription médiatique et commerciale, elles n'auraient en quelque sorte pas d'autre relation au corps que contrainte et déterminée.

"Ce prisme interprétatif ne me semble pas rendre compte de la réalité des existences féminines à l'âge de l'émancipation. Je crois que la liberté conquise est tout aussi structurante dans la sphère intime que dans la sphère sociale : si l'on excepte les cas de violence subie et de contrainte abusive, les femmes ont prise sur leur corps comme sur leur vie affective. Cela n'exclut pas qu'il y ait là quelque chose d'immédiatement problématique, l'application à soi d'une vraie liberté, c'est-à-dire d'une liberté consciente de ses déterminations et de ses limites, ne se fait pas sans difficultés. C'est même un véritable défi, constitutif me semble-t-il de la condition féminine contemporaine : comment vivre sereinement dans son corps féminin quand on est prise en tenailles entre la dévaluation féministe des signes extérieurs de féminité et les injonctions toujours plus nombreuses à une forme idéalisée et inatteignable de beauté féminine ?
    

"Quand on est une femme, s'affirmer comme un sujet implique de réfléchir sa féminité, dans les deux sens d'une projection hors de soi de son image et d'une réflexion sur cette image. Très prosaïquement, chaque femme fait l'expérience, chaque matin, de cette mise en abîme devant son miroir : se regarder, considérer son reflet et le modifier, se regarder à nouveau en intégrant le point de vue de l'autre (homme ou femme peu importe), pour enfin s'approprier cette image dans une version qui soit en adéquation avec son intériorité. C'est ce que recouvre selon moi le souci esthétique, la recherche d'une présentation de soi conforme non pas tant aux canons du beau tel qu'il est socialement prescrit (et qui n'est qu'un étalon avec tout ce que cela implique d'infinie distance) qu'aux critères personnels par lesquels l'image de soi corporelle entre en consonance avec l'image de soi subjective.

"Voilà pourquoi l'analyse que propose Nancy Huston dans son dernier livre, Reflets dans un œil d'homme (Actes Sud, 2012), me paraît dépassée : si les femmes se font belles, écrit-elle, c'est qu'elles souhaitent attirer sur elles le regard des hommes. La maternité ayant été socialement dévalorisée (une totale contre-intuition selon moi), la séduction aurait remplacé la reproduction, les femmes se trouvant enjointes à incarner une beauté stérile motivée par le seul désir masculin. A rebours de cette position objectivante, je pense que si le corps féminin fait l'objet d'un investissement spécifique et que la perspective de le présenter sous le meilleur jour est quotidienne, c'est qu'il existe un lien étroit et positif entre existence féminine et apparence. Dans la neutralité de son statut de sujet, la femme choisit de se présenter comme femme, un peu, beaucoup ou... pas du tout.
    

"Car l'éventail des choix de féminité est très largement ouvert, de la minoration frôlant la masculinisation à l'ultra-féminisation touchant à la caricature, chaque femme choisit en quelque sorte le degré de féminité qu'elle désire assumer socialement, celui qui lui permettra d'exprimer sa singularité. Que cela prenne parfois des tournures excessives, voire outrancières, et que le système médiatico-commercial y soit pour beaucoup, n'enlève rien à cette dimension identitaire du souci esthétique. L'obsession de l'apparence révèle un malaise, celui de toutes celles qui ne savent plus comment attester de leur être féminin maintenant qu'elles vivent et se pensent comme des sujets sans disposer d'autres modèles de sujet que masculins. Ce constat ne nous empêche pas je crois de tenter une réévaluation positive de la quête de la beauté en postulant que, loin de faire des femmes des objets façonnés par le regard des hommes et les diktats du marché, celle-ci participe de la construction du sujet féminin.

"De cela, j'ai trouvé quelques arguments dans l'analyse que propose Jacques Dewitte de l'ornement en architecture (La manifestation de soi, La Découverte, 2010). Le philosophe belge nous apprend que, dans l'ornement, c'est la relation à la chose à orner qui est première : au sein de cette relation, et l'ornement et ce qui est orné s'enrichissent mutuellement, chacun se trouvant modifié par l'autre. Plus encore, précise Dewitte, c'est dans la façon dont elle se montre et se présente que la chose ornée advient à elle-même, obtenant un "accroissement d'être". Ce que l'ornement révèle ainsi, c'est l'existence d'une relation entre être et représentation : "il y a déjà de l'être, et qui plus est, de l'être doué d'une dignité, d'un rang particulier (d'une forme d'excellence) ; mais cet être fini doit aussi «se représenter» pour trouver son accomplissement". Voilà pourquoi l'ornement n'est pas simple adjonction de détail ou raffinement de forme, c'est un geste "gratuit et nécessaire" qui permet l'accès à soi de la chose ornée.  
    

"Appliquée librement à notre sujet, la chose peut se dire ainsi : par le travail quotidien sur son apparence, une femme entre dans un processus d'enrichissement de son être qui passe par le choix qu'elle fait d'une représentation d'elle-même. Loin de l'assimiler au statut d'objet, cette représentation la pose comme sujet : derrière le paraître, elle dit quelque chose de son être. Le souci de son apparence renvoie non seulement à une recherche de l'adéquation à soi par laquelle une femme deviendra ce qu'elle est, mais elle témoigne aussi de la valeur qu'elle se confère en tant qu'être digne d'être orné. Comprise en ces termes, la démarche d'embellissement obéit à une logique proprement inverse de celle de l'aliénation, elle témoigne d'une libre appropriation de soi qui est aussi augmentation de soi. Si le corps des femmes a longtemps été synonyme d'entraves et de soumission, il me paraît temps désormais de le réinvestir de façon positive, comme le vecteur incontournable de leur rapport au monde et aux autres.



"J'ai développé ces arguments dans un article qui paraît ce mois-ci dans l'excellente revue Le Philosophoire dont le dernier numéro est consacré à la beauté ("La beauté féminine, un projet de coïncidence à soi", Le Philosophoire, n° 38, automne 2012)."

Camille Froidevaux-Metterie

 

Source: http://www.philomag.com/blogs/feminin-singulier/sois-belle-et-sois-toi

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Politique sociale
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 18:00
Ce remarquable article sur les questions philosophiques qui sous-tendent l’affaire du « mariage » des couples de même sexe vient d’être publié par l'excellent site australien MercatorNet. Son auteur, Robert R. Reilly, est ancien membre du gouvernement Reagan, spécialiste des affaires internationales et de l’islam. Voici la traduction par Mme Jeanne Smits, journaliste, de ce texte capital. 
  
Il s’agit de bien comprendre, en effet, ce qui sépare fondamentalement les partisans et les adversaires du « mariage pour tous », et de préciser les notions de nature et de « contre-nature » de manière à mieux aborder les débats, les conflits et les attaques qui vont se multiplier dans les mois qui viennent.
 
Après une première partie sur la philosophie classique et réaliste, la deuxième montre comment Rousseau et les « Lumières » ont subverti le sens du mot nature.
 
affiche_de_propagande_ann_es_80_1.jpg 
 
La philosophie grecque et le réalisme d'Aristote

 

"Inéluctablement, le problème des droits « gay » dépasse largement la question des pratiques sexuelles. Il s’agit, comme l’a proclamé la militante homosexuelle Paula Ettelbrick, de « transformer le tissu même de la société (…) et de réaménager de manière radicale la manière dont la société considère la réalité ».
 
"Etant donné que notre perception de la réalité est en jeu dans ce combat, la question suivante se pose inévitablement : quelle est la nature de cette réalité ? Est-elle bonne pour nous, en tant qu’êtres humains ? Correspond-elle à notre nature ? Chaque partie dans ce débat prétend que ce qu’elle défend ou propose correspond à la nature.
 
"Les adversaires du mariage des couples de même sexe disent qu’il est contre-nature ; ses partisans affirment qu’il est « naturel » et que donc ils y ont « droit ». Mais les réalités visées par chaque camp ne sont pas seulement différentes, mais opposées : chacune est la négation de l’autre. Que signifie véritablement le mot « nature » dans ce contexte ? Les mots peuvent être les mêmes, mais leurs significations sont directement contradictoires, selon leur contexte. Il est donc d’une importance vitale de comprendre les contextes plus larges où ils sont utilisés, et les visions plus larges de la réalité dont ils font partie, puisque le statut et la signification du mot « nature » seront décisifs pour la suite.
 
"Revoyons donc brièvement comment la loi naturelle voit la « nature » et les distinctions qu’une vue objective de la réalité nous permet de faire par rapport à notre existence en général et à la sexualité en particulier. Le point de départ doit être que la nature est ce qui est, indépendamment de ce que quiconque désire ou abhorre. Nous en faisons partie, et nous y sommes assujettis. Elle ne nous est pas assujettie. Ainsi nous verrons comment, une fois le statut objectif de la nature perdu ou renié, nous perdons la capacité de posséder une quelconque véritable connaissance de nous-mêmes et de la manière dont nous devons être en relation avec le monde. Cette discussion pourra sembler parfois un peu décalée par rapport aux questions qui nous préoccupent directement, mais elle ne l’est pas. Elle en est le cœur et l’âme. Sans elle, le reste de notre discussion n’est plus qu’une bataille d’opinions.
 
L’ordre de l’univers – les lois de la nature d’Aristote
 
"Il existe deux anthropologies de base, profondément différentes, derrière les visions de l’homme en compétition au cœur du conflit sur le mariage des homosexuels. Pour comprendre la notion originelle de « nature », nous nous tournerons vers ceux qui ont commencé à employer le terme dans la Grèce classique, et plus spécialement Platon et Aristote. Pour présenter l’antithèse de cette manière de comprendre les choses, nous nous tournerons ensuite vers Jean-Jacques Rousseau, qui a vidé – éviscéré – le mot de son sens traditionnel au XVIIIe siècle et lui a donné sa connotation moderne. L’anthropologie plus ancienne est aristotélicienne, qui affirme que l’homme est par nature un animal politique dont l’unité de base sociétale est la famille. La plus récente est rousseauiste, qui affirme que l’homme n’est pas un animal politique et que la société, quelle qu’en soit la forme, lui est fondamentalement étrangère. Ces deux anthropologies disparates présupposent, à leur tour, deux métaphysiques radicalement différentes : l’une est téléologique ; l’autre n’est pas téléologique, ou est anti-téléologique. Une fois de plus, la première trouve ses racines chez Aristote, la seconde chez Rousseau. Ces deux écoles de pensée fournissent des perspectives philosophiques commodes et nécessaires au sein desquelles il est possible de comprendre les utilisations des mots « naturel » et « pas naturel » tels qu’ils sont employés aujourd’hui de manières diverses par les partisans et les adversaires des actes homosexuels et du mariage des homosexuels.
 
"La découverte de la nature a été d’une très grande portée, s’agissant du premier produit de la philosophie. L’homme a, pour la première fois, déduit l’existence de la nature de l’observation de l’ordre de l’univers. La régularité avec laquelle les choses se produisent ne pouvait pas s’expliquer par une répétition due au hasard. Toute l’activité de la nature semblait guidée par un but, par des fins vers lesquelles les choses doivent se mouvoir. Avant cette découverte, dans le monde ancien pré-philosophique, l’homme était immergé dans des représentations mythologiques du monde, des dieux et de lui-même. Ces récits mythopoétiques ne faisaient pas de distinction entre l’homme et la nature, ou entre la convention et la nature. Un chien remuait la queue car ainsi font les chiens. Les Egyptiens peignaient des couleurs vives sur leurs cercueils car ainsi faisaient les Egyptiens. Il n’y avait aucune manière de faire la différence entre les deux car le mot « nature » n’était pas disponible dans le vocabulaire du monde pré-philosophique.
"
Selon Henri Frankfort dans Avant la philosophie, c’est Héraclite qui le premier à saisi que l’univers est un tout intelligible et que, par conséquent, l’homme est capable d’en comprendre l’ordre. Si cela est vrai – et seulement si c’est vrai – la quête de l’homme pour trouver la nature de la réalité devient possible. L’idée même de « nature » devient possible. Comment cela pouvait-il se faire ? Héraclite disait que l’univers est intelligible parce qu’il est gouverné par la « pensée », ou la sagesse, et qu’il en est le produit. S’il est le produit de la pensée, alors on peut le saisir en pensant. Nous pouvons savoir ce qu’il est parce qu’il a été fait par le logos. Nous pouvons avoir des pensées à propos de choses qui sont elles-mêmes le produit de la pensée.
 
"Pour autant que nous puissions le savoir, Héraclite et Parménide ont été les premiers à utiliser le mot logos pour nommer cette « pensée » ou cette sagesse. Logos signifie évidemment l’intelligence qui est derrière le tout intelligible. C’est le logos qui rend le monde intelligible aux efforts de la philosophie, c’est-à-dire de la raison. Dans Timée, Platon écrit : « Maintenant la vue du jour et de la nuit, et des mois et des révolutions des ans, ont créé le nombre, et nous ont donné une conception du temps, et le pouvoir de chercher la nature de l’univers, et de cette source, nous avons tiré la philosophie, et aucun plus grand bien n’a jamais été donné par les dieux à l’homme mortel, ni ne le sera jamais. » Par la raison, disait Socrate, l’homme peut parvenir à savoir « ce qui est », c’est-à-dire la nature des choses.
 
"Aristote enseignait que l’essence ou la nature d’une chose est ce qui fait qu’elle est ce qu’elle est, et pourquoi elle n’est pas autre chose. Il ne s’agit pas d’une tautologie. Tandis que le gland se développe pour devenir un chêne, il n’y a aucun moment sur la trajectoire de sa croissance qui le verra se transformer en girafe, ou en autre chose qu’un chêne. Parce qu’il a la nature d’un chêne. En parlant de loi naturelle, en ce qui concerne les choses vivantes, nous voulons désigner le principe du développement qui fait d’une chose ce qu’elle est et, si les conditions idoines sont réunies, ce qu’elle deviendra lorsqu’elle s’accomplit ou atteint sa fin. Pour Aristote, « La nature cherche toujours une fin. » Cet état final est son telos, son but, ou la raison pour laquelle elle existe. Dans la création non-humaine, ce dessein se manifeste soit par l’instinct, soit par la loi physique. Chaque être vivant a un telos vers lequel il se meut à dessein. Chez les plantes ou les animaux, cela n’implique aucune volition consciente de soi. Chez l’homme, si.
 
"Tout ce qui opère contrairement à ce principe dans une chose ne lui est pas naturel. « Pas naturel », en ce sens, veut dire ce qui agit contre ce qu’une chose deviendrait si elle opérait selon son principe de développement. Par exemple, un gland deviendra un chêne sauf si ses racines sont empoisonnées par une eau très acide. On pourrait dire que l’eau acide n’est « pas naturelle » au chêne, ou contraire à sa « bonté ».
 
"Le terme « téléologique », appliqué à l’univers, implique que tout a un but, et que ce but est intrinsèque à la structure des choses elles-mêmes. Il y a ce qu’Aristote appelle l’« entéléchie », « avoir sa propre fin à l’intérieur de soi-même ». Le but de la chose lui est intrinsèque. Ces lois de la nature ne sont alors pas l’imposition de l’ordre depuis l’extérieur par un commandant en chef, mais une expression de l’ordre qui vient depuis l’essence même des choses, qui ont leur propre intégrité. Cela signifie également que le monde est compréhensible parce qu’il opère sur une base rationnelle.
 
"C’est par leurs natures que nous pouvons savoir ce que sont les choses. Autrement, nous n’en connaîtrions que des spécificités, sans pouvoir reconnaître les choses selon leur genre et leur espèce. En d’autres termes, nous aurions seulement l’expérience de ce morceau de bois-ci (un arbre), par opposition à ce morceau de bois-là (un autre arbre), mais nous ne connaîtrions pas le mot « arbre » ni même le mot « bois » parce que nous ne connaîtrions l’essence ni de l’un, ni de l’autre. En fait, nous ne connaîtrions rien.
 
"La nature est aussi ce qui permet à une personne de reconnaître une autre personne en tant qu’être humain. Que signifie la nature humaine ? Elle signifie que les êtres humains sont fondamentalement les mêmes dans leur essence même, qui est immuable et, au plus profond, que l’âme de chaque personne est ordonnée au même bien ou à la même fin transcendants. (Cet acte de reconnaissance est le fondement de la civilisation occidentale. Nous avons toujours, depuis, appelé barbares ceux qui sont soit incapables de voir une autre personne comme un être humain ou qui refusent de le faire.) Aussi bien Socrate qu’Aristote ont dit que les âmes des hommes sont ordonnées au même bien et qu’il existe donc un seul critère de la justice qui transcende les critères politiques de la cité. Il ne doit pas y avoir un critère de la justice pour les Athéniens et un autre pour les Spartiates. Il n’y a qu’une justice et cette justice est au-dessus de l’ordre politique. Elle est la même en tout temps, en tout lieu, pour tous.
 
"Pour la première fois, c’est la raison qui devient l’arbitre. La raison devient normative. C’est par la raison – et non par les dieux de la cité – que l’homme peut discerner entre le juste et l’injuste, entre mythe et réalité. Agir de manière raisonnable ou faire ce qui est en accord avec la raison devient le critère du comportement moral. On voit l’une des expressions les plus hautes de cette connaissance dans L’Ethique à Nicomaque d’Aristote.
 
"Comme l’a exprimé un universitaire spécialiste des classiques, Bruce S. Thornton : « Si l’on croit, à l’instar de nombreux philosophes grecs depuis Héraclite, que le cosmos reflète une sorte d’ordre rationnel, alors le mot “naturel” désignerait un comportement conforme à cet ordre. On pourrait alors agir de manière “non naturelle” en se laissant aller à un comportement qui subvertirait cet ordre ainsi que son but. » Se comporter conformément à la nature signifie donc agir de manière rationnelle. De manière concomitante, se comporter de manière non naturelle veut dire agir de manière irrationnelle. Cette notion de la réalité exige le règne de la raison.
 
Raison et moralité
 
"Tout cela concerne l’homme seul parce qu’il est le seul à posséder le libre arbitre. Il peut choisir les moyens pour atteindre sa fin ou choisir de contrarier sa fin en tous points. C’est évidemment pour cela que les lois « morales » ne sont applicables qu’à l’homme. Ces lois morales sont ce que signifie la loi naturelle par rapport à l’homme. Que l’homme puisse défier la loi morale n’amoindrit en rien la certitude que celle-ci continue d’opérer. En réalité, un homme ne viole pas tant la loi que la loi ne le brise s’il la transgresse. Bref, lorsque nous parlons de la nature de l’homme, nous signifions l’ordonnancement de l’être humain vers certaines fins. C’est le fait d’accomplir ces fins qui rend l’homme pleinement humain.
 
"Quelle est la fin de l’homme ? Dans l’Apologie, Socrate dit qu’un « homme bon à quoi que ce soit… doit seulement considérer si, en faisant quelque chose, il fait bien ou mal – s’il joue le rôle d’un homme bon ou mauvais… ». La République affirme que « l’idée du Bien… ne se perçoit qu’avec effort ; et lorsqu’elle est vue, on en déduit aussi qu’elle est l’auteur universel de toutes choses belles et justes, parent de la lumière et seigneur de la lumière dans ce monde visible, et source de la vérité et de la raison dans le monde intellectuel ». Depuis Socrate, nous avons appelé la fin de l’homme « le bien ». Cette fin porte en elle-même une suggestion de l’immortalité car, comme le dit Diotima dans le Symposium : « L’amour aime que le bien soit possédé pour toujours. Et donc il s’ensuit nécessairement que l’amour est de l’immortalité. »
 
"Le bien de l’homme, nous dit Aristote, est le bonheur. Cependant le bonheur n’est pas ce que nous en disons, mais seulement cette chose qui, par notre nature, nous rendra véritablement heureux. Puisque la nature de l’homme est fondamentalement rationnelle, le bonheur consistera en la connaissance et en la contemplation du bien ultime. (Ce bien, nous disent les théologiens, est Dieu.) Aristote explique que l’on n’atteint le bonheur qu’à travers des actes vertueux : la répétition des bonnes actions. Les actions sont considérées comme bonnes ou mauvaises, naturelles et pas naturelles, par rapport à l’effet qu’elles produisent sur la progression d’un homme vers sa fin.
 
"Donc, c’est par la nature que nous en venons à comprendre le bon usage des choses. La très grande importance de cela pour le thème qui nous préoccupe est que, puisque les fins des choses leur sont intrinsèques, l’homme n’a pas le loisir de les inventer, mais seulement de les découvrir par l’usage de sa raison. Il peut alors choisir de conformer son comportement à ces fins par une vie de vertu, ou les contrarier par une vie dans le vice. Il peut choisir de devenir pleinement humain, ou de se déshumaniser. Cependant, s’il fait ce dernier choix, il ne se le présentera pas en ces termes. Comme l’a dit Aristote, il doit percevoir ce qu’il choisit comme bon s’il doit pouvoir le choisir. S’il choisit de se rebeller contre l’ordre des choses, il se présentera ce choix à lui-même non comme favorable au désordre, mais comme favorable à l’ordre – mais un ordre d’une autre sorte. Il va, comme nous l’avons dit, rationaliser : le vice devient la vertu.
 
"C’est vers la construction de cet autre type d’« ordre », de cette réalité alternative, que nous allons maintenant nous tourner. L’un de ses architectes modernes fut Rousseau.

 

L'inversion d'Aristote par Rousseau

 

"A l’inverse d’Aristote, Rousseau affirmait que l’homme, par nature, n’est pas un animal social et politique doué de raison. A la différence d’Aristote, Rousseau ne part pas de la famille, mais d’un individu isolé à l’état de nature, où le pur « sentiment de sa propre existence » était tel qu’« on se suffisait à soi-même, comme Dieu ». La nature devient un substitut profane au jardin d’Eden. Mais ce dieu satisfait de lui était asocial, amoral et pré-rationnel. Ses accouplements avec des femmes se faisaient au hasard et ne formaient aucun attachement durable. La famille ne lui était pas naturelle. Comme l’écrivait Rousseau dans son Discours sur l’origine des inégalités, « La faim, d’autres appétits lui faisant éprouver tour à tour diverses manières d’exister, il y en eut une qui l’invita à perpétuer son espèce ; et ce penchant aveugle, dépourvu de tout sentiment du cœur, ne produisait qu’un acte purement animal. Le besoin satisfait, les deux sexes ne se reconnaissaient plus, et l’enfant même n’était plus rien à la mère sitôt qu’il pouvait se passer d’elle. » (Rousseau, de fait, abandonna ses cinq enfants.) Le Marquis de Sade exprima un sentiment en tous points rousseauiste dans Juliette, en écrivant que « toutes les créatures naissent isolées et sans aucun besoin les unes des autres ».

   

"Ce n’est qu’au moment où, par un « accident » inexplicable, un homme dut s’associer avec un autre, que son autonomie semblable à celle d’un dieu prit fin. « L’homme est bon par nature », disait Rousseau, mais d’une façon ou d’une autre nous sommes tombés de cet état de nature. Ce que l’homme est devenu est le résultat non de la nature mais de cet « accident », qui d’une certaine manière a également déclenché son usage de la raison. Rousseau insiste sur le caractère accidentel de l’association de l’homme au sein de la société pour mettre l’accent sur son caractère non naturel et artificiel. Elle n’était pas nécessaire. Mieux : elle n’aurait jamais dû se produire. Aristote enseignait que l’on n’arrive pas seul à la perfection ; l’homme a besoin de la société et de l’ordre politique pour développer pleinement son potentiel. La polis lui est nécessaire. Rousseau assurait au contraire que l’homme commence dans un état de perfection, que la constitution de la société lui arrache.
 
"Voici la manière dont Rousseau posait cette thèse dans son Discours sur l’origine de l’inégalité : « Cet état [de nature] était le moins sujet aux révolutions, le meilleur à l’homme, et il n’en a dû sortir que par quelque funeste hasard qui, pour l’utilité commune, eût dû ne jamais arriver. L’exemple des sauvages qu’on a presque tous trouvés à ce point semble confirmer que le genre humain était fait pour y rester toujours, que cet état est la véritable jeunesse du monde, et que tous les progrès ultérieurs ont été en apparence autant de pas vers la perfection de l’individu, et en effet vers la décrépitude de l’espèce. »
 
"Dans le Discours sur les sciences et les arts, Rousseau se faisait fort de montrer les influences délétères de la civilisation et du « progrès » sur l’homme, dont les « âmes ont été corrompues à mesure que nos sciences et nos arts se sont avancés à la perfection ». Dans son Rousseau, juge de Jean-Jacques, il se décrit lui-même comme ayant affirmé le « grand principe que la nature a fait l?homme heureux et bon, mais que la société le déprave et le rend misérable. (…) Le vice et l'erreur, étrangers à sa constitution, s'y introduisent du dehors et l'altèrent insensiblement ». Rousseau écrit qu’« il nous fait voir l'espèce humaine meilleure, plus sage et plus heureuse dans sa constitution primitive, aveugle, misérable et méchante à mesure qu'elle s?'n éloigne ».
 
"La société résultant de ce « fatal événement » du hasard a corrompu l’homme. C’est ce que Rousseau substitue au péché originel. Par son association avec autrui, l’homme a perdu le sentiment auto-suffisant « de sa propre existence ». Il a commencé à vivre par rapport à l’estime d’autrui (amour-propre) plutôt que dans l’estime de lui-même (amour de soi). De cette manière, l’homme a été « aliéné » de lui-même et est devenu esclave des autres. Voilà ce que voulait dire Rousseau en écrivant : « L’homme est né libre et partout il est dans les fers. » Nous trouvons ainsi chez Rousseau l’origine de l’idée marxiste de l’exploitation, menée plus avant en des temps plus récents par l’assertion existentielle de Jean-Paul Sartre : « L’enfer, c’est les autres. » Si l’enfer, c’est les autres, alors le ciel doit être soi.
 
"Néanmoins, Rousseau savait que l’état pré-rationnel, asocial d’un paradisiaque isolement à l’état de nature était perdu pour toujours, à la manière du jardin de l’Eden. Mais il pensait qu’un Etat tout-puissant pouvait améliorer la situation de l’homme aliéné. Pour approcher au plus près de la rédemption profane, l’homme doit abolir ces formes d’association dépendante qui l’ont rendu esclave d’autres hommes et toujours maintenu en dehors de lui-même. Il doit couper, autant que faire se peut, ses relations avec les autres membres de la société afin de pouvoir se rendre à lui-même le sentiment de son existence. Comment faire ?
 
L’Etat exige une dépendance totale
 
"Rousseau a décrit l’accomplissement de cette condition : « Chaque personne serait alors totalement indépendante par rapport à tous les autres hommes, et dépendrait totalement de l’Etat. » L’Etat pourrait restaurer un simulacre de ce bien-être originel en éliminant toutes les relations sociales subsidiaires de l’homme. En détruisant les attaches familiales, sociales et politiques, l’Etat pourrait rendre chaque individu dépendant de l’Etat et indépendant par rapport à autrui. L’Etat est le véhicule permettant de rapprocher les gens afin qu’ils puissent être séparés : une sorte d’individualisme radical sponsorisé par l’Etat.
 
"Le programme de Rousseau consistait à politiser totalement la société et sa première cible fut le fondement de la société – le premier moyen par lequel les hommes sont éloignés de cet égocentrisme où Rousseau aimerait les voir retourner : la famille. Pour détruire la famille, Rousseau proposait de lui enlever sa fonction première d’éduquer ses enfants, et que cette fonction soit dévolue à l’Etat. « L’autorité publique, en prenant la place du père et en se chargeant de cette importante fonction, devrait acquérir ses droits en le déchargeant de ses devoirs. » Le père est censé se consoler avec la pensée qu’il lui reste encore quelque autorité par rapport à ses enfants en tant que « citoyen » de l’Etat. Sa relation avec ses enfants s’est métamorphosée en relation purement politique.
 
"Les attaques de Rousseau contre la famille et son recours exclusif à l’Etat comme véhicule exclusif de la rédemption de l’homme constituent le prototype pour tous les révolutionnaires ultérieurs. Le programme est toujours le même : la société, responsable de tous les maux, doit être détruite. En vue de promouvoir la « fraternité » universelle, la seule source où le mot « frère » puisse trouver son sens – la famille – doit être éliminée. Une fois la société atomisée, dès lors que la famille aura cessé de s’interposer entre l’individu et l’Etat, l’Etat sera libre de transformer par la force l’individu isolé pour en faire n’importe quel type d’« homme nouveau » que les visionnaires révolutionnaires auront imaginé.
 
La famille artificielle
 
"Nous voici donc arrivés à un moment de la plus haute signification pour notre réflexion. Si la famille est artificielle par ses origines, ainsi que l’affirmait Rousseau, alors elle peut être changée et réaménagée de n’importe quelle façon qui puisse être voulue par l’Etat, ou par autrui. Il s’agit simplement d’un glissement conventionnel, quelque chose qui change dans un artefact culturel. Nous pouvons modifier les relations humaines de n’importe quelle façon. Celui qui a suffisamment de pouvoir peut faire ces modifications à sa propre guise. Il n’y a pas de critère dans la nature auquel il faille adhérer ou à l’aune duquel on puisse le juger. S’il n’y a pas de nature, alors il ne peut d’aucune façon y avoir un problème par rapport aux actes homosexuels ou au mariage des couples de même sexe – ni avec bien d’autres choses non plus. Faire remarquer qu’il n’a jamais rien existé dans l’histoire de comparable à un mariage homosexuel est superflu, de ce point de vue, puisque la « nature » de l’homme est malléable. Elle est le produit de l’histoire. L’histoire avance et l’homme change avec elle. Ou plutôt : l’homme peut se changer lui-même selon ses désirs, aussi longtemps qu’il a les moyens de le faire. Puisque les choses n’ont pas leur fin en elles-mêmes, quiconque est assez puissant pour le faire peut la leur attribuer.
 
"Telle est la philosophie du sophiste Calliclès dans Gorgias, lorsqu’il dit à Socrate : « La vérité, que tu prétends chercher, Socrate, la voici : le luxe, l’incontinence et la liberté, quand ils sont soutenus par la force, constituent la vertu et le bonheur ; le reste, toutes ces belles idées, ces conventions contraires à la nature, ne sont que niaiseries et néant » (492c). Avec le concours de la force, la vertu devient exactement ce que vous voulez. Il ne s’agit pas de conformer son comportement aux fins rationnelles de la nature, mais de conformer les choses à ses désirs. La raison devient alors l’instrument qui permet de le faire. Pour Rousseau, l’homme est une créature de désirs et d’appétits, auxquels sa raison est subordonnée. L’hôte de Rousseau en Angleterre, David Hume, a écrit dans son Traité sur la nature humaine : « La raison est, et ne devrait être davantage que l’esclave des passions et ne doit jamais prétendre à aucun office que de les servir et de leur obéir. » La raison n’est plus, dès lors, le moyen par lequel l’homme atteint sa fin dans la connaissance et la contemplation du bien. Elle est un outil pour assouvir les passions. L’inversion d’Aristote est ainsi complète.
 
Lois naturelles ou droits naturels ?
 
"Calliclès, en version contemporaine, ne s’exprimerait pas avec autant de franchise qu’il le fait devant Socrate. Il envelopperait son inversion de la loi naturelle du langage du « droit naturel », de manière à ce que cela puisse paraître la même chose, tout en étant l’exact contraire – ainsi que le fit Rousseau. Si vous êtes un homosexuel actif, vous revendiquez un « droit » aux actes sodomites et au mariage homosexuel. Alors que « droit naturel » sonne comme « loi naturelle » ce n’est, comme l’a expliqué le P. James Schall, pas du tout la même chose.
 
« La théorie moderne du droit naturel », écrit-il, « est une théorie de la volonté, une volonté qui n’a pas d’autre présupposé qu’elle-même. Dans sa version politisée, elle aura été l’alternative la plus durable et la plus dangereuse à une loi naturelle basée sur la réalité ontologique de ce qu’est l’homme.
 
« Dès lors que le droit naturel devient le fondement accepté de la vie politique, l’Etat est libre d’y placer n’importe quel contenu, comme il le désire, y compris la réécriture ou l’élimination de la loi naturelle. La tradition constitutionnelle de jadis pensait que l’Etat était, en lui-même, à la fois le résultat naturel de la nature de l’homme et, et tant que tel, un frein pour l’Etat. Mais si l’homme n’a pas de “nature”, il est libéré de cette contrainte. Le droit naturel moderne signifie que rien ne limite l’homme ou l’Etat, si ce n’est ce que l’homme veut. Il peut vouloir toute chose qu’il est capable de faire arriver, qu’elle soit tenue ou non pour contraire à la loi naturelle. »
 
"Ce qui se joue actuellement dans la bataille du mariage des couples de même sexe n’est rien de moins que cela.
 
"Sans parler directement de Calliclès ou de Rousseau, celui qui était alors le cardinal Joseph Ratzinger a dit dans Le Sel de la terre quelque chose qui caractérise cette école de pensée : « L’idée que la “nature” a quelque chose à dire n’est plus admissible ; l’homme doit disposer de la liberté de se remodeler à volonté. Il doit être libéré de toutes les données antérieures de son essence. Il fait de lui-même ce qu’il veut, et c’est seulement de cette manière qu’il est véritablement “libre” et libéré. Derrière cette approche se trouve une rébellion de la part de l’homme contre les limites qui sont les siennes en tant qu’être biologique. A la fin, c’est une révolte contre notre état de créatures – une édition moderne, nouvelle, des tentatives immémoriales d’être Dieu, d’être comme Dieu. »
 
"Voilà la perspective anthropologique et métaphysique au sein de laquelle le mouvement en faveur du mariage des couples de même sexe argumente son cas. Accepter le mariage des couples de même sexe revient à accepter l’ensemble de la perspective d’où elle émane, y compris l’assertion selon laquelle « la nature humaine est de ne pas avoir de nature ». Mais la nature humaine n’est rien d’autre que ce qui fait que l’on est un être humain. Rejeter cela, c’est nier l’humanité, nier ce qui est."
 
Robert Reilly
 
© leblogdejeannesmits pour la traduction.
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Pau & Pyrénées - dans Politique sociale
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 08:00
The road to same-sex marriage was paved by Rousseau

At the heart of the debate over same-sex marriage are fundamental questions about who men are and how we decide what makes us flourish.

 

 

On the road again (Photo D.R.)

 

"There is more to same-sex marriage than politics. It only becomes plausible if you accept certain assumptions about how to distinguish what is natural from what is unnatural and what is right from what is wrong. The intellectual origins of the debate stretch all the way back to the Greeks, but radical changes in philosophy over the past couple of hundred years accelerated the process. In the essay below, Robert R. Reilly gives some deep background. 

 

"Ineluctably, the issue of “gay” rights is about far more than sexual practices. It is, as lesbian advocate Paula Ettelbrick proclaimed, about “transforming the very fabric of society … [and] radically reordering society's views of reality”.

 

"Since how we perceive reality is at stake in this struggle, the question inevitably rises: what is the nature of this reality? Is it good for us as human beings? Is it according to our Nature? Each side in the debate claims that what they are defending or advancing is according to Nature.

 

"Opponents of same-sex marriage say that it is against Nature; proponents say that it is natural and that, therefore, they have a “right” to it. Yet the realities to which each side points are not just different but opposed: each negates the other. What does the word Nature really mean in this context? The words may be the same, but their meanings are directly contradictory, depending on the context. Therefore, it is vitally important to understand the broader contexts in which they are used and the larger views of reality of which they are a part since the status and meaning of Nature will be decisive in the outcome.

 

"Let us then review briefly what the natural law understanding of "Nature" is and the kinds of distinctions an objective view of reality enables us to make in regard to our existence in general and to sexuality in particular. The point of departure must be that Nature is what is, regardless of what anyone desires or abhors. We are part of it and subject to it. It is not subject to us. Thus, we shall see how, once the objective status of Nature is lost or denied, we are incapacitated from possessing any true knowledge about ourselves and about how we are to relate to the world. This discussion may seem at times somewhat unrelated to the issues directly at hand, but it is not. It is at its heart and soul. Without it, the rest of our discussion is a mere battle of opinions.

 

"Order in the Universe – Aristotle’s Laws of Nature

 

"There are two basic, profoundly different anthropologies behind the competing visions of man at the heart of the dispute over same-sex marriage. For an understanding of the original notion of Nature, we will turn to those who began the use of the term in classical Greece, most especially Plato and Aristotle. To present the antithesis of this understanding, we will then turn to Jean-Jacques Rousseau, who eviscerated the word of its traditional meaning in the 18th century and gave it its modern connotation. The older anthropology is Aristotelian, which claims that man is by Nature a political animal for whom the basic societal unit is the family. The newer is Rousseauian, which claims that man is not a political animal and that society in any form is fundamentally alien to him. These two disparate anthropologies presuppose, in turn, two radically different metaphysics: one is teleological; the other is non-teleological, or anti-teleological. Again, the first one has its roots in Aristotle, the second in Rousseau. These two schools of thought provide convenient and necessary philosophical perspectives within which to understand the uses of the words “natural” and “unnatural” as they are variously employed by the proponents and opponents of homosexual acts and same-sex marriage today.

 

"The discovery of Nature was momentous, as it was the first product of philosophy. Man first deduced the existence of Nature by observing order in the universe. The regularity with which things happen could not be explained by random repetition. All activity seems governed by a purpose, by ends to which things are designed to move.  Before this discovery, in the ancient, pre-philosophical world, man was immersed in mythological portrayals of the world, the gods, and himself. These mythopoeic accounts made no distinction between man and Nature, or between convention and Nature. A dog wagged its tail because that was the way of a dog.  Egyptians painted their funeral caskets in bright colors because that was the way of the Egyptians. There was no way to differentiate between the two because the word “Nature” was not available in the vocabulary of the pre-philosophical world.

 

"According to Henri Frankfort in Before Philosophy, it was Heraclitus who first grasped that the universe is an intelligible whole and that therefore man is able to comprehend its order. If this is true – and only if it is true – man's inquiry into the nature of reality becomes possible. The very idea of “Nature” becomes possible.  How could this be?  Heraclitus said that the universe is intelligible because it is ruled by and is the product of "thought" or wisdom. If it is the product of thought, then it can be apprehended by thinking. We can know what is because it was made by logos. We can have thoughts about things that are themselves the product of thought.

 

"As far as we know, Heraclitus and Parmenides were the first to use the word logos to name this “thought” or wisdom. Logos, of course, means “reason” or “word” in Greek.  Logos is the intelligence behind the intelligible whole. It is logos which makes the world intelligible to the endeavor of philosophy, ie, reason. In the Timaeus, Plato writes, "... now the sight of day and night, and the months and the revolutions of the years, have created number, and have given us a conception of time; and the power of inquiring about the nature of the universe; and from this source, we have derived philosophy, than which no greater good ever was or will be given by the gods to mortal man." Through reason, said Socrates, man can come to know "what is", ie, the nature of things.

 

"Aristotle taught that the essence or nature of a thing is what makes it what it is, and why it is not something else. This is not a tautology. As an acorn develops into an oak tree, there is no point along its trajectory of growth that it will turn into a giraffe or something other than an oak. That is because it has the nature of an oak tree. By natural law, in terms of living things, we mean the principle of development which makes it what it is and, given the proper conditions, what it will become when it fulfills itself or reaches its end. For Aristotle, “Nature ever seeks an end”.  This end state is its telos, its purpose or the reason for which it is. In non-human creation this design is manifested through either instinct or physical law. Every living thing has a telos toward which it purposefully moves. In plants or animals, this involves no self-conscious volition. In man, it does.

 

"Anything that operates contrary to this principle in a thing is unnatural to it. By unnatural, we mean something that works against what a thing would become were it to operate according to its principle of development. For instance, an acorn will grow into an oak unless its roots are poisoned by highly acidic water. One would say that the acidic water is unnatural to the oak or against its “goodness”.

 

"The term “teleological”, when applied to the universe, implies that everything has a purpose, and the purpose inheres in the structure of things themselves. There is what Aristotle called entelechy, “having one’s end within”. The goal of the thing is intrinsic to it. These laws of Nature, then, are not an imposition of order from without by a commander-in-chief, but an expression of it from within the very essence of things, which have their own integrity.  This also means that the world is comprehensible because it operates on a rational basis.

 

"It is by their natures that we are able to know what things are. Otherwise, we would only know specificities, and be unable to recognize things in their genus and species. In other words, we would only experience this piece of wood (a tree), as opposed to that piece of wood (another tree), but we would not know the word “tree” or even the word “wood”, because we would not know the essence of either. In fact, we would know nothing.

 

"Nature is also what enables one person to recognize another person as a human being. What does human nature mean? It means that human beings are fundamentally the same in their very essence, which is immutable and, most profoundly, that every person's soul is ordered to the same transcendent good or end. (This act of recognition is the basis of Western civilization. We have forever since called barbarian those who are either incapable of seeing another person as a human being or who refuse to do so.) Both Socrates and Aristotle said that men's souls are ordered to the same good and that, therefore, there is a single standard of justice which transcends the political standards of the city. There should not be one standard of justice for Athenians and another for Spartans. There is only one justice and this justice is above the political order. It is the same at all times, everywhere, for everyone.

 

"For the first time, reason becomes the arbiter. Reason becomes normative. It is through reason – not from the gods of the city – that man can discern what is just from what is unjust, what is good from what is evil, what is myth from what is reality.  Behaving reasonably or doing what accords with reason becomes the standard of moral behavior.  We see one of the highest expressions of this understanding in Aristotle's Nicomachean Ethics

 

"As classics scholar Bruce S. Thornton expressed it: “If one believes, as did many Greek philosophers from Heraclitus on, that that the cosmos reflects some sort of rational order, then ‘natural’ would denote behavior consistent with that order. One could then act ‘unnaturally’ by indulging in behavior that subverted that order and its purpose”.  Behaving according to Nature, therefore means acting rationally. Concomitantly, behaving unnaturally means acting irrationally. This notion of reality necessitates the rule of reason.

 

"Reason and morality

 

"This is relevant to man alone because only he possesses free will. He can choose the means to his end or choose to frustrate his end altogether. This, of course, is why "moral" laws are applicable only to man. These moral laws are what natural law means in regard to man. That man can defy moral law in no way lessens the certainty of its operation. In fact, man not so much breaks the moral law as the moral law breaks man, if he transgresses it. In short, when we speak of man’s Nature, we mean the ordering of man’s being toward certain ends. It is the fulfillment of those ends which makes man fully human.

 

"What is man’s end? In the Apology, Socrates said that, “A man who is good for anything…ought only to consider whether in doing anything he is doing right or wrong – acting the part of a good man or bad…” The Republic states that “the idea of the Good… is seen only with an effort; and when seen, is also inferred to be the universal author of all things beautiful and right, parent of light and the lord of the light of this visible world, and the source of truth and reason in the intellectual”. Since Socrates, we have called man’s end "the good". This end carries within it an intimation of immortality for, as Diotima said in the Symposium (207a): “… love loves good to be one's own forever. And hence it necessarily follows that love is of immortality”.

 

"The good for man, Aristotle tells us, is happiness. However, happiness is not whatever we say it is, but only that thing which will by our nature truly make us happy. Since man’s nature is fundamentally rational, happiness will consist in the knowledge and contemplation of the ultimate good. (That good, the theologians tell us, is God). Aristotle explains that happiness is achieved only through virtuous actions – the repetition of good deeds. Deeds are considered good and bad, natural and unnatural, in relation to the effect they have on man’s progress toward his end.

 

"So, it is through Nature that we come to understand the proper use of things. The enormous importance of this for our topic is that, since the purposes of things are intrinsic to them, man does not get to make them up, but only to discover them through the use of his reason. He can then choose to conform his behavior to these purposes in a life of virtue, or to frustrate them in a life of vice. He can choose to become fully human, or to dehumanize himself. However, if his choice is the latter, he will not present it to himself in those terms. As Aristotle said, he must see what he selects as a good in order for him to be able to select it. If he chooses to rebel against the order of things, he will present this choice to himself not as one in favor of disorder, but as one for order – but of another sort. He will, as we have said, rationalize: vice becomes virtue. It is to the construction of this other sort of “order”, to this alternate reality, that we now turn. One of its modern architects was Rousseau.

 

"Rousseau’s Inversion of Aristotle

 

"Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) turned Aristotle’s notion of Nature on its head. Aristotle said Nature defined not only what man is but what he should be. Rousseau countered that Nature is not an end—a telos—but a beginning: Man’s end is his beginning. He has no immutable nature. “We do not know what our nature permits us to be”, wrote Rousseau in his Emile. A 20th century version of this view was offered by John Dewey, who said: “human nature is not to have a nature”. There is nothing man “ought” to become, no moral imperative. There is no purpose in man or nature; existence is therefore bereft of any rational principle. This means there is no entelechy, no such thing as ‘having one’s end within,’ as Aristotle put it. In fact, reason itself is not natural to man, according to Rousseau – whereas Aristotle said it is man’s very essence. For Rousseau, the roots of reason are in the irrational. Reason is the servant of the passions, not of the truth.

 

"Contra Aristotle, Rousseau asserted that man by nature was not a social, political animal endowed with reason. Unlike Aristotle, Rousseau does not begin with the family, but with an isolated individual in the state of nature, where the pure “sentiment of his own existence” was such that “one suffices to oneself, like God.”  Nature becomes a secular substitute for the Garden of Eden. Yet this self-satisfied god was asocial, amoral and pre-rational. His couplings with women were random and formed no lasting attachment. The family was not natural to him. As Rousseau wrote in his Discourse on the Origin of Inequality , “… there was one appetite which urged him to perpetuate his own species; and this blind impulse, devoid of any sentiment of the heart, produced only a purely animal act. The need satisfied, the two sexes recognized each other no longer, and even the child meant nothing to the mother, as soon as he could do without her.” (Rousseau, in fact, abandoned his five children.) The Marquis de Sade expressed a thoroughly Rousseauian sentiment in his novel Juliette, when he wrote that “all creatures are born isolated and with no need of one another”.

 

"It was only when through some unexplainable “accident” one man was forced into association with another that his godlike autonomy ended. “Man is by nature good”, said Rousseau, but we have somehow fallen from Nature. What man has become is the result not of Nature but of this “accident”, which also in some way ignited his use of reason.  Rousseau stresses the accidental character of man’s association in society in order to emphasize its unnaturalness and artificiality. It was not necessary. In fact, it shouldn’t have happened. Aristotle taught that you cannot reach perfection by yourself; man needs society and the political order to reach his full potential. The polis is necessary to him. Rousseau asserted the opposite: man begins in perfection, which the formation of society then takes from him.

 

"Here is how Rousseau stated his thesis in his Discourse on the Origin of Inequality: “… this state [of nature] was the least subject to upheavals and the best for man, and that he must have left it only by virtue of some fatal chance happening that, for the common good, ought never to have happened. The example of savages, almost all of whom have been found in this state, seems to confirm that the human race had been made to remain in it always; that this state is the veritable youth of the world; and that all the subsequent progress has been in appearance so many steps toward the perfection of the individual, and in fact toward the decay of the species”. 

 

"In his Discourse on the Sciences and Arts, Rousseau purported to show the destructive influences of civilization and “progress” on men, whose “minds have been corrupted in proportion as the arts and sciences have improved”. In his work Rousseau, Judge of Jean-Jacques, he describes himself as having advanced the "great principle that nature made man happy and good, but that society depraves him and makes him miserable....vice and error, foreign to his constitution, enter it from outside and insensibly change him."  Speaking of himself in the third person, Rousseau wrote that “he makes us see the human race as better, wiser, and happier in its primitive constitution; blind, miserable, and wicked to the degree that it moves away from it."

 

"The society resulting from that “fatal chance happening” has corrupted man. This is Rousseau’s substitution for original sin. Through his association with others, man lost his self-sufficient “sentiment of his own existence.” He began to live in the esteem of others (amour propre), instead of in his own self-esteem (amour de soi). In this way man was “alienated” from himself and enslaved to others. This is what Rousseau meant when he said, “Man is born free and everywhere he is in chains”. Here we see in Rousseau the origin of Marx’s idea of exploitation, carried through, in more recent times, to Jean-Paul Sartre’s existential assertion that: “Hell is other people”. If hell is other people, then heaven must be oneself.

 

"Nonetheless, Rousseau knew that the pre-rational, asocial state of blissful isolation in the state of nature was lost forever, much as was the Garden of Eden. But he thought that an all-powerful state could ameliorate the situation of alienated man. The closest man can come to secular salvation is to abolish those dependent forms of association which have enslaved him to other men and kept him always outside of himself. He must sever, as much as possible, his relations with his fellow members of society so he can return the sentiment of his own existence to himself. How can this be done?

 

"The state demands complete dependence

 

"Rousseau described the accomplishment of this condition: “Each person would then be completely independent of all his fellowmen, and absolutely dependent upon the state”. The state could restore a simulacrum of that original well-being by removing all of man’s subsidiary social relationships. By destroying man’s familial, social, and political ties, the state could make each individual totally dependent on the state and independent of each other. The state is the vehicle for bringing people together so they can be apart: a sort of radical individualism under state sponsorship.

 

"Rousseau’s program was to politicize society totally and his first target was society’s foundation – the primary means by which men are curbed of that total self-absorption to which Rousseau wished them to return – the family. To destroy the family Rousseau proposed that its primary function of educating its children be taken from it and given to the state. “The public authority, in assuming the place of father and charging itself with this important function (should) acquire his (the father’s) rights in the discharge of his duties”. The father is supposed to console himself with the thought that he still has some authority over his children as a “citizen” of the state. His relationship with his children has metamorphosed into a purely political one.

 

"Rousseau’s attack upon the family and his exclusive reliance upon the state as the vehicle of man’s redemption is the prototype for all future revolutionaries. The program is always the same: society, responsible for all evils, must be destroyed. To promote universal “brotherhood”, the only source from which the word “brother” can draw meaning – the family – must be eliminated. Once society is atomized, once the family ceases to interpose itself between the individual and the state, the state is free to transform by force the isolated individual into whatever version of “new man” the revolutionary visionaries espouse.

 

"The artificial family

 

"Here is the point of huge significance for our subject. If the family is artificial in its origins, as Rousseau claimed, then it can be changed and rearranged in any way the state or others may desire. It is simply a shift in convention, a change in a cultural artifact. We can revise human relations in any way we choose. Whoever has sufficient power may make these alternations to suit themselves. There is no standard in Nature to which they must adhere or by which they can be judged. If we do not have a Nature, then there could not possibly be a problem with homosexual acts or same-sex marriage – or with many other things, as well. Pointing out that there has never been such a thing as homosexual marriage in history is superfluous to this point of view since man’s “nature” is malleable. It is the product of history. History moves on and man changes with it. Or rather man can change himself according to his desires, as long as he has the means to do so. Since things do not have ends in themselves, they can be given ends by whoever is powerful enough to do so.

 

"This is the philosophy of the Sophist Callicles in the Gorgias, when he says to Socrates: “the fact is this: luxury and licentiousness and liberty, if they have the support of force, are virtue and happiness, and the rest of these embellishments—the unnatural covenants of mankind—are all mere stuff and nonsense” (492c). With the support of force, virtue becomes whatever you choose. It is not conforming your behavior to the rational ends of Nature, but conforming things to your desires. Reason becomes your instrument for doing this. For Rousseau, man is a creature of desire and appetites, to which his reason is subordinated. Rousseau’s host in England, David Hume, wrote in A Treatise on Human Nature: “Reason is, and ought only to be, the slave of the passions and may never pretend to any office other than to serve and obey them”. Reason is not, then, the means by which man reaches his end in the knowledge and contemplation of the good. It is a tool for satisfying the passions. The inversion of Aristotle is complete.

 

"Natural laws or natural rights?

 

"A modern day version of Callicles would not speak as frankly as he did to Socrates. He would cloak his inversion of natural law in the language of “natural right”, so that it might seem to be the same, while actually being its opposite – just as did Rousseau. If you are an active homosexual, you claim a “right” to sodomitical acts and same-sex marriage. Though “natural right” sounds like natural law, it is not, as Fr. James Schall has explained, at all similar. “Modern natural right theory”, he writes, “is a theory of will, a will presupposed to nothing but itself. In its politicized formulation, it has been the most enduring and dangerous alternative to a natural law that is based in the ontological reality of what man is.

 

"Once natural right becomes the understood foundation of political life, the state is free to place any content into it that it wants, including the rewriting or elimination of natural law. The older constitutional tradition thought that the state was itself both a natural result of man's nature and, in that capacity, a check on the state. But if man has no ‘nature,’ he is freed from this restriction. Modern natural right means that nothing limits man or the state except what he wills. He can will whatever he can bring about whether or not it was held to be contrary to natural law.” Nothing less than this is what is playing itself out in the same-sex marriage struggle.

 

"Though not directly speaking of Callicles or Rousseau in Salt of the Earth, the then-Cardinal Joseph Ratzinger said something that characterizes this school of thought: “the idea that ‘nature’ has something to say is no longer admissible; man is to have the liberty to remodel himself at will. He is to be free from all of the prior givens of his essence. He makes of himself what he wants, and only in this way is he really ‘free’ and liberated. Behind this approach is a rebellion on man’s part against the limits that he has as a biological being. In the end, it is a revolt against our creatureliness. Man is to be his own creator – a modern, new edition of the immemorial attempts to be God, to be like God.”

 

"This is the anthropological and metaphysical perspective within which the same-sex marriage movement makes its case. To accept same-sex marriage means to accept the entire perspective from which it comes, including the assertion that “human nature is not to have a nature”. But natural law is nothing other than what it is to be a human being. Its rejection is a denial of humanity, of what is." 

 

Robert R. Reilly is the author of The Closing of the Muslim Mind. He is currently completing a book on the natural law argument against homosexual marriage for Ignatius Press.

 

Source: http://www.mercatornet.com/articles/view/the_road_to_same_sex_marriage_was_paved_by_rousseau

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 08:00

Ancien ingénieur d'affaires et de recrutement de cadres de PME, aujourd'hui membre du Haut Conseil à l'intégration, Malika Sorel a passé ses dix premières années en France, avant de suivre ses parents en Algérie où elle effectue sa scolarité. Après avoir terminé l'école polytechnique d'Alger, elle revient en France, où elle suit le troisième cycle de Sciences po'. 

 
En 2007, elle publie le Puzzle de l'intégration et les Pièces qui vous manquent (Mille et une nuits). Elle y explique que la question de l'immigration-intégration doit être traitée globalement et non plus de façon sectorielle, qu'il faut cesser d'octroyer la nationalité française à des personnes qui ne sont pas prêtes, psychologiquement et moralement, à l'assumer, et s'appliquer, en revanche, à faire respecter la loi française par tous, sans exception. L'interviouve lumineuse qui suit permet de ramener au réel sur des questions généralement encombrées par l'idéologie.
 
 
affiche_de_propagande_ann_es_80_1.jpg
  
 
Q. - Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?  
 
R. - Les émeutes de 2005 m'ont poussée à écrire ce livre parce que je me sentais responsable de n'avoir, alors, rien dit. Moralement, mais aussi sur le plan affectif, je ne supportais plus cette injustice vis-à-vis du peuple français :les Français sont bâillonnés ; et quand ils osent s'exprimer, on leur fait un procès en racisme ou en xénophobie alors qu'ils veulent simplement préserver leur identité. 
 
Mes origines me permettaient, peut-être, de dire que la véritable victime de l'immigration est le peuple français. 
 
Q. - Vous parlez beaucoup du rôle délétère de la « repentance ». Non seulement pour les Français, mais pour les immigrés eux-mêmes. 
 
R. - Le rôle des élites françaises a toujours été déterminant dans l'instrumentalisation de l'histoire. 
 
La décolonisation a traumatisé tout le monde, soit ! Mais il devrait tout de même être possible, cinquante ans après des drames partagés, de traiter sereinement du passé, avec ses ombres et ses lumières, au lieu de renier son histoire en se laissant enfermer dans la dialectique culpabilisation-victimisation. 
 
Or, c'est malheureusement ce qui se passe. Le discours dominant ne parle que des « horreurs » de la colonisation, et plus personne n'écoute le peuple français, qui est pourtant le plus légitime pour parler objectivement des problèmes engendrés par l'immigration. 
 
De surcroît, transformer les Français de souche en bourreaux n'a fait qu'injecter le poison de la haine dans le coeur des enfants issus de l'immigration. 
 
La France s'autodétruit sans rendre service aux immigrés, puisqu'on attribue leurs erreurs, ou encore leur manque d'investissement, à la Société. Une excuse facile qu'ils reprennent pour ne pas assumer leurs responsabilités. A partir du moment où l'on enferme des gens dans le rôle de victimes, on leur envoie le signal que tout leur est dû. Or, cela n'est pas vrai. 
 
La France fait beaucoup pour les immigrés et leurs descendants, et ceux-ci ont encore énormément à faire pour se rapprocher des Français de souche européenne, en particulier les Maghrébins et les Africains dont la culture reste très éloignée de celle de leur pays d'accueil. Il fallait d'emblée être ferme et affirmer que nos valeurs fondamentales ne changeraient pas. On a fait l'inverse. Dans ces conditions, il est naturel qu'ils développent de moins en moins d'efforts pour respecter les normes collectives françaises. Ils sont convaincus que celles-ci vont changer pour s'adapter à eux. 
 
Il faut aussi dire aux populations d'origine étrangère tout ce que l'Etat fait pour elles, l'argent qui est injecté dans tous les domaines : c'est ainsi qu'on aidera les enfants de l'immigration à se construire le socle de reconnaissance sans lequel rien d'harmonieux ne sera jamais possible. Ce n'est pas en se flagellant qu'on fera aimer la France aux enfants et aux adolescents des banlieues. 
 
Bien au contraire. Notre comportement relève parfois de la psychiatrie ! 
 
Q. - Pourquoi l'idée de « discrimination positive » est-elle dangereuse à vos yeux ?  
 
R. - Parce que c'est une escroquerie. L'intégration n'est pas un ascenseur automatique, mais un parcours semé d'obstacles ! L'idée que l'on puisse progresser dans la société de manière passive est absurde. C'est un engagement sur plusieurs générations, la famille entière doit s'engager autour du projet éducatif. Aujourd'hui, beaucoup d'élèves ne font plus rien. Il faut arrêter de les bercer de mensonges : pour réussir, il faut se prendre en main.
 
Et puis la « discrimination positive » est injurieuse pour les immigrés eux-mêmes : on part du principe que les gens issus de l'immigration n'y arriveront pas seuls parce que les Français les détesteraient. C'est zéro pointé sur toute la ligne. Quand vous travaillez dans une équipe, il faut acquérir sa légitimité auprès des autres. Si vous n'avez pas respecté le même processus de sélection, c'est impossible. Pour devenir légitimes, les personnes issues de l'immigration doivent se plier aux mêmes exigences que les autres.
 
Q. - Vous êtes également très sévère avec la Halde !
 
R. - Elle joue un rôle d'exaspération et de crispation entre les groupes. Elle passe le plus clair de son temps à exacerber les tensions en disant que les gens issus de l'immigration sont victimes de notre Société, alors que c'est l'ignorance des codes sociaux et culturels qui empêche les jeunes d'être recrutés. Cela avait été parfaitement mis en évidence par l'analyse d'entretiens d'embauche auxquels la sociologue Jacqueline Costa-Lascoux avait assisté. Le fait qu'on accepte d'eux ce qu'on n'accepterait jamais des autres ne fait que les enfermer dans leurs propres codes culturels.
 
J'ajoute que je prends comme une bonne nouvelle la mise sous tutelle de la Halde. Mais il faut, à terme, qu'elle disparaisse. Le système judiciaire français est là pour traiter des vraies affaires de discrimination. On n'a nul besoin d'une institution qui participe, vraisemblablement sans le vouloir, à dresser les gens les uns contre les autres.
 
Q. - Qu'opposer, alors, aux doctrines que vous dénoncez ? 
 
R. - Rien d'autre que le modèle d'intégration républicain qui fonctionnait très bien ! On doit accueillir les gens dans la communauté française et non l'inverse. Ils doivent respecter le système français. Si on avait fait ça, on aurait suscité le désir d'intégration. Mais comment y parvenir quand on injecte 200 000 nouveaux entrants par an dans une société déjà en proie à des difficultés majeures ? C'est irresponsable, grave et fondamentalement dangereux.
 
Il est évident que là réside le défi des prochaines années : si l'on continue comme aujourd'hui, nous irons vers des troubles majeurs. Trop de gens arrivés récemment n'éprouvent plus le besoin de respecter la loi , et reconstituent leurs sociétés d'origine sur le territoire français. Si rien n'est fait pour y mettre un terme, la pression va devenir rapidement intenable.
 
Q. - Quelles pressions, justement, exercent ces sociétés reconstituées ? 
 
R. - Dans les cultures maghrébines et africaines, le groupe prend possession de l'individu. Or, plus la Société est déstructurée et permet des accommodements, plus les membres des groupes mieux structurés sont tentés de bafouer les règles françaises, qu'on peut défier à moindre risque. La culture de l'école de la République que les enfants ramènent à la maison est aussitôt rejetée parce qu'elle ne correspond pas aux normes culturelles d'origine.
 
Le racisme anti-blanc est une réalité. L'insulte suprême utilisée, c'est «céfranc ». Les professeurs nous le disent : être sérieux en cours, c'est déjà, pour certains, vouloir devenir français : une honte, car assimilé à une traîtrise. Les bons élèves sont, de ce fait, de plus en plus soumis à des pressions par les enfants issus de la même origine culturelle. Le fait que les institutions françaises, la police et l'école soient attaquées n'est évidemment pas anodin. Or, on continue à excuser les auteurs de ces attaques, à les déresponsabiliser en invoquant leurs conditions sociales.
 
Ces mêmes populations, avec des conditions sociales nettement inférieures, ne se comportent pas ainsi dans leur pays d'origine. C'est bien la preuve que l'attitude de notre Société a joué un rôle déterminant dans l'apparition des problèmes que nous connaissons.
 
Q. - Vous accusez le droit du sol. Pourquoi ? 
 
R. - Devenir Français est un processus qui doit être personnel, car il faut être prêt à assumer d'inscrire ses propres descendants dans un nouvel arbre généalogique qui n'est pas celui de ses ascendants biologiques et culturels. Il y a là une véritable rupture, très difficile à assumer. C'est pourquoi, aujourd'hui, pour une multitude de raisons, peu de gens ont le désir de devenir français. Ils prennent les papiers parce qu'ils savent que c'est le sésame avec lequel ils n'auront plus jamais faim. Ils sont honnêtes et l'avouent : je ne suis pas Français, j'ai juste les papiers. C'est la classe politique, dans son ensemble, qui ment et occulte ce que signifie l'identité française.
La Communauté française reste pour l'instant silencieuse car elle est bâillonnée mais, comme dans tous les pays du monde, elle n'est pas prête à accepter comme françaises des populations étrangères à son identité. Il y a aujourd'hui, en France, une négation fondamentale du droit des Français à être Français. 
 
Q. - Quelle distinction faites-vous entre insertion et intégration ? 
 
R. - L'intégration, c'est le fait d'assumer l'héritage du peuple français, de porter soi-même les valeurs et les principes des Français, de les transmettre à ses propres enfants. Il y a une forte dimension affective et morale. On ne peut pas exiger cette étape, elle est trop personnelle, trop intime. En revanche, l'insertion est absolument non négociable, c'est le respect des règles et lois de la Société. Nombre de ces règles sont tacites. Elles ne sont pas nécessairement inscrites dans des lois. L'insertion dans la Société française constitue une étape indispensable avant l'intégration dans la Communauté nationale française. C'est ce que ne respecte pas le droit du sol.
 
Q. - L'une des plus grandes erreurs a été, selon vous, de dégrader l'apprentissage de la langue et de la culture française. Pourquoi ? 
 
R. - L'école de la République a un savoir à transmettre, qui crée un référentiel commun à tous les enfants. La langue est un passeport culturel pour naviguer dans la Société française. On les a empêchés de pouvoir le faire en revoyant nos exigences sans cesse à la baisse. Pis, l'école s'est mise à verser dans le relativisme culturel, et même à leur transmettre des éléments de leur référentiel culturel alors que c'est bien la seule chose que leurs familles leur transmettent.
 
Aimer une langue est un tremplin pour aimer un peuple. Au travers de la langue, des textes de littérature et aussi des contes et des chansons enfantines, c'est bien la culture qui est transmise. Aujourd'hui, dans les rues, dans les cours d'école, on ne parle plus français. C'est un signe sans équivoque du réel refus d'intégration. Sans compter qu'un enfant qui ne peut s'exprimer et se faire comprendre du fait de la pauvreté de son langage a une plus grande propension à devenir violent. Commençons donc par accentuer l'effort sur la maternelle et sur les premières classes de l'école primaire, en réduisant les effectifs par classe et en mettant l'accent sur la transmission de la langue. Revoyons aussi le circuit des allocations. Il faut impérativement que cet argent aille en priorité au projet éducatif, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. A chaque rentrée scolaire, au lieu de remettre aux parents un chèque qui, souvent, sera envoyé dans le pays d'origine, donnons un cartable, des cahiers et des livres directement à l'enfant.
 
Q. - Que pensez-vous de la déchéance de nationalité ? 
 
R. - Il faut la mettre en place. Et il faut cesser de donner la nationalité à tout le monde. Les gens qui risquent aujourd'hui la déchéance de nationalité n'auraient jamais dû l'obtenir. Il faut vraiment que les politiques s'occupent de toutes ces questions très rapidement. Beaucoup, parmi eux, sont habités par la peur car les populations de l'immigration leur apparaissent comme ayant facilement recours à la violence. Il va pourtant falloir avoir le courage de traiter toutes les dimensions de ce sujet. C'est dans l'intérêt de tous. Notre Société est chaque jour plus déstabilisée. C'est la cohésion nationale qui est désormais en jeu!"
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 08:00
Pour clôturer une année militante extrêmement riche et diversifiée sous la conduite du Délégué régional de l'A.F. Vincent Gaillère, l'historien bien connu de nos amis Philippe Prévost donnera, du 14 au 16 juin prochains, pour le soixante-treizième anniversaire de l'accession salvatrice au Pouvoir du maréchal Pétain, une importante série de conférences sur le thème: "Vichy, inventeur et acteur de la modernisation de la France". Afin de rappeler aux plus jeunes de nos amis ce qu'ils doivent à "Vichy", la fédération interprovinciale de l'Action française juge bon de faire, en ce jour de la fête des Mères 2013, le point sur les mesures d'ordre social que prit l'Etat français pendant la Révolution nationale de 1940; certaines pourront appraître désuètes, en revanche d'autres pourraient être aujourd'hui reprises telles quelles par un Pouvoir national...
 
Action française-Pau & Pyrénées
 
4 Piliers Fédération
 
Sous l'Etat français (1940-1944), la femme française est l'objet de toutes les sollicitudes du gouvernement du maréchal Pétain, Chef de l'Etat. Un responsable du Gouvernement résume ainsi son rôle dans la société vichyssoise :
« Si chacun balayait devant sa porte, la rue serait vite propre. Appliquons cela à la Société et disons : si chaque femme soignait, purifiait, refaisait sa maison, comme la Patrie deviendrait belle » !
 
C'est à cette image de la Femme éternelle que le maréchal Pétain rend hommage en faisant de la "journée des mères" (dernier dimanche de mai) une quasi-fête nationale. Le 25 mai 1941, dans un de ses innombrables discours, il célèbre la famille "cellule initiale de la Société" et le" foyer, dont la mère est la maîtresse.
 
Ainsi la femme est règne sur sa maison, se dévoue à ses enfants, assume les tâches domestiques et son travail ne doit pas être salarié pour ne pas menacer celui des soldats démo­bilisés. Si les nouvelles lois restreignent en quelque sorte sa liberté de travailleuse, elles renforcent sa place d'épouse et de mère.
 
L'embauche des femmes est interdit, l'avortement sévèrement réprimé, le divorce est rendu plus difficile, voire impossible. Les pères seuls sont reconnus chefs de famille. Qualifiés par le Maréchal d'après Péguy d'"aventuriers des temps modernes", ils sont présents dans les conseils municipaux et siègent dans les associations de familles constituées dans toutes les communes.
 
L'allocation de salaire unique représente durant cette période 50 % des prestations familiales, c'est dire l'intérêt que porte le Gouvernement aux besoins de la femme au foyer en temps de pénurie. Cependant, du fait de l'Occupation et du nombre de prisonniers de guerre en Allemagne, les besoins en main d'oeuvre augmentent, la situation économique s'aggrave et le Gouvernement est finalement contraint en 1942 de suspendre la loi qui empêchait les femmes mariées de travailler.
 
 
 
Journée des Mères 2 
 
Quelques exemples de lois sociales
du Gouvernement du maréchal Pétain:
 
11 OCTOBRE 1940 — Interdiction d'embauche de femmes mariées dans les services de l'Etat, les collectivités locales ou territoriales. Obligation pour les femmes de plus de 50 ans de prendre leur retraite.
 
15 FÉVRIER 1941 — Augmentation du taux des allocations familiales qui passent de 20 % à 30 % du salaire départemental à partir du 3e enfant.
 
29 MARS 1941 — L'allocation de mère au foyer est transformée en allocation de salaire unique et étendue aux femmes d'artisans et d'agriculteurs.
 
15 FÉVRIER 1942 — Loi faisant de l'avortement un " crime contre la sûreté de l'Etat ".
 
2 AVRIL 1941— Loi interdisant de divorcer avant un délai minimum de 3 ans de mariage. Restriction des causes de divorces.
 
23 JUILLET 1942 — L'abandon de foyer n'est plus une faute civile mais une faute pénale.
 
23 DÉCEMBRE 1942 — Loi protégeant la " dignité du foyer loin duquel l'époux est retenu par suite des circonstances de guerre ".
 
 
Journée des Mères 5
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Pau & Pyrénées - dans Politique sociale
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:00
On lira ci-dessous l'intéressante interviouve d'une jeune chercheuse en sciences politiques sur un récent sondage I.P.S.O.S. commandé par Le Monde, la fondation Jean-Jaurès (le think-tank du parti socialiste) et le CE.VI.PO.F (centre d'études de la vie politique française) sur l'état de la France en 2013. Il ressort de sa partie sur les religions que l'islam fait l'objet d'une récupération politique et médiatique persistante, fondée sur la peur de déclassement des couches populaires. Le racisme fait toujours voter et vendre du papier. Toutefois, les solutions locales de vivre-ensemble évoquées, pour empiriques qu'elles soient, dépendent de la bonne volonté de chaque partie, et non d'un plan d'ensemble d'assimilation des Français de confession musulmane. Seul, un Etat royal et fort, libre de toute démagogie, pourrait le mettre en oeuvre.
A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc
 insigne_de_la_ligue.jpg 
"Ivoa Alavoine, experte associée auprès de la Fondation Jean Jaurès, analyse pour Atlasinfo le volet « Religion » de la récente enquête "France 2013 : les nouvelles fractures" effectuée par IPSOS pour Le Monde/la Fondation Jean-Jaurès/CEVIPOF. Cette enquête s’attache, parmi d’autres thématiques, à la perception des religions catholique, juive et musulmane par les Français. Les résultats du sondage révèlent un rejet spécifique de l’islam.



"Q. - Pour 80% des sondés, l’islam cherche à imposer son mode de fonctionnement aux autres. Pour 74% d’entre eux, il est incompatible avec les valeurs de la société française. Comme expliquez-vous ce rejet général de l’islam?

"R. - Il y a évidemment plusieurs facteurs. Il y a essentiellement une crispation identitaire. La crise n’est pas sans lien avec cette peur de l’étranger à l’intérieur de nos frontières, médiatiquement mis en valeur avec des histoires anecdotiques qui ont finalement donné lieu à des débats publics d’importance, comme la question de la burqa ou des prières dans la rue. Plus qu’à une analyse sérieuse des fondements de la religion musulmane et de son éventuelle incompatibilité avec la République, la crise et l’identification de l’étranger au sein de nos frontières permettent de donner des explications rapides à un malaise plus général.

"Q. - Comment analysez-vous le fait que ce rejet de l’islam dépasse les clivages politiques ?
 
"R. - Lorsqu’on regarde la répartition par appartenance politique, on constate que les musulmans sont pris en étau entre une frange qu’on peut rapidement qualifier « de gauche », relativement anticléricale et qui met sur le même plan les religions juive, catholique et musulmane. C’est ce que l’enquête de l’IPSOS a désigné dans sa typologie comme « les libertaires », qui sont par nature hostiles ou défavorables à l’expression religieuse dans l’espace et le débat publics. Et de l’autre côté, il y a ceux qui sont désignés par IPSOS comme les « populistes » et « les crispés » qui ont une défiance seulement à l’égard de l’islam alors qu’à l’inverse, la religion catholique est vue comme compatible avec les valeurs françaises. Les musulmans souffrent de cet étau.

"Q. - Est-ce que selon vous le « musulman » remplace l’ancien bouc émissaire qu’est « l’immigré »?
 
"R. - Un certain nombre de chercheurs montrent que dès la fin des années 80 et le début des années 90, le personnage type et fantasmé du « travailleur immigré » avait tendance à disparaître à la faveur de l’éclosion du « musulman ». Cela s’explique par le fait que les revendications ouvrières elles-mêmes n’occupent plus la même place dans le paysage politique et structurent bien moins les combats politiques qu’autrefois. Aujourd’hui, on ne voit plus s’opposer les travailleurs et les autres, et par la même, le travailleur immigré a dépéri au bénéfice de l’image du musulman. On peut dire que le musulman a remplacé le travailleur immigré mais aussi, comme le dit l’historien Michel Winock dans sa récente interview dans Le Monde, qu’il a remplacé le bouc émissaire de l’intérieur qu’était le juif dans les années 30.


Ivoa Alavoine
"Ivoa Alavoine", un pseudonyme? (Photo D.R.)
 
"Q. - Est-ce que des facteurs conjoncturels pèsent dans les résultats du sondage, comme l’actuelle guerre au Mali ou encore l’affaire Mohammed Merah ?
 
"R. - On peut dire que c’est conjoncturel, mais c’est un conjoncturel qui commence à perdurer. Vous auriez pu par exemple me poser la même question au moment de l’affaire du voile. Je vous aurais répondu la même chose : Oui. Cela va faire longtemps que dans le paysage médiatique, on retrouve des affaires mettant en cause la question de l’expression de l’islam dans la vie publique. Il y a une responsabilité des bulles médiatiques qui se font autour de ce sujet. Je peux citer par exemple l’histoire de Liès Hebbadj, mis en cause par l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux parce que sa femme conduisait voilée. Ensuite, on avait agité le chiffon rouge du musulman qui fraude par ailleurs les allocations. On avait affaire à des amalgames absolus, alors qu’en définitive, ce personnage ne représentait rien d’autre que lui-même ! Aujourd’hui, il n’y a plus du tout cette même orchestration médiatique de sous faits-divers. Mais la société française a été durablement traumatisée par une exposition de la problématique musulmane particulièrement conflictuelle et belliqueuse. Aujourd’hui, nous avons un gouvernement qui recherche plus l’apaisement que la confrontation, qui a moins vocation à trouver un bouc émissaire facile, mais la société me semble néanmoins durablement traumatisée.

"Q. - Vous parlez de responsabilité médiatique : quelle est celle de la classe politique ?
 
"R. - Il est certain que l’un alimente l’autre. Pour parler purement du politique, on voit qu’une ambigüité d’une partie de la gauche vis-à-vis des religions en général, comme chez le Parti Communiste, peut malheureusement rencontrer une critique pour le coup nettement plus essentialiste, voire carrément raciste, de la part de l’extrême droite. Il existe des positions de principe idéologiques qui rejoignent l’ordre des représentations sur lequel repose d’ailleurs l’enquête. Mais à l’inverse, quand vous regardez les responsables politiques qui cherchent à ce que les choses se passent correctement et sans conflit, ils trouvent des solutions. En réalité, le conflit est dans l’ordre du principe et c’est facile. Médiatiquement, c’est facile, un bouc émissaire, c’est facile. Mais en revanche, quand on décide de s’atteler à comment résoudre la coexistence de chacun avec tous, on trouve des solutions. Il y a une sorte de dichotomie entre l’ordre du principe et celui de la pratique. Et cela suppose un engagement responsable des politiques."

(Propos recueillis par Lucile Marbeau)
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 09:00

On lira ci-après l'avis d'une trentaine de religieux, universitaires, hommes politiques et stars du show-biz sur le mariage pédérastique, contre lequel un million de Français (dont un bon nombre de nationalistes d'Action française du Grand Sud-Ouest), a défilé le 13 janvier dernier à Paris. La fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, qui a activement soutenu cette manifestation, propose donc ses fidèles lecteurs ces quelques citations de bon sens qui donneront, espérons-le, à réfléchir au Parlement.

 

A.F.-Grand Sud-Ouest

 

Alix au pays des pédérastes

 

1/ Autorité religieuses

des diverses familles spirituelles

de la France :

Mgr Ginoux

Evêque de Montauban

la notion du mariage se comprend comme la reconnaissance devant la société de leur union. Le mariage est la garantie de la vie commune des époux, de leur statut de parents et de la filiation de leurs enfants. Cette institution immémoriale n’a jamais varié parce qu’elle permet d’assurer les bases de la société et, en particulier, celle de la filiation

Mgr Herbreteau

Evêque d'Agen

On ne bâtit pas une institution comme le mariage uniquement à partir de sentiments. De même, lorsque l'on dit : D'autres pays d'Europe l'ont bien fait, pourquoi pas nous ? L’argument n’est pas vraiment juste. Peu de pays, en fait, ont élaboré le même type de projet. À travers cette institution, la société reconnaît et protège le libre engagement de l’homme et de la femme dans le respect mutuel, la fidélité et l'ouverture à la vie. 250000 mariages sont célébrés en France chaque année et c'est toujours un événement important pour ceux qui s'y engagent.

Mgr Jordan

Archevêque de Reims

Le mariage pour tous n'a jamais existé et ne peut pas exister. Le mariage, c'est un homme, une femme et, si possible des enfants. On ne peut pas sortir de cela, c'est notre nature, et aussi l'un des fondements de notre civilisation. La société elle-même a déjà placé des interdits immémoriaux : on ne peut pas, par exemple, épouser un proche parent, ou plusieurs personnes en même temps. Donc toute situation de couple n'est pas mariage. Il ne suffit pas de dire que, du moment qu'on s'aime, on peut se marier.

Mgr Joseph

Métropolite orthodoxe

Ouvrir le mariage à des personnes de même sexe consiste à supprimer le caractère référentiel de l’image biblique du couple de l’homme et de la femme, image qui renvoie à l’anthologie biblique mais aussi à la finalité structurelle de la constitution d’un tel couple, à savoir l’enfant et la perpétuation du genre humain.

UOIF

Union des organisations islamiques de France

La référence unique à la famille père-mère-enfants se trouve dépassée par l'évolution de la société, c'est un fait[...] Le mariage ne doit pas avoir pour unique objet la célébration de l’amour, parce qu’il est d’abord et avant tout un engagement, par un pacte civil incluant des droits et devoirs réciproques.

Gilles Bernheim

Grand rabbin de France

Ce que l’on oublie souvent de dire : L’amour ne suffit pas, même si la capacité des homosexuels à aimer n’est évidemment pas en cause. Aimer un enfant est une chose, aimer un enfant d’un amour structurant en est une autre.(...) le rôle des parents ne consiste pas uniquement dans l’amour qu’ils portent à leurs enfants. Résumer le lien parental aux facettes affectives et éducatives, c’est méconnaître que le lien de filiation est un vecteur psychique et qu’il est fondateur pour le sentiment d’identité de l’enfant.

 

2/ Universitaires:

Claude Lévi-Strauss

Anthropologue et ethnologue

Les règles de la parenté et du mariage ne sont pas rendues nécessaires par l'état de société. Elles sont l'état de société lui-même, remaniant les relations biologiques et les sentiments naturels

Xavier Lacroix

Théologien et philosophe

Le mariage est aussi une institution et pas seulement un contrat. L'institution du mariage est définie par un corpus de droits et de devoirs des époux entre eux et envers les enfants. La société y intervient comme tiers, considérant qu'elle en a besoin pour l'intérêt général. La société a-t-elle besoin de l'amour homosexuel, de couples homosexuels solidaires. Peut-être, mais j'en doute. [...]

Monette Vacquin/JP Winter

Psychanalystes

Ce déni de la différence, une femme est un homme, Freud le nommait déni de la castration. Cela signifie, dans le jargon psychanalytique, que la castration n'existe pas, il suffit que je la nie mentalement pour que son existence réelle soit réfutée. Quand un licenciement devient plan social, on est mal à l'aise. Quand un ballon devient référent rebondissant, on se demande si on rêve. Quand le mariage devient une discrimination légale contre les citoyens fondée sur leur orientation sexuelle, on commence à avoir peur.

Sylviane Agacinski

Philosophe et professeur

Le mot-valise homoparentalité a été forgé pour instaurer le principe d'un couple parental homosexuel et promouvoir la possibilité juridique de donner à un enfant deux parents du même sexe. Or c'est bien l'institution d'un couple parental homosexuel qui fait question, dans la mesure où il abolirait la distinction homme/ femme au profit de la distinction entre homosexuels et hétérosexuels. Cette dernière division est-elle en l'occurrence pertinente ? […]le lien de filiation unissant un enfant à ses parents est universellement tenu pour bilatéral, et cette bilatéralité serait inintelligible si elle ne s'étayait directement sur la génération sexuée

Laurent Bouvet

Politologue

Les socialistes continuent de fonctionner par slogans. Ils n’ont pas réfléchi en profondeur sur le sujet. Ils raisonnent par évidence, là où tout est subtilité. Ils imaginent que l’on peut aborder la question du mariage homosexuel sans penser la question de la filiation, qui est autrement plus complexe. Le gouvernement a ouvert une boîte de Pandore. L’élite socialiste n’imagine pas combien, sur ces questions, la société, les élus de province, ne sont pas en phase avec elle.

 

3/ Politiciens de tous bords :

Bernard Accoyer

Maire UMP d'Annecy-le-Vieux

Je suis défavorable à cette réforme et je m’opposerai au vote de ce projet de loi s’il est effectivement débattu à l’Assemblée nationale comme le Gouvernement l’a annoncé. Ce projet vise à répondre à une revendication portée par des associations militantes qui aboutirait à remettre en cause un des fondements multiséculaires de la société : le mariage, institution destinée à réunir les meilleures conditions d’accueil, et d’épanouissement pour l’enfant.

Laurent Baumel

Député PS d'Indre-et-Loire

Ce n'est pas l'heure de mener des débats d'avant-garde qui ne recréent pas de la confiance avec les couches populaires qui ont le sentiment que la gauche ne s'occupe pas d'elles.

Patrice Carvalho

Député Front de gauche de l'Oise

Je voterai contre. J’ai voté le pacs et c’est suffisant. Le mariage, c’est un homme et une femme qui peuvent concevoir un enfant. La nature n’est pas faite autrement. Ce dossier, ce n’est pas la priorité des Français en ce moment, c’est de l’enfumage!.

Jean-François Copé

Secrétaire général de l'UMP

Pour ma part je suis opposé au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels. Je pense que le mariage est un cadre destiné à donner une protection aux enfants. Il est intrinsèquement lié à la famille et s’organise autour d’un modèle composé d’un père et d’une mère.

Philippe Cochet

Député UMP du Rhône

J'estime en effet, qu'au delà de l'aspect moral et sociologique des conséquences d'un tel choix, celui-ci traduit une sérieuse remise en question des fondements de la famille et de la société.

Gérard Charasse

Député Socialiste, "radical et citoyen" de l'Allier

Je suis opposé à cette proposition qui ne figurait pas dans mon programme de campagne qui reprenait, au niveau national, pourtant l’essentiel de celui de la majorité présidentielle. Je n’ai pas changé d’avis et, non pour des raisons de “nature”, mais pour des raisons politiques, je ne voterai pas cette proposition.

Jean-François Debat

Maire PS de Bourg en Bresse

[...] Pourquoi, alors, refuser le mariage pour tous ? Parce que du mariage découlent, automatiquement, les questions de filiation et de parentalité, et que c’est sur cet aspect que j’ai un désaccord de fond. En effet, pour moi, il n’y a pas de droit à l’enfant, mais des droits de l’enfant. Je comprends parfaitement l’aspiration de couples homosexuels stables à élever un enfant, et ne la traite ni avec ironie, ni avec suspicion. Cependant, à mes yeux l’enfant n’est pas un droit, ni pour un couple hétérosexuel, ni pour un couple homosexuel.

Georgina Dufoix

Ancienne Ministre PS

Pour que deux personnes d'un même sexe puissent se marier il faudrait changer le code civil, et en faire disparaître tout ce qui traduit l'altérité entre un homme et une femme, et essentiellement les mots Père et Mère. Ne nous y trompons pas, derrière ce changement de mot, il y a, bien sûr, la volonté de faire plaisir à une communauté, la communauté homosexuelle (LGBT). Mais il y a surtout un présupposé fondateur qui est celui de la philosophie du Genre.

Daniel Fasquelle

Député UMP

[...] la réponse ne peut cependant passer, pour de nombreux Français, par le mariage et ses conséquences en matière de filiation : adoption, procréation médicalement assistée et mère porteuse. [...]

Jean-Christophe Fromantin

Maire de Neuilly-sur-Seine

La famille, dans la complémentarité de sa composition, n’est pas cette cellule évolutive aux conséquences anthropologiques nouvelles que vous évoquez mais bel et bien le socle fondateur des civilisations et de leur équilibre. C’est la raison pour laquelle seul le mariage entre un homme et une femme justifie l’acte solennel institué par le Code civil. En bouleversant cette réalité vous allez déstabiliser le premier espace d’affection et de solidarité que constitue une famille composée d’un père, d’une mère, d’enfants et de grands parents.

Bruno Gilles

Sénateur UMP des Bouches du Rhône

Le mariage est réservé aux couples, constitués d’un homme et d’une femme, avec pour perspective une descendance. Il s’agit d’une institution et non pas d’un contrat. Il a pour corollaire la venue d’enfants. Avec l’institution du mariage, la société entend à la fois protéger l’altérité homme-femme et l’enfant qui peut en être issu. Il ne peut y avoir d’égalité entre les couples hétérosexuels et les unions homosexuelles puisque ces dernières sont fondées sur la négation de l’altérité et par voie de conséquence sur l’impossible conception d’enfants.

Alain Gournac

Sénateur UMP Yvelines.

Elle est le fondement sur lequel notre société à l’équilibre toujours précaire peut encore prendre appui. Personne n’a le droit d’y toucher. Tout le monde a le devoir de la défendre et de la consolider.

Elisabeth Guigou

Ancienne Ministre PS

Pourquoi l’adoption par un couple homosexuel serait-elle une mauvaise solution ? Parce que le droit, lorsqu’il crée des filiations artificielles, ne peut ni ignorer, ni abolir la différence entre les sexes. […] Je veux être parfaitement claire : je reconnais totalement le droit de toute personne à avoir la vie sexuelle de son choix. Mais je dis avec la plus grande fermeté que ce droit ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l’enfant.

Bernadette Laclais

Député PS de Savoie

[...] Mais au nom de l'égalité des droits entre adultes, faut-il créer par la loi des inégalités entre enfants ? Certes ces inégalités existent déjà entre enfants de conditions différentes, mais elles sont le résultat de parcours de vie, de situations de fait. [...] Mais cela suffit-il à admettre que, par l'a priori de la loi, des enfants auront à grandir avec des parents de même sexe, et d'autres avec des parents de sexes différents ?

Jérôme Lambert

Député PS de Charente

Que celles et ceux qui choisissent de vivre une sexualité différente soient considérés et protégés en tant que personne humaine, mais que leur mode de vie n'impose pas des changements pour toute l'organisation sociétale.

Annick Lepetit

Député de Paris, porte parole du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale

Sur ces sujets de société, chacun se sent concerné. La famille, le couple, ce sont des cordes sensibles. On se sent en droit de s’exprimer. Pas besoin d’être expert en finances de la Sécurité sociale.

Bernard Mantienne

Maire UMP de Verrières le Buisson

Permettez-moi de vous dire qu’une telle décision appuyée par une minorité constituerait, si elle se confirmait, une erreur et une faute. Erreur parce que depuis toujours la famille normale est le socle de la société, socle sur lequel se forge la personnalité de chaque être dans un cadre d’affection et d’équilibre pour les époux comme pour les enfants et cela quels que soient les embuches et échecs. Faute parce que cette atteinte à la loi naturelle ouvrirait la voie à toutes sortes de dérives.

Christine Meyer

Secrétaire générale du Mouvement Républicain et Citoyen

[...] Si le mariage civil et républicain n’oblige pas à faire des enfants, d’une part il y est fortement lié, et surtout il règle l’importante question de la présomption de paternité. Si un enfant naît, il a automatiquement une mère et un père.

Thierry Robert

Député-maire MODEM de Saint-Leu

Ma conviction personnelle a toujours été que le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme. La mise en place du mariage entre deux personnes du même sexe comporte des implications sociales et culturelles importantes pour les fondements de la société française et réunionnaise.

Ségolène Royal

Ancienne candidate PS à la Présidence de la République

La famille c'est un père et une mère.

Bernard Poignant

Maire PS de Quimper

Seule compte l’idée que l’on se fait de l’accomplissement d’un enfant. A mes yeux et quoi qu’il arrive, il se construit dans l’altérité des genres, masculin et féminin, père et mère. Qu’ils soient présents ou absents, parfaits ou imparfaits. Un enfant doit toujours savoir qu’il a ou a eu un père et une mère. Personne ne peut discuter ce fait. [...] S’agit-il de permettre une reconnaissance sociale de l’amour ? La réponse est encore non. S’agit-il d’une question de filiation, donc des enfants ? La réponse est oui. Car le mariage entre deux personnes de sexe différent présuppose une filiation biologique, au moins quand elles sont en âge de procréer. Elles ignorent aussi si l’un des deux ou les deux sont stériles. Quand un enfant nait, le mari est présumé père et seulement présumé car l’enfant a pu être conçu avec un autre homme dans l’ignorance du mari. Quand le couple n’est pas marié, l’enfant est reconnu ou pas par le compagnon ou tout autre homme. Dans tous les cas de figure, il y a un père et une mère.

Michel Terrot

Député UMP Rhône

le mariage, tradition pluriséculaire et institution républicaine, n’est pas une simple “niche” fiscale et sociale. Il n’est pas non plus une reconnaissance légale des sentiments que deux personnes peuvent se porter, aussi sincères soient-ils. Il est avant tout la reconnaissance juridique de la famille naturelle, c’est à dire de l’alliance entre un homme et une femme, et la prise en compte de l’apport spécifique de ce mode de vie à l’effort collectif.

Jean-Marc VEYRON

Maire de Chasselas

En tant que citoyen homosexuel, je ne me sens pas du tout représenté par les associations LGBT. [...] J’ai ainsi acquis la conviction que l’idéal, pour un enfant, est d’être élevé dans une famille composée d’un père et d’une mère. On va me dire que les hétéros divorcent, se remarient, recomposent des familles. C’est une réalité qu’on ne peut pas nier. Mais la loi doit reconnaître ce qu’il y a de beau et de souhaitable, pas encourager les pratiques minoritaires. La loi doit protéger le plus faible, donc l’enfant.

 

4/ Show-biz et divers :

Dave

Chanteur

Je ne suis pas pour. Parce que je suis un beatnik et que je suis contre le mariage tout court. On n'a pas besoin de monsieur le maire pour vivre ensemble. Et puis, symboliquement, gardons le mariage pour les hétéros.

Jean-Pier Delaume-Myard

Auteur de documentaires

Nombreux sont les homosexuels qui n’ont aucune envie de se marier. Alors pour qui fait-on cette loi ? Pour les homosexuels ou pour les quelques centaines de gays qui vivent dans le Marais ? [...] Se pose la question bien évidemment de la signification du mot famille. [...] Cela sera quoi, les repères pour cet enfant, sa filiation… son non-rapport à la mère ou au père.

Karl Lagerfeld

Couturier et designer

[...] je suis violemment contre les mères porteuses, les ventres loués pour que ces messieurs jouent à la poupée. Ça, je déteste. Des enfants sans mère, j’en veux pas!

 

Catherine Lara

Violoniste, chanteuse, compositrice

J'ai un respect terrible pour les vieilles valeurs. J'ai eu la chance de vivre avec des parents amoureux qui se sont aimés... Pour moi le mariage c'est le papa, la maman et le fruit de cet amour-là qui donne des enfants. J'aime ça, j'aime cette rassurance. Et ce que je souhaite à tous les enfants du monde, c'est d'avoir un papa et une maman. [...] Mon goût profond va pour les vraies valeurs. Le mot mariage pour moi il est un peu sacré.

Bernard Tapie

Homme d’affaires

Mais est-ce que l’on peut fabriquer un enfant sans père ni mère sans prendre le risque qu’il en souffre ? Je ne le crois pas.

Hervé Villard

Auteur, compositeur et interprète français

Je trouve ça épouvantable. Je vous le dis très sincèrement. je pense qu'un enfant doit avoir un père et une mère. Je trouve ça insupportable. On est mal barrés. [...] Je trouve ça sordide.

 

 

Source: http://www.catholiques-en-campagne.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=404:taubira-et-les-40-geneurs&catid=17&Itemid=44

                                         

 

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 09:00

On verra dans l'interviouve qui suit d'une militante du Mouvement républicain et citoyen (M.R.C.) de Jean-Pierre Chevènement, parue récemment dans Le Figaro, que des gens de gauche doutent de l'opportunité et de la pertinence du projet gouvernemental de mariage pédérastique. Bien que nous ne soyons pas d'accord avec la position de Madame Meyer sur la question de l'adoption par les pédérastes, il s'agit dans l'ensemble d'un intéressant élément de réflexion à apporter à nos amis. Nombre de ses arguments de bon sens peuvent être repris par tous les Français réalistes.

 

A.F.-Grand Sud-Ouest

 

Haddock se fâche!

Le capitaine Haddock,

qui n'est pas un pédéraste,

vient d'apprendre

le projet du gouvernement Hollande.

(Photo D.R.)

 

Q. - Vous êtes opposée au mariage homosexuel. Dans quel état d'esprit êtes-vous au juste vis-à-vis de ce projet?

 

Christine MEYER. - Je suis sceptique. Je n'ai aucun engagement religieux, mais je m'interroge sur le sens de cette revendication en faveur du mariage homosexuel.

 

Q. - Qu'est ce qui vous gêne dans le projet de loi?

 

R. - Il faut d'abord être au clair sur ce qu'est le mariage. Il s'agit d'une institution destinée à assurer la filiation, à partir d'une procréation entre deux sexes. On peut bien entendu critiquer cette institution. Ce qui est d'ailleurs le cas depuis des siècles. Mais on ne peut pas demander à ­cette institution d'être ce qu'elle n'est pas, à savoir un contrat entre deux individus, contrat fondé sur l'amour ou l'inclination sexuelle. Même si ces affirmations peuvent paraître un peu dures, elles permettent d'éclairer le débat. On voudrait que le mariage devienne la reconnaissance par l'État d'un lien affectif entre deux individus, quel que soit leur sexe. À ce titre, pourquoi s'en tenir à une relation entre deux individus? Après tout, un individu peut sincèrement et authentiquement aimer deux ou trois personnes de sexe identique ou différent. Pourquoi alors ne pas les marier aussi? Selon moi, l'État n'a pas à valider ou non une relation privée. Cela reviendrait à considérer les désirs comme des droits individuels que les institutions doivent satisfaire. Or, en tant que femme de gauche, je fais un lien entre le libéralisme économique qui vise à supprimer toute norme ou règle faisant obstacle à la circulation généralisée des marchandises et la libération infinie des désirs qui elle aussi refuse toute norme ou obstacle.

 

Q. - La «libération infinie des désirs», est-ce aussi permettre à des couples de même sexe d'avoir des enfants par la PMA?

 

R. - C'est une des conséquences possibles. Nous voyons d'ores et déjà apparaître cette revendication. J'y suis catégoriquement opposée. Avec la procréation médicalement assistée, on entre dans une conception totalement prométhéenne de l'homme - «maître et possesseur de la nature» -, qui produit des enfants selon ses désirs, à partir des pouvoirs de la technique. De ce point de vue, je m'étonne que les courants écologistes, si respectueux de la nature, soient le fer de lance d'une revendication qui renvoie à une figure de l'homme qu'ils ne cessent de dénoncer.

 

Q. - Et l'adoption par les couples homosexuels?

 

R. - J'y serais plutôt favorable, parce que je dénonce à la fois l'hypocrisie actuelle et la rupture du principe d'égalité républicaine. Si les célibataires ont la possibilité d'adopter, pourquoi alors les célibataires homosexuels vivant en couple ne pourraient-ils pas le faire?

 

Q. - Ces positions sont-elles difficiles à tenir dans votre parti?

 

R. - Que les choses soient claires: si je m'exprime sur ce sujet, c'est à titre personnel. Pour le moment, le M.R.C. n'a pas pris de position. Il le fera en janvier. Les avis sont partagés au sein du mouvement. Mais je m'honore que mon parti ait engagé la réflexion, un débat sans tabou, et qu'il laisse s'exprimer les différents points de vue.

 

Q. - Les débats ont-ils été suffisants sur le sujet?

 

R. - Franchement, non. J'aimerais que la parole soit plus libre et que l'on ne s'enferme pas dans le clivage réactionnaires/progressistes. Il y a, chez nos concitoyens, une véritable attente d'argumentation non passionnelle.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/2012/12/25/01002-20121225ARTFIG00098-meyer-mrc-non-a-la-liberation-infinie-des-desirs.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F. - dans Politique sociale
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 08:00

On lira ci-après un article qui interroge les Français sur leur consommation excessive de lait dans ses rapports avec la santé publique. La Démocratie, liée qu'elle est aux grands trusts agroalimentaires, néglige sans vergogne celle-ci. Aucun changement de mode de vie ne sera possible sans que ce lien néfaste ne soit rompu par la Contre-Révolution que l'Action française appelle de ses voeux.

 

A.F. Pau & Pyrénées

 

Alcool ennemi 1 

Les députés ont voté jeudi 25 octobre 2012, à la demande du gouvernement, une hausse des taxes sur la bière (+160%), qui représentera un surcoût de l'ordre de 5 centimes sur un verre de 25 cL. Cette hausse (encore une !) répond, selon la ministre de la santé, à un souci de santé publique. Elle répond surtout à un besoin d’argent. Mais la cible retenue – une boisson alcoolisée – est-elle pertinente ?

 

L’alcool est certes responsable de décès prématurés, mais il réduit aussi la mortalité, notamment cardiovasculaire. La différence tient essentiellement à la dose et au rythme de consommation. L’excès d’alcool est impliqué dans près de la moitié des accidents de la route. Il peut entraîner des lésions graves du foie et du cœur, provoquer des dommages graves au fœtus, augmenter les risques de cancer du sein et d’autres cancers (souvent en association avec le tabac). A l’inverse, à dose modérée, tous les alcools semblent bons pour le cœur et le système vasculaire (1). Ils protègent probablement du diabète de type 2 et d’autres problèmes de santé comme les calculs biliaires. Certaines études trouvent également qu’un peu d’alcool prévient Alzheimer.

 

En général, les risques liés à la consommation d’alcool sont supérieurs aux bénéfices jusqu’à 30-40 ans, essentiellement à cause des accidents de la route. Après ces âges, boire un à deux verres d’alcool (bière ou vin) par jour peut réduire significativement le risque cardiovasculaire chez l’homme : dans ce cas, les bénéfices l’emportent sur les risques. Dans le cas d’une femme de 50 à 60 ans, l’alcool peut augmenter un peu le risque de cancer du sein, mais il y a dix fois plus de décès par maladie cardiovasculaire que de décès par cancer du sein. En plus, le risque de cancer lié à l’alcool est modulé par le niveau d’apport en vitamine B9 (folates, dans les légumes à feuilles) : plus il y a de végétaux et de B9 dans l’alimentation, moins le risque de cancer du sein associé à l’alcool est élevé.

 

L’augmentation des taxes sur la bière me paraît donc discutable du point de vue de la santé publique. On devrait plutôt informer le grand public des risques et des bénéfices de l’alcool (les campagnes ne portent aujourd'hui que sur les risques), afin que la consommation d’alcool ne dépasse pas 2 verres par jour pour un homme, et un verre pour une femme (hors grossesse). Les accidents de la route peuvent être prévenus par des contrôles routiers renforcés, en particulier à la sortie des boîtes de nuit.

Maintenant, rêvons un peu.

A taxer un aliment, le gouvernement serait plus inspiré de regarder du côté des produits laitiers. En voici 6 raisons.

1. Cela n’aurait aucune incidence sur les fractures. Les laitages (3 à 4 par jour) n’ont aucun intérêt dans la prévention des fractures, que ce soit chez l’enfant, l’adolescent ou les femmes ménopausées, contrairement à ce que les « experts » racontent (et encore le 23 octobre 2012 dans un « débat » sur France 5 pour lequel je n’avais pu me libérer). Aucune étude indépendante ne montre que les laitages protègent des fractures. L’Organisation mondiale de la santé, a mis au point un questionnaire appelé FRAX pour identifier les femmes à risque de fractures. Ce questionnaire ne leur demande pas combien de calcium ou de laitages elles consomment ou elles ont consommé. La raison ? L’OMS a mené ses propres études et a conclu que ni la consommation de lait, ni celle de calcium n’interviennent dans le risque de fractures. Consultez le questionnaire FRAX ici pour le vérifier.

 

2. Cela diminuerait le recours à l’ostéodensitométrie osseuse et entraînerait des économies pour la sécurité sociale (et moins de rayons X pour les femmes). Tant que les médecins resteront persuadés que la densité minérale osseuse (DMO) est l’outil de référence pour prédire le risque de fracture chez une femme en bonne santé, ils multiplieront ces examens, et donneront des conseils visant à augmenter la DMO, comme boire du lait.. Or on sait depuis quinze ans par une méta-analyse de 11 études, confirmée depuis, que la densité minérale osseuse « ne peut pas identifier les personnes qui auront une fracture. » Cet examen est inutile dans de nombreux cas et peut être remplacé par un simple questionnaire.

 

3. Cela stimulerait la consommation d’autres sources de calcium, meilleures pour la santé. Les « experts » nous disent que le calcium laitier est le mieux absorbé des aliments qui en contiennent. Or le calcium du lait est absorbé à hauteur de 30%, alors que dans de nombreux végétaux et de nombreuses eaux minérales, la fraction de calcium absorbée dépasse 40 voire 50%. Les végétariens ne manquent pas de calcium. Avec trois fois moins de calcium que nous dans leur alimentation, les petits Cambodgiens ou les petits Ghanéens ne sont pas carencés en calcium, car celui-ci est mieux absorbé. Lire plus à ce sujet dans l'ouvrage de référence Modern Nutrition in Health and Disease.

 

4. Cela réduirait le risque de maladies qui sont statistiquement liées à la consommation de laitages en excès (ou introduits trop tôt), comme le diabète de type-1, les troubles liés à l’intolérance au lactose, le cancer agressif de la prostate et dans une moindre mesure le cancer des ovaires et la maladie de Parkinson. Des économies importantes en consultations et traitements pourraient être réalisées.

 

5. Cela découragerait les médecins de se jeter dans les bras des industriels. Sur le plateau de la 5, le 23 octobre, 3 intervenants sur 5 étaient en situation de conflit d’intérêt. Ces liens ne sont jamais spontanément portés à la connaissance du public et il a fallu l’insistance des journalistes ce soir-là pour qu’un pédiatre admette du bout des lèvres qu’il siégeait à l’Institut Danone. Les deux autres n’ont pas été pris par la patrouille (pas encore). Or les brasseurs ont moins de moyens financiers que les vendeurs de lait et à ma connaissance il n’y a pas d’Institut Kronenbourg ni d'Institut Mützig ; donc en taxant l’industrie laitière plutôt que celle de la bière, on éviterait que des médecins en charge de la santé publique se retrouvent liés à des intérêts économiques.

 

6. On serait moins assommés de slogans publicitaires particulièrement éclairés comme « Nos amis pour la vie. » Si les laitages étaient taxés au nom d’impératifs de santé publique, c’est par définition qu’ils ne sont pas « nos amis pour la vie ». Si l'on veut être impertinent, le slogan « Nos ennuis pour la vie » serait peut-être plus adapté.

 

Lait 2 Pendant ce temps, à l'hôpital (Photo D.R.)

 

Bien sûr, comme pour les petits brasseurs, des exemptions de taxes pourraient être votées. Pour les producteurs indépendants qui n’élèvent pas d’animaux monstrueux (comme les Holstein), qui sont soucieux de donner aux bêtes une alimentation et un traitement respectueux de la physiologie et de l’environnement, qui ne sont pas aveuglés par la course au rendement, qui, loin du discours sur l’ostéoporose, nous donnent des produits traditionnels et goûteux, des aliments plaisir, que comme d'autres, j'aime à savourer à la fin du repas avec un bon pain et un verre de vin. (Ou, pourquoi pas, de bière).

Référence

(1) Ronksley PE, Brien SE, Turner BJ et Mukamal KJ., Association of alcohol consumption with selected cardiovascular disease outcomes: a systematic review and meta-analysis. British Medical Journal 2011; 342:d671; doi:10.1136/bmj.d671

 

Source: http://www.lanutrition.fr/communaute/opinions/editorial/6-raisons-de-taxer-le-lait-plutot-que-la-biere.html

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Pau & Pyrénées - dans Politique sociale
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 09:00

 

On lira ci-après l'intervention  passionnante et argumentée de Claire Mazeron, professeur agrégé et vice-présidente du Syndicat national autonome des lycées et collèges (S.N.A.L.C.), lors de l'université d'été 2010 du Mouvement républicain et citoyen (chevènementiste), à Valence, le 5 septembre 2010. La section de Toulouse & Haut-Languedoc se déclare complètement d'accord avec le constat général, l'analyse de la situation et les réfomes proposées. L'"opportunité républicaine", dont parle Mme Mazeron en conclusion, nous la reprenons également sans peine à notre compte, car le souci de la chose publique (res publica) est l'apanage de tous les Français, et pas seulement des membres du vieux parti républicain!
  
A.F. 31-32-47-81-82.
  

 

Mazeron au micro

Claire Mazeron, un professeur qui aime son métier (Photo D.R.)
 
1. Le paradoxe

Je voudrais commencer par donner quelques chiffres qui pourraient laisser penser que l'école a relevé le défi de la démocratisation :

− en 1970, 20% d’une génération avait le baccalauréat. En 2005, le chiffre est passé à 62,5%.
− le taux de réussite bac était de 60% en 1960, il est de 82% aujourd'hui.
− en 1985 : 50% des élèves d’âge théorique en seconde contre 67,5% en 2005.

Pour autant, la massification n'a mené ni à la démocratisation, ni à l'élévation du niveau de compétences.

 

Si on considère le dernier chiffre que je viens de citer, on doit savoir que le redoublement en 5ème, par exemple, est passé de 10,8% en 1996 à 3,6% aujourd'hui...

a. Massification sans démocratisation

En 2004, les cadres représentaient 11% de la population française mais 47% des étudiants des grandes écoles étaient des enfants de cadres. Les enfants d'ouvriers, eux, représentaient 3% de ces mêmes étudiants, alors que les ouvriers comptaient pour presque un quart de la population française.

En 2005, on notait 15 points d’écart aux évaluations de 6ème entre enfants de cadres et d’ouvriers.

Les chiffres se sont dégradés depuis 40 ans.


b. Diplômation sans qualification

Rapport H.C.E. 2007 : 40% d’élèves sortant de C.M. 2 ne seraient pas en mesure de suivre une scolarité au collège dans de bonnes conditions.

Rapport D.E.P.P. - janvier 2009 : en lecture, deux fois plus d’élèves de C.M. 2 (21%) se situent au niveau des 10% les plus faibles en 1987.
 
Pour la même dictée effectuée, 26% des élèves comptabilisaient plus de 15 erreurs en 1987, contre 46% en 2007.

Classement P.I.S.A. 2003 :


Égalité des chances et École républicaine : la fin d’une utopie française ?
c. Davantage de « citoyenneté », toujours plus de violences

Troisième paradoxe : alors qu'on parle sans arrêt de « valeurs citoyennes » à l'école, il n'y a jamais eu autant d'actes violents.


2. C’est la faute à…

a. ...pas assez de moyens ?

C'est ce dont le P.S. a fait son cheval de bataille depuis des années. Or, entre 1973 et aujourd'hui, les moyens ont été multipliés par 2. La France dépense bien davantage pour les élèves du primaire et du secondaire que la majorité des pays de l'O.C.D.E.


Égalité des chances et École républicaine : la fin d’une utopie française ?


Égalité des chances et École républicaine : la fin d’une utopie française ?
Pas assez de moyens pour ceux qui en ont le plus besoin ? Sans doute, mais les moyens investis dans les Z.E.P. - dont le nombre ne cesse d'augmenter au point que l'on compte aujourd'hui presque 45% d'élèves en Z.E.P. par académie - ne produisent pas les résultats escomptés.


Égalité des chances et École républicaine : la fin d’une utopie française ?
Pourcentages de réussite aux items de français et de mathématiques à l'entrée en sixième selon le type d’établissement fréquenté - France métropolitaine, septembre 2005 (M.E.N., 2005).


b. ...l’évolution de la société ?

On invoque souvent la responsabilité des jeux vidéos, de la télé, du chômage, des parents, ou même une « incompatibilité culturelle »...

c. ...aux « pesanteurs scolaires » : élitisme républicain et professeurs d’un autre âge ?

L'échec scolaire serait dû à plusieurs facteurs : des programmes trop chargés, des horaires trop lourds, les redoublements, la sélection, les méthodes trop directives des professeurs ou encore leur obstination à enseigner leur discipline...
 
On a même recours à l'idée d'une « constante macabre » selon laquelle les professeurs réserveraient inconsciemment un certain pourcentage de mauvaises notes à leurs élèves, poussés par la pression sociale...
 
Enfin, les enseignants seraient trop attachés à leur statut et à leurs horaires, donc responsables de l'échec des élèves.


3. Vrais problèmes, fausses solutions : de l’égalité à l’égalitarisme

a. Céder à la société

On peut noter plusieurs dérives, qu'il s'agisse de

− succomber aux modes : les T.I.C.E. (technologies de l'information et de la communication dans l'éducation) sont servies à toutes les sauces. Certes, elles sont un outil intéressant, mais pas une fin ni un objectif en soi.
− s’adapter aux comportements violents voire les tolérer, au point que certains établissements sont devenus des zones de non droit.
− faire entrer les parents à l’école, ce qui fait entrer la société à l'école et éclater son cadre. Les établissements n'ont pas à s'adapter localement et à répondre aux demandes des parents.
− faire éclater le cadre national de l’enseignement.

b. Repenser les exigences

Un certain nombre de réformes et de mesures contribuent à casser l'école :

− la révision à la baisse des programmes et des contenus d’examen. Par exemple, la grammaire et l'orthographe ne donnent plus lieu à aucune évaluation ni sanction.
− les quotas de réussite fixés à l’avance et l'institutionnalisation du «passe-dégage », tout comme la « remédiation perpétuelle », qui ne font qu'abaisser le niveau d'exigence et font en sorte que plus aucun élève ou presque ne redouble quel que soit son niveau.
− la révision des « rythmes scolaires ». On cherche systématiquement d'autres modèles jugés moins harassants ou plus propres à l'épanouissement. Le système allemand fait aujourd'hui figure de modèle, alors même que l'Allemagne est précisément en train de le remettre en question.
− le type d'évaluation préconisé : on n'évalue plus les connaissances mais les « compétences ». Le socle commun défini par le ministère demande d'évaluer non plus des savoirs ou des savoir-faire mais des « savoir-être ». Désormais, ce qui compte est de faire preuve d'esprit d'initiative ou de savoir travailler en groupe, concepts qui nous viennent droit du monde de l'entreprise.


c. Changer le métier de professeur

Il est grand temps de redonner au professeur le rôle qui lui revient, à savoir d'instruire, de transmettre des savoirs et des savoir-faire.

− la promotion des « méthodes actives » et des pédagogies constructivistes fait de l'élève l'artisan de sa propre éducation : on lui demande de construire le cours tout seul.
− le développement de l’inter/pluri/trans-disciplinarité casse les compétences propres aux professeurs : ces derniers se voient sommés de faire des « projets » fourre-tout, où il s'agit d'enseigner tout en même temps, la géographie et les sciences par exemple.
− l'enseignant a été transformé en animateur socio-culturel sans compétence disciplinaire particulière – avec horaire et salaire en conséquence...
− le professeur est mis au pas via l’autonomie de l’établissement et le conseil pédagogique, qui accordent davantage de place et de crédit aux chefs d'établissement, aux personnels de l'éducation et aux parents quand il s'agit de juger de l'acquisition des savoirs.

Conclusion : fin de l’Ecole républicaine, hasard ou complot ?

• Une alliance contre-nature
 
Ce système regroupe des gens de droite et de gauche. A droite, les ultra-libéraux, pour qui l'école coûte trop cher et selon qui la mise en concurrence des établissements permettrait de faire le tri. A gauche, l'élève est mis au centre et l'école doit être ludique et plaisante. L'enfer est pavé de bonnes intentions, et on confond ici l'objectif, à savoir la construction de citoyens et la liberté, et le moyen : les pédagogistes de gauche souhaitent que la liberté soit, d'emblée, un moyen.
 
Cette alliance droite-gauche doit être contrée.

• Le risque libéral, la charité contre l’égalité
 
Si l'école vise l'égalité des chances, ce n'est certainement pas en faisant la charité aux élèves issus des milieux les moins favorisés qu'elle accomplira sa mission. La charité telle que la pratique Descoings à Sciences Po, où les boursiers se voient admis sans passer le concours d'entrée, doit être combattue.

L’opportunité républicaine, le choix de la transmission et de l’exigence, demeure la seule issue. Contrairement à ce que préconisent des associations telles qu'S.O.S. Education ou Créer son école, l'école républicaine fonctionne et le salut ne viendra pas de son démantèlement.


N.D.L.R.: Claire Mazeron est professeur agrégé de géographie et Vice-Présidente du S.N.A.L.C. (Syndicat national des lycées et collèges). Membre du jury du C.A.P.E.S., elle siège également au conseil supérieur de l'éducation. Elle est l'auteur d'une Autopsie du Mammouth - L'éducation nationale respire-t-elle encore ?, Paris, Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2010.
 
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 09:00

 

Une intervention mémorable, mesurée et bien sentie sur les problèmes éducatifs, lors de l'université d'été 2011 du parti centriste "Mouvement démocrate", de Claire Mazeron, agrégée et vice-présidente du Syndicat national autonome des lycées et collèges (S.N.A.L.C.). Comme Mme Mazeron le remarque très justement, au bout de la question de l'école, il y a l'unité de la Nation. 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=Oa4M6nraxdM  

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 08:00

"Le National est générateur du Social, par son essence, par sa nature, parce qu'il forme une société de natifs et, par conséquent, de frères, à quelque point que soit laissée ou poussée cette fraternité. Et le Social n'engendre pas du tout le National, parce qu'il compose n'importe quelle société, soit naturelle, soit volontaire, et qu'on a vu l'esprit purement et crûment social aboutir à demander l'union des partis par-dessus la patrie, l'union des classes par-dessus la nation, spécialement celle des prolétaires de tous les pays. Est-ce clair?

 

"Il y a donc, entre National et Social, autre chose qu'une question de préséance, de dignité, de valeur, d'importance. Le National est ce qui engendre le Social. Le Social est ce que rien n'oblige ni ne détermine à engendrer le National. Le Social, tout seul, s'il ne sort pas d'une âme ardemment française, qui soit nationale d'abord, peut conduire à toutes les internationalités, à toutes les a-nationalités, comme il est arrivé en fait aux Démocrates-chrétiens."

 

(Action Française, 22 avril 1944.)

 

 

Logo_-A.F._Toulouse.jpg 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 07:00

On verra, en suivant le lien ci-dessous, un récent débat sur l'école avec la participation de Mme Claire MAZERON, vice-présidente du S.N.A.L.C., agrégée de géographie:

 

 

http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde/vod/11054-ecole-peut-mieux-faire-doit-se-ressaisir/claire-mazeron-sebastien-sihr-claude-greff-monique-boulestin

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 19:00

 

Monarchie_populaire_1.jpg

 

"Le nationalisme sous-entend une idée de protection du travail et des travailleurs, et l'on peut même, au moyen des calembours qui sont fréquents en politique, y faire entrer l'idée de nationaliser le sol, le sous-sol, les moyens de production. Sans calembour, un sentiment national plus intense, avisé par une administration plus sérieuse des intérêts nationaux, en tant que tels, pouvait introduire dans l'esprit de nos lois un compte rationnel des fortes plus-values que la société ajoute à l'initiative et à l'effort des particuliers, membres de la nation. Cette espèce de socialisme nationaliste était viable à condition d'en vouloir aussi les moyens, dont le principal eût dépendu d'un gouvernement fortement charpenté. Si l'Etat doit être solide pour faire face à l'Etranger, il doit l'être bien davantage pour résister à cette insaisissable étrangère, la Finance, à ce pouvoir cosmopolite, le Capital!"

 

(Action Française, 2 août 1914.)

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:00

On verra ci-après, à partir de 20 minutes, 10 secondes, un débat sans concession sur l'échec de la semaine scolaire de quatre jours, entre le député socialiste du Nord Yves Durand et Claire Mazeron, vice-présidente du Syndicat national des lycées et collèges (S.N.A.L.C.), dans le J.T. de 22 h du 10 décembre 2010 de la chaîne Public-Sénat:

 

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 08:00
Dans cette longue vidéo d'une émission récemment diffusée par la deuxième chaîne de la télévision d'Etat, Claire Mazeron, vice-présidente du S.N.A.L.C., pointe  quelques dysfonctionnements de l'Education nationale face au ministre "de droite" Xavier Darcos et au parlementaire socialiste Claude Bartolone.
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 08:00
Dans cette interviouve réalisée par www.streetreporters.net, Claire Mazeron, vice-présidente du S.N.A.L.C., dénonce avec raison la mesure, récemment expérimentée dans une académie de payer les élèves pour les récompenser de leur présence!
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Politique sociale
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 22:00

La tribune libre qui suit est visible depuis le 27 septembre dernier sur le site d'information de gauche Marianne2 (http://www.marianne2.fr/Le-cheque-education,-machine-de-guerre-contre-l-ecole-republicaine_a197930.html ), pour une fois bien inspiré! 

 

La fédération interprovinciale Grand Sud-Ouest de l'Action française estime que ces analyses raisonnables sur la nature de l'école en France méritent qu'on leur donne la plus grande publicité possible. Nous nous permettons seulement de souligner dans le corps du texte les points particulièrements forts de l'argumentaire de la brillante essayiste qui en est l'auteur.

 

Trois_piliers_F-d-ration.jpg

 

"Dans une récente brochure sur papier glacé, Anne Coffinier, directrice et co-fondatrice de la Fondation pour l’École, se félicite d’un sondage commandé par son organisation sur la perception du « chèque éducation » par les Français. 74% des personnes interrogées se déclarent favorable à « un système qui permette à chaque famille de financer la scolarité de ses enfants, quel que soit l’établissement choisi », et 85% chez les sympathisants de gauche.

"Le « chèque-éducation », expérimenté dans quelques pays européens et outre-Atlantique, consiste à donner aux familles, en fonction de leurs revenus, un « bon », souvent sous forme de crédit d’impôt, permettant d’inscrire son enfant dans l’école de son choix. Une libéralisation totale du système scolaire, bien au-delà du démantèlement de la carte scolaire, qui engendre un financement des écoles selon une logique individuelle et non plus collective - les établissements les moins attractifs, financièrement asphyxiés par la pénurie d’élèves, étant appelés à disparaître -. « C’est une source importante d’économie budgétaire et d’amélioration de la qualité des écoles, se félicite Mme Coffinier, puisque ce système concentre les financements publics au profit des écoles choisies – et donc appréciées des parents – et conduit à la fermeture ou à la reprise en main des établissements en perdition ».

 

Anne_Coffinier_froide.jpg

 

Anne Coffinier:

une libérale, partisane d'un élitisme forcené 

(Photo D.R.)
 

"Des républicains las des turpitudes du Mammouth pourraient se laisser tenter par le système plébiscité par la Fondation pour l’École et tant d’autres associations pour lesquelles l’application stricte de la loi de l’offre et de la demande permettrait seule d’assurer un enseignement de qualité. Face à l’impossibilité de réformer l’École par la tête, le diable libéral susurre à nos oreilles que seule une concurrence sévère entre établissements est en mesure de faire émerger les « bonnes pratiques » pédagogiques, face au « toujours moins » (d’exigences, de contenus) implicitement prôné par le système actuel. Laissons les parents choisir librement l’école de leurs enfants : le grand soir éducatif n’est pas pour demain, et il serait injuste, ou criminel, de confiner les petits enfants du peuple dans les collèges ghettos quand, à l’ombre de marronniers centenaires, se dispensent dans le calme cours de Latin et de Maths à haute dose. Donnons tout pouvoir aux chefs d’établissements pour constituer des équipes animées d’un même « projet éducatif » et définir, sous la pression de familles plus pragmatiques que les chercheurs en sciences de l’éducation, des programmes et des pédagogies enfin cohérentes. Laissons les parents libres de juger sur pièces des résultats obtenus. Accordons aux établissements toute l’autonomie qu’ils réclament et que, dans les faits, tout « grand lycée » applique déjà, ignorant superbement les consignes mortifères venues du ministère. Dans cette jungle éducative, les meilleurs d’entre nous seront peut-être davantage reconnus qu’au sein d’un système qui traite et affecte ses personnels au gré de logiciels aussi bornés que ses administratifs.

 

Au_boulot.jpg

 

Les libéraux scolaires profitent d'une jeunesse

et de parents désorientés

(Photo D.R.)


"N’est-ce pas tentant ? Chacun-pour-soi et sauve-qui-peut-l’être… Réactionnaires de tous bords, unissez-vous : créez des « boîtes » privées où vous enseignerez enfin en paix, en vendant chèrement vos prestations à l’État. D’anciens hauts responsables syndicaux « de gauche » l’ont fait sans scrupules et avec succès avant vous…

"Utopie plaisante, réalité décevante. L’école déréglementée jaillissant de la faillite de l’École républicaine, c’est le néolibéralisme construit sur les ruines de la République. Rien d’autre. Et pour une efficacité pédagogique nulle.

"Confier l’école aux parents, c’est la soumettre aux seuls intérêts individuels et immédiats, qui ne sont pas obligatoirement ceux des enfants, à long terme. C’est privilégier l’utilitarisme scolaire au détriment de la construction d’un projet éducatif commun et global. C’est prendre le risque de proposer aux élèves ce qui sera explicitement demandé par les familles — dérives communautaristes incluses. Dounya ou Zohra pourront-elles encore étudier Darwin ou apprendre à nager lorsque quelques parents zélés auront obtenu la suppression des enseignements non conformes à leur « projet de vie » ?

"Donner tout pouvoir aux chefs d’établissements, ou aux collectivités locales, c’est réintroduire les féodalités légitimement abolies il y a deux siècles. Quel professeur exercera encore sa liberté pédagogique sous le regard d’une « communauté scolaire » aussi accueillante que coercitive, et face à la menace d’un licenciement pour non-conformité idéologique ?
 
cheque_ed.jpg

L'éducation de nos enfants n'est pas une marchandise!
(Photo D.R.)
 
"Et ce système, où l’argent sera roi, ne permettra pas de relancer un ascenseur social résolument bloqué en sous-sol. Aucun véritable républicain ne saurait réduire l’École à un simple service assuré à des usagers-clients, parce qu’elle s’est explicitement donné pour rôle, dès ses origines, de forger une identité nationale sur la base des principes hérités des Lumières. Sauver l’École de la République, ce n’est pas sauver quelques-uns de ses enfants - toujours les mêmes, d’ailleurs -, mais proposer à tous les fondements d’une culture commune, autour de valeurs acceptées par chacun. Parce que, contrairement à d’autres États européens systématiquement érigés en modèles, la France ne saurait se réduire à un agrégat de « communautés », et son École ne peut être constituée d’une juxtaposition d’établissements plus ou moins performants.
  

Mazeron_au_micro.jpg


 
Claire Mazeron:
un " néoprof' " qui aime son métier
et défend avec passion un élitisme équitable
(Photo D.R.)

"Alors non, chère Mme Coffinier, nous n’aurons jamais les mêmes valeurs, même si nous partageons le même constat. Mais soyez sans crainte : l’avenir pédagogique que vous appelez de vos vœux est proche, tant l’action de gens qui se disent de gauche en précipite la venue. Entre tentations pédagogistes et pulsions libérales, il reste bien peu de place pour les derniers républicains."
 
Signé: Claire MAZERON
professeur agrégé de géographie,
membre du conseil supérieur de l'éducation,
membre du jury du C.A.P.E.S.,
vice-présidente
du syndicat national
des lycées et collèges
(S.N.A.L.C.).
 
 
Partager cet article
Repost0
publié par la Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F. - dans Politique sociale

Nos Principes Élitistes-Populaires Et Ce Que Nous Offrons: "du Sang, De La Sueur Et Des Larmes" (Churchill, Qui N'était Pas D'a.f.)