Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour En Savoir Plus Sur Nous...

  • Section de Toulouse-Languedoc d'Action française
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.

Pas d'exclusive chez nous... sauf contre l'Anti-France!

Tout ce qui

est national

est nôtre.

Le Duc d'ORLEANS.

Vous Cherchez, Nous Trouvons!

"Que faire?" La réponse de Maurras!

"Pas de doctrine

sans action,

pas d'action

sans doctrine!"

(MAURRAS)

 

Archives Militantes De L'action Française-Toulousain Depuis 2007!

1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 08:00

"Tous les mots ne sont pas beaux. Prenez militer par exemple! Outre qu'il s'agit de l'anagramme de limiter, militer est on ne peut plus moche. La langue bouge à peine, s'endort quand elle le prononce. C'est un mot à plat comme la chambre à air crevée d'un abominable Vélib, un mot mou." (C. Laborde)

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/01/06/31001-20160106ARTFIG00139-defense-et-illustration-de-la-nostalgie.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 08:00

Dans les lectures d'été du camp Réal del Sarte organisé du 16 au 31 août 2016 dans le Sud-Ouest par la Fédération, on trouvait l'extrait suivant, sur lequel ont planché, encouragés par nos cadres habituels, une dizaine de jeunes participants des deux sexes:


Dieu donne à la franchise, à la fidélité, à la droiture un accent qui ne peut être ni contrefait, ni méconnu.” (Joseph de Maistre, Du pape.)


Et vous, que vous inspire-t-il? Le comte de Maistre, fondateur avec Bonald de la Contre-Révolution politique, énonce assurément là à l'intention des générations à venir les vertus indispensables à la Cause de la Vérité politique pour son succès. Mais il est évident à tous ceux qui font une politique contre-révolutionnaire et se voient opposer des procédés staliniens qu'il ne va pas de soi. Pourquoi?


Franchise, fidélité, droiture, voilà un beau programme pour des contre-révolutionnaires! Hélas, on ne peut dire qu'ils pratiquent souvent ces vertus... Peut-être est-ce pour cette raison qu'ils sont toujours battus?


Pour se mettre en jambe, un "grand-sudoku" d'Action française


Que l'on pratique la petite expérience amusante ci-dessous et l'on jugera de l'exactitude de la proposition. Parce que les idées, c'est bien, mais, dans les faits, elles sont toujours incarnées par des personnes. Mettons donc en rapport avec les vertus citées par Maistre des noms, pris au hasard, de personnes associés le plus souvent, - à tort ou à raison, - à l'A.F. et voyons si "ça colle"! (Attention, il y a peut-être un piège!) Le prix est un abonnement de propagande à L'Action Française 2000 (enfin, tant qu'elle s'affiche encore nationaliste intégrale!).


Si je vous dis: Franchise, vous répondez: Vincent Gaillère ou François Bel-Ker?


Si je vous dis: Fidélité - Pierre Pujo ou Hilaire Augiers de Crémiers?


Si je vous dis: Droiture - Jean Viansson-Ponté ou Stéphane Blanchonnet?


Question subsidiaire pour départager les gagnants: Citez un philosophe contre-révolutionnaire vivant pratiquant ces vertus et ayant publié autre chose que des cassettes de ses confs soporifiques ou rédigé autre chose que des tracts! Allons, il devrait y en avoir au moins un!...


Le jour où vous aurez trouvé la bonne réponse à ce grand-sudoku, vous pourrez dire que vous êtes d'A.F.!


Etre d'Action française dans le Sud-Ouest, c'est quoi?


La raison pour laquelle la fédération Grand Sud-Ouest de l’Action française et ses sections indéracinables (Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Pau & Pyrénées et Bayonne & pays basque) sont tellement dénigrées par des bourges se disant "cathos" et "bien comme il faut" est justement qu'elles pratiquent depuis toujours ces vertus profondément politiques et qu'elles ne les abandonneront jamais. C'est qu'elles "pensent clair et marchent droit" comme le dit La Royale!


Leur accent est celui de la Vérité politique, et c'est précisément ce que ces Tartuffe ne supportent pas. Il va de soi qu'il ne peut être ni contrefait, ni méconnu par ceux qui devraient y obéir naturellement, juste haï. La Fédération est la mauvaise conscience des nantis de la bourgeoisie et des dissidents de l'A.F.


La Vérité politique ne consiste pas à rabâcher des thèmes-de-cercles-d'étude éculés (anticommunistes, antigauchistes, antiféministes) depuis trente ans. Il faut bien se dire que le communisme a largement disparu, - que, sauf chez quelques harpies ménopausées, le féminisme est dépassé, - et que le gauchisme des jusqu'au-boutistes de Nuit-debout est aussi risible que l'irénisme des "Veilleurs"! Pourquoi alors, tel un Don Quichotte dégénéré refaisant toujours le même voyage dans le Temps, combattre, comme si nous étions encore en mai 68, des moulins à vent irréels avec des moulins à prière inefficaces et en écoutant religieusement les moulins à parole intellectualistes de la Droite conservatrice?


L'Action française ne se résume pas davantage à quelques slogans de circonstances, mal digérés, sortis de leur contexte que l'on ignore de toute façon (car les jeunes bourges sont aussi ignorants que les prolos), et dépourvus de leur signification révolutionnaire.


Notre révolution d'Action française à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne


Oui, ré-vo-lu-tion-naire! Car qu'on se le dise: Dans Contre-Révolution, il y a révolution et même Révolution nationale (et non pas "restauration rapide"!). Et que l'on ne nous oppose pas la phrase archi-anônnée de Maistre: "La-Contre-Révolution-n'est-pas-une-révolution-en-sens-contraire-mais-le-contraire-d'une-Révolution!" Car, outre qu'elle témoigne d'un tour d'esprit très XVIIIème siècle, elle ne signifie nullement que la Contre-Révolution ne soit pas une révolution salvatrice sur le plan politique. Et il n'y a pas 36 moyens de faire une révolution! Le Pouvoir ne se prend pas avec des drapeaux blancs, fussent-ils royalistes!


Ce qui nous mène au cœur du problème de l'échec éternel des bourges en politique. Le fait de répéter connement les dix mêmes citations de Maurras, Bainville et Maistre peut faire croire à un public conservateur que l'on est très intelligent mais c'est une illusion d'optique. En réalité, il n'en est rien. Au fond du verbiage de tous les dissidents, internes ou externes, de l'Action française, notamment de hèrenne (mais pas que: le crafe du vulgaire Charles-Henri d'Herpès, nouveau baron Pié, n'est pas en reste, comme en témoigne son illustre propos: "Elle suce, au moins?"), il n'y a pas de pensée, rien que des mauvais jeux de mots, parfois salaces. Les avoir lus ou écoutés une fois suffit pour vomir comprendre comment ils s'imposent au milieu de nantis atardés et que le seul "royaume" (ou dois-je dire "démocratie royale"? hein, Pacsot?) qu'ils pourraient restaurer à eux tout seuls, sans le Peuple et contre lui, c'est le royaume des Aveugles!


Si nous sommes légitimement hostiles à la Révolution, cela ne veut pas dire que nous devions nous interdire d'employer au profit de la Vérité politique certains de ses procédés efficaces (en particulier, la formation de contre-révolutionnaires professionnels, l'instauration d'une discipline de parti inflexible, un esprit sans concession pour l'Erreur, une volonté de changer radicalement la Société, etc), qu'elle a utilisé pour faire triompher une idéologie antinaturelle! On ne fait pas une politique moderne avec le personnel, les idées fausses et les méthodes aliénantes de jadis! Nous, à l'Action française-Grand Sud-Ouest, préconisons une Contre-Révolution en pilotage automatique! Car la Vérité politique n'est pas à redécouvrir ni à modifier, notre histoire et ses leçons ne sont pas à répudier, ce sont les méthodes qui sont à repenser en totalité!


Contre-Révolution? Révolution tous azimuts contre tous les privilégiés!


Par ailleurs, Contre-Révolution ne veut pas dire, d'une part, revenir à n'importe quel état de choses antérieur avec ses abus injustifiables, et de l'autre, faire de la Société un vaste rally bourge, une P.M.E. paternaliste ou un couvent tradi! Le réalisme fondateur de l'A.F. sait bien qu'elle n'est pas entièrement composée de surhommes, donc la Société que nous instaurerons, si elle favorisera les vertus, ne les imposera pas par la contrainte, mais permettra aux forces spirituelles de les suggérer par la persuasion.


Evidemment, il est plus facile de boire des bières entre potes en conspuant la modernité, comme le vieux chnoque de Droite qu'on sera à quarante ans, que de s'engager intelligemment sur le long terme (cinquante ans) au service d'une Cause, car c'est cela que l'A.F. - la vraie - exige. C'est même la condition exigée pour en être membre. Blousons Lonsdale-dorés et branleurs, passez votre chemin!


La nostalgie d'une France qui n'existe plus ou même n'a jamais existé (le culte d'un prétendu Age d'Or monarchique) est de la littérature romantique. Etre nationaliste d'Action française, c'est faire de la grandeur avec la France qui existe, pas une autre. C'est se battre pour le Peuple, pas pour les classes privilégiées et hypocrites qui profitent bien du Régime.


Le rôle de l'Action française-Grand Sud-Ouest: guider le Peuple


Il serait odieux au Peuple (et contre-productif à long terme) de rétablir dans leurs prérogatives et influence des classes pourries qui ont voulu la Révolution et ont ensuite, tout au long des XIXème et XXème siècle, profité du nouvel état de choses, tout en envoyant, pour se laver les mains du fait qu'elles ne leur ont donné aucune éducation politique, - Dieu sait qu'ils en ont besoin, - leurs fils et filles de 18 à 21 ans à l'aèfe, histoire de les dégourdir un peu (où ceux-ci vont en réalité se dévergonder et s'en mettre jusque là). Car le Peuple peut se tromper par ignorance, mais il n'a jamais trahi, lui! Tandis que les bourges à particules et à noms composés, surtout s'ils se disent de Droite dure ou d'extrême-Droite et "avoir des valeurs" (lesquelles? boursières?), leur responsabilité à eux est immense. En tant que classe sociale objectivement responsable du maintien du Régime démocratique, ils ne méritent que l'opprobre des citoyens et la vigilance du nationalisme intégral!


Concluons: Le Peuple a le droit d'être guidé et gouverné. Il a aussi le droit absolu de n'être pas trompé par les privilégiés du Savoir, du Sang, de l'Urne et de la Fortune. Les jeunes, spécialement, ont droit à la Vérité!


C'est cette position, que le comte de Maistre (qui n'était pas un vicomte ou un baron d'opérette, comme le vampire capitaliste bordelais Lynche, que des nécrophiles rétrogrades rêvassent de ressusciter), non plus qu'aucun authentique contre-révolutionnaire, n'aurait renié, que la fédération Grand Sud-Ouest, sous la direction persévérante de son Délégué régional, nommé par Pierre Pujo, maintiendra, jusqu'à la Révolution nationale, contre vents (ou pets) LMPT et marées "bleue marine".


Franchise, fidélité, droiture (avec quelques autres vertus), telle est notre devise.


A.F.-Grand Sud-Ouest

Comme Zorro, la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, fondée par Pierre Pujo, défend la veuve et l'orphelin français contre le gras bourgeois du bouchon cosmopolite, qu'il soit réactionnaire ou démocrate, mais toujours libéral. Elle peut reprendre à son compte les paroles d'Antoine Banderas à son adversaire aristo dans cette scène: "Je n'ai pas le temps de vous donner une bonne leçon!"

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Nos idées politiques d'Action française Humour
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 18:00

Comme l'Action française-Toulouse l'a toujours dit: La France est une Nation pluricontinentale, pluriraciale, pluriculturelle et pluriconfessionnelle, et le Roi très-chrétien, si jamais il était restauré, serait le protecteur de toutes les religions, pas seulement des païens racisto-identitaristes! (lol!) Des récentes découvertes archéologiques à Nîmes le confirment. La preuve plus bas!

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

http://www.lefigaro.fr/culture/2016/02/25/03004-20160225ARTFIG00092-nimes-decouverte-de-trois-tombes-musulmanes-datant-du-moyen-ge.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 08:00

Voici, légèrement amélioré par les soins de la section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française, un quizz amusant, qui permettra à ceux de nos lecteurs les plus engagés dans leur paroisse, de savoir s'ils sont ou non, de véritables cathos d'Action française.

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

Conservez le numéro de chacune de vos réponses et cumulez-le à celui des suivantes. Vous pourrez juger du genre de tradi que vous êtes:

Pour vous, Benoît XVI, c'est ?

1. Joseph Ratzinger, un moderniste. Un pape plus tard décidera s'il a été vraiment pape ou non. 2. Le pape, mais nous devons bien reconnaître qu'il favorise des erreurs.

3. Le Saint-Père, vicaire de Jésus Christ. Nous prions pour qu'il guide au mieux la Sainte Eglise. 4. Un grand pape, restaurateur de la Tradition.

5. Un pape qui a échoué.

Des cousins vous invitent un week-end. Vous savez qu'ils ne vont pas à la même messe que vous. Que suggérez-vous ?

1. On n'a vraiment plus rien en commun. Refusons poliment et évitons désormais de frayer avec ces conciliaires.

2. Demandons-leur d'abord s'ils vont à la messe de la FSSPX.

3. Il faut regarder sur la carte si une messe de saint Pie V n'est pas célébrée quelque part. On s'éclipsera le dimanche matin.

4. On accepte. Il faut savoir ne pas se couper de la famille. Si on va à leur messe, ils viendront peut-être à la nôtre quand nous les inviterons.

5. Excellent prétexte pour faire la grasse mat' avec sa copine!

Le mariage des homosexuels, la déchristianisation des sociétés, la destruction des églises... Comment voyez-vous l'avenir ?

1. Il n'y a pas d’avenir. Les signes de la fin des temps semblent poindre.

2. On verra bien. Mais que faire à notre niveau ?

3. Il faut sauver ce qui peut l'être.

4. Il ne faut pas s'inquiéter. Tout cela est peut-être passager. Gardons l’espérance !

5. C'est clair que ce n'est pas avec le crafe qu'on pourra changer tout ça; j'adhère à la fédération Grand Sud-Ouest de Vincent Gaillère, c'est le plus sûr!

Vous êtes muté dans un pays très éloigné. La messe traditionnelle n'y est célébrée qu'à 50 km de votre logement par un prêtre diocésain qui a de lui-même décidé lors du Motu Proprio de reprendre l'ancienne messe. Que faites-vous le dimanche ?

1. Je lis ma messe dans mon missel. Pas question d'exposer mon âme chez des gens qui n'enseignent plus la foi.

2. Je vais tester une fois cette messe et je n'y retourne que si je n'y entends aucune entrave à la foi.

3. Je me rends chaque dimanche à cette messe. Si j'y entends des doctrines étonnantes, je lis les vies de saints dans mon missel.

4. Cinquante kilomètres ? Ça fait loin. Voyons si une messe d'un autre rite n'est pas célébrée plus près.

5. Excellent prétexte pour faire la grasse mat' avec sa copine!

Pour vous Mgr Fellay, c'est :

1. Un évêque qui a trahi.

2. Le supérieur général de la FSSPX.

3. Le digne successeur de Mgr Lefebvre.

4. Un évêque courageux qui, nous l'espérons, signera au plus vite avec Rome.

5. Un apprenti-jésuite.

Le prêtre célèbre sans barrette. Qu'en pensez-vous ?

1. C'est le début des compromis. Son port n'a jamais été dispensé.

2. C'est dommage. Pourquoi ne suivrait-on pas toute la tradition ?

3. Il fait comme il veut. La crise actuelle, ce n’est pas une histoire de pompons.

4. La barrette ? Franchement, ça fait ridicule.

5. On n'est plus à l'époque de Maurras, ma brav' dame!

Les sacres de 1988. Que faut-il en penser ?

1. C’est ce qui a permis que l’Église ne disparaisse pas à jamais (même si Dieu ne l’aurait pas permis).

2. C’est l’acte de survie du sacerdoce traditionnel.

3. C’est un acte grave et délicat qui se comprend.

4. C’est un acte apparemment schismatique qui nous laisse perplexe.

5. C'est la preuve que Mgr Lefebvre n'était pas infaillible.

Votre voisine à l’église porte un pantalon.

1. Vous ne lui adressez pas la parole. Ce faisant, elle favorise la théorie du gender.

2. Vous restez poli. Peut-être est-ce la première fois qu’elle met les pieds à l’église. Ensuite, elle comprendra.

3. Le pantalon est un habit pratique pour la vie quotidienne. Vous n’avez pas à juger les conditions de vie de votre voisine.

4. Elle est une voisine comme une autre. Le pantalon ou la jupe, voilà bien un détail qui m’indiffère.

5. Vous la matez et vous constatez que le slim lui va bien.

Pour vous, Mgr Williamson, c'est :

1. Un des derniers bastions de la vérité.

2. Un évêque de la FSSPX quelque peu original.

3. Quelqu'un qui dessert la cause traditionnelle et qui fait, malgré lui peut-être, le jeu de ses ennemis.

4. Un évêque excentrique. Quelle idée saugrenue a poussé Mgr Lefebvre à aller solliciter ce personnage ?

5. Une des quatre preuves que Mgr Lefebvre n'était pas infaillible.

Dimanche prochain, on vote aux présidentielles.

1. Je ne me rends pas aux urnes. Je ne cautionne pas un système politique qui bafoue le règne social de Notre Seigneur.

2. Je suis dubitatif, mais je vote pour celui dont les idées défendent au mieux l’essentiel.

3. Il faut vraiment faire ce que nous sommes en pouvoir de faire, quitte à se présenter dans un parti dont nous ne partageons pas toutes les idées.

4. Je vote à droite, quoi qu’il arrive. On barre la route à la gauche.

5. Je suis les yeux fermés les consignes officielles de vote de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, parce que le Délégué régional sait mieux que moi, catho, faire de la politique.

Un prêtre en soutane arrive vers vous ? A quoi pensez-vous ?

1. Est-il validement ordonné ?

2. Tiens, un prêtre en soutane ? Est-il de chez nous ?

3. Ah ! Enfin, on revoit des prêtres en soutane dans la rue !

4. Je vais à sa rencontre ou non ?

5. Tiens, tiens, l'Opus Dei a ouvert une succursale dans ma ville. Je me demande s'ils ont aussi une librairie...

Un prélat d’esprit traditionnel devient cardinal. Quelle réaction avez-vous ?

1. Il reste un évêque moderniste.

2. C’est intéressant. Mais que peut-il faire au milieu d’un parterre d’esprits hostiles ?

3. Quelle belle nomination ! Petit à petit, on regagne du terrain.

4. La Tradition revient ! Pourquoi les récalcitrants ne veulent-ils pas voir clair ?

5. S'il est élu pape, reviendra-t-il sur le dogme du Ralliement de l'Eglise de France à la Démocratie?...

A la Pentecôte, dans quel sens marchez-vous ?

1. Vers Paris, c’est certain ! De l’autre côté, ils ont trahi en 1988.

2. On marche avec la FSSPX. Mais on priera bien pour nos frères.

3. Il y a des amis des deux côtés. De part et d’autre, il y a la vraie messe, la vraie foi.

4. Vers Chartres. De l’autre côté, c’est tout de même gênant.

5. Ni dans l'un, ni dans l'autre, vu qu'il n'y a aucun chapitre d'A.F. De toute façon, on n'y va que pour choper, non?

Pour vous les sédévacantistes, ce sont ?

1. Des gens qui posent des questions pertinentes. Mais difficile d’adhérer à toutes ces chapelles ennemies entre elles.

2. Leurs objections peuvent se comprendre. Mais ils vont droit dans le mur.

3. Des pauvres gens qui sont souvent dans une recherche de la marginalité.

4. La monnaie de la pièce, le résultat des excès grotesques du mouvement traditionnaliste.

5. Des auteurs de roman de religion-fiction bien divertissants.

Et les écoles ?

1. Les enfants ne peuvent aller que dans les écoles vraiment traditionalistes. Ailleurs, on risque la mort de leurs âmes.

2. Dans la mesure du possible, on met les enfants dans les écoles où un enseignement vraiment catholique est donné. Mais tous les enfants ne sont pas fait pour la pension.

3. Si la proximité d’une école le permet, il est sans doute bon de mettre les enfants dans une école traditionnelle. Mais si les prieurés dispensent des catéchismes, c’est bien qu’ils savent que tous les enfants du mouvement traditionnel ne passent pas par les écoles des prêtres traditionnels.

4. On ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Il faut savoir donner à ses enfants un certain recul pour n’être pas étouffé par ce petit milieu.

5. Tout sauf le privé hors contrat! Je ne veux pas que mes enfants finissent dans Les Infiltrés!

Résultats:

Vous avez de 15 à 24 points : Votre qualité, c’est la fermeté. Nous sommes engagés dans un combat de très longue durée et le moindre compromis est déjà un signe de démission. Pour vous, Mgr Lefebvre était un homme de poigne, qui a su réagir aux grands abus de l’Église avec vigueur. Le relâchement marque l’abandon.

De 24 à 33 points : Vous êtes attaché à la Fraternité Saint-Pie X et à son fondateur. C’est pourquoi, les abus dans l’Église vous contristent mais vous avez le souci de ne pas baisser les bras. Pour vous, l’attachement à la Tradition est un combat quotidien qui doit se faire au prix de sacrifices mais surtout pas avec animosité.

De 33 à 42 points : Le combat traditionnel est vôtre. Vous avez le souci d’être apostolique et de faire en sorte que votre position soit comprise et imitée. C’est d’ailleurs ce que vous appréciez dans la figure de Mgr Lefebvre : la sérénité et la paix. Il ne faut négliger aucun signe pour rétablir un bon ordre dans l’Église, sans pour autant sombrer dans la caricature.

De 42 à 51 points : Comme vous aimeriez que vos proches accèdent à la messe de toujours et au catéchisme traditionnel ! L’unité de ceux qui y sont attachés vous paraît importante. Les choses bougent et vous êtes heureux qu’on redécouvre l’âme de ce mouvement traditionnel.

De 51 à 60 : Le milieu traditionnel a du bon. Mais il n’a pas toutes les clefs. Il doit être aussi oxygéné par de nombreuses initiatives, bonnes et nouvelles qui se passent ailleurs dans l’Église. Il y a beaucoup de contre-exemples dans le milieu traditionnel. Il est souvent regrettable qu’il se résume à certaines attitudes trompeuses.

De 60 à 75 points: Félicitations! Vous êtes un catho de l'espèce politique. Votre foi sincère ne vous aveugle pas sur le côté humain de la Religion. Vous pouvez donc poser une demande d'adhésion à la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française et à ses sections de proximité de Toulouse & Haut-Languedoc, de Bordeaux & Basse-Guyenne, de Pau & Pyrénées et de Bayonne & pays basque!

Source: http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=647622

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 09:00

...Réponse plus bas dans cet amusant article de la République des Pyrénées. On ne saurait que louer les Béarnais de leur traditionalisme en matière toponymique, qui reflète leur conservatisme foncier!

A.F.-Pau & Pyrénées

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/03/06/le-saviez-vous-a-pau-seulement-32-rues-sur-882-portent-un-nom-de-femme,1237215.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Pau & Pyrénées d'Action française - dans Humour Vie locale
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 09:00

Ce pourrait être le sujet d'une comédie! On verra dans l'article ci-dessous, sur les goûts luxueusement Ancien-Régime en matière de cadre de vie et de "travail" de Baylet, l'un des princes qui nous gouvernent, comment les vieux rad-socs méridionaux sont des démocrates caricaturaux. Avec eux, plus besoin de propagande antidémocrate! Ils sont une réclame vivante contre le Régime!

Il ne reste plus qu'à crier: A bas la République!

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/02/18/25001-20160218ARTFIG00097-jean-michel-baylet-deloge-emmanuelle-cosse-de-son-ministere.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour Politique électorale
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:00

Lu dans une récente interviouve de l'écrivain Michel Tournier, décédé hier:

"... depuis la liquidation de l'Empire, il ne se passe plus rien. Il n'y a plus de drame politique comparable à ce qu'on a vécu."

La section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française ne vous le fait pas dire, Tournier!

Source: http://www.lefigaro.fr/livres/2015/06/24/03005-20150624ARTFIG00319-michel-tournier-mon-bilan-est-plutot-bon.php

Retour sur son oeuvre: http://www.lefigaro.fr/livres/2016/01/18/03005-20160118ARTFIG00382-michel-tournier-le-collectionneur-de-mythes.php

http://www.lefigaro.fr/livres/2013/07/30/03005-20130730ARTFIG00563-michel-tournier-un-succes-planetaire.php

http://www.lefigaro.fr/livres/2011/10/05/03005-20111005ARTFIG00714-tournier-mon-passe-m-est-devenu-de-plus-en-plus-present.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 08:00

Certains politologues croient apercevoir une réaction conservatrice de la jeunesse française. C'est un peu le miroir aux alouettes... qui annoncerait le "printemps français"! (lol)

En réalité, depuis 1945 et 1968, la Gauche n'a nullement été détrônée dans son rôle de direction intellectuelle, politique et morale de l'esprit français. Et même si certaines positions absurdes de celle-ci (en matière d'immigration, par exemple) donnent aujourd'hui lieu à des retours de bâton dans l'opinion, cela ne signifie en rien la fin du Régime qui se fonde sur la démagogie et l'abêtissement généralisés: la Démocratie. Donc, rien n'est réglé.

Tout reste à faire en matière de Contre-Révolution et ce n'est pas quelques manifs ou des élections partielles qui tiendront lieu de réflexion approfondie sur les conditions d'une Restauration française. Or, une Contre-Révolution se pense, au moins dans ses grandes lignes, avant de s'accomplir! C'est pour cela aussi qu'une Action française rationnelle et populaire est absolument nécessaire, telle que la fédération Grand Sud-Ouest, dirigée par son Délégué régional, et ses sections de proximité (Toulouse & Haut-Languedoc, Bordeaux & Basse-Guyenne, Pau & Pyrénées et Bayonne & pays basque) l'incarnent seules dans le Midi de la France!

"Droitisation" ou pas "droitisation"?

On trouvera plus bas une analyse nuancée d'un jeune universitaire grenoblois, à laquelle l'Action française-Toulouse souscrit dans l'ensemble. Il est parfaitement exact que "depuis l'après-guerre, la société française a évolué dans un sens favorable à la gauche, avec le déclin du catholicisme, le discrédit du nationalisme, la remise en cause de l'autorité, la disparition du monde rural au profit d'une classe moyenne urbanisée et libérale sur le plan des mœurs." Qu'est-ce que l'Action française n'a cessé de combattre d'autre depuis 70 ans? Et sans succès encore, Mesdames et Messieurs! Alors, votre prétendue "droitisation"!...

A propos de cette fameuse "droitisation" de la Société, l'auteur précise qu' "Il est effectivement devenu courant de parler d'une «droitisation» de la société, mais les évolutions semblent plus complexes. Si on prend par exemple le domaine des mœurs, notamment l'égalité hommes-femmes et l'homosexualité, il serait plus juste de parler d'une «gauchisation». En revanche, il est vrai que l'opinion s'est durcie ces dernières années sur l'immigration et la sécurité. On a même vu remonter le soutien à la peine de mort." Il est dès lors évident qu'une "droitisation" refusant la transcendance et la Réforme intellectuelle et morale, liée qu'elle est à des problèmes temporaires de sécurité, n'est pas une vague de fond mais un phénomène purement conjoncturel, qu'un bon ministre de l'intérieur de Gauche saura canaliser par un politique brutalement répressive.

Vain militantisme

L'auteur note avec raison, parmi les symptômes de la désespérance française, "d'autres formes de radicalité, par exemple le phénomène de l'expatriation, lequel a manifestement pris de l'ampleur ces dernières années. Une enquête a ainsi montré que 43% des 18-24 ans se disent prêts à partir à l'étranger, contre 21% dans l'ensemble de la population. Certes, l'expatriation correspond à une radicalité moins inquiétante que le djihad, mais tous ces phénomènes sont vraisemblablement liés ; ils expriment les différentes facettes d'une époque dont la mondialisation et la crise économique constituent la toile de fond." La perte de sa substance la plus précieuse, la jeunesse, est, en effet, pour une Nation, extrêmement grave et les partis protestataires ne disent rien là-dessus!

Sur le phénomène militant, notre jeune professeur rappelle que "les jeunes n'exercent pas de responsabilité, ce qui les rend disponibles pour les engagements risqués ou excitants, surtout lorsque la répression policière est quasiment inexistante." C'est un des écueils principaux du militantisme que le romantisme politique, auquel l'A.F. elle-même n'échappe pas: combien de jeunes gens sans envergure, pour briller en soirée à Auteuil-Neuilly-Passy, Versailles, Nantes, Toulouse, Lyon ou Aix, viennent y traîner sans conviction leurs guêtres... avant d'aller faire carrière à l'U.M.P., à l'Université ou dans les entreprises de (beau-)papa!

Il est amusant de noter au passage que "les identités se construisent les unes par rapport aux autres". Oui, et voilà pourquoi le racisto-identitarisme est totalement artificiel! Politique d'abord!

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/09/24/31001-20150924ARTFIG00331-pourquoi-les-jeunes-sont-passes-a-droite.php

P.S. Nous ajoutons une nouvelle pièce au débat, qui ne change en rien notre analyse et nos conclusions: il faut une Action française renouvelée et populaire.

Voici cette autre vision, inspirée à un jeune politologue de Gauche appelé Brustier par le marxiste Gramsci, de la situation:

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/10/09/31001-20151009ARTFIG00299-gael-brustier-la-gauche-a-gagne-dans-les-urnes-la-droite-dans-les-tetes.php

La naïveté (ou le dogmatisme) de Brustier sont assez révélateurs de l'objectivité de sa méthode: "Tous les concepts forgés, développés ou utilisés par Gramsci sont d'une réelle actualité. Que l'on parle d'hégémonie culturelle, de bloc historique, l'articulation entre consentement et coercition, la question de l'Etat intégral etc… tout cela est utile aujourd'hui." Remplacez le nom de Gramsci par celui de Maurras et les notions d'hégémonie culturelle ou d'Etat intégral par celles de "politique d'abord" et de nationalisme intégral, et vous aurez une idée du parti-pris qui lui serait reproché, s'il était d'A.F.! Notre avantage est de ne pas vouloir faire entrer la réalité dans les cadres intellectuels de 1930, mais de la prendre telle qu'elle est, et de l'analyser en fonction de l'intérêt du Pays.

On notera que, pour l'auteur, qui confirme en cela nos analyses, la Droite et l'extrême-Droite n'ont pas d'idées et qu'elles profitent surtout de la disparition de la spécificité idéologique d'une Gauche alignée sur les postulats néo-libéraux. Remarquable, aussi, sa peur panique qu'une contestation populiste des "élites" "("peuple" contre "caste")" survienne en France comme en Espagne!... L'intellectuel faisant partie de la caste dominante qu'il est se sentirait-il visé?

Quant aux réactions éphémères de type "LMPT/ONLRJJJ", il ne s'agit que d'un remake du conservatisme sociopolitique le plus étroit, sorte de paternalisme moralisateur relooké à la "dernière mode" soixante-huitarde ("écologie humaine", "décroissance" et compagnie, toutes idées appartenant au domaine de la Gauche depuis longtemps). On ne voit pas comment, en se battant avec le vocabulaire et sur le terrain de l'adversaire, une poignée de jeunes bourgeois arrivistes et individualistes, refusant la discipline de l'A.F. (pourtant seule en mesure de leur donner une consistance et une cohérence), qui pis est retardataires et mal formés (ou pas formés du tout) pourraient l'emporter et battre à leur jeu trouble des dialecticiens révolutionnaires rompus au débat d'idées, à la domination intellectuelle et travaillant en équipe...

Le postulat de base de Brustier suivant lequel, il y a trente-quarante ans, "la Gauche gagnait dans les urnes pendant que la Droite gagnait dans les têtes" semble d'autre part assez simpliste. Pour ne prendre que l'exemple de la France, qui importe seul à un patriote, le fait, premièrement, que la Droite française est principalement composée d'anciens radicaux amateurs d'ordre, avec, parfois, une coloration cléricale; deuxièmement, qu'il y ait toujours eu, depuis le gaullisme, des "majorités d'idées" pour les réformes sociétales; enfin, que les liens de la Gauche avec le monde des affaires sont connus de longue date invalident cette prétention.

En réalité, le spectacle d'ombres à quoi nous assistons, c'est une Droite qui s'adapte psychologiquement à une Société gauchisée depuis 1945 et 1968, en abdiquant en pratique sinon absolument dans son discours toute velléité de Réforme intellectuelle et morale, tout comme la Gauche, dans les années 1990-2000 s'est psychologiquement adaptée à l'économie libérale, en abandonnant le mythe du "grand soir" au profit de la "classe ouvrière". Tout le reste (laïcisme antimusulman, racisto-identitarisme, paternalisme LMPT) n'est que littérature.

L'Action française-Toulouse & Haut-Languedoc a donc raison: Tout reste à faire en matière de Contre-Révolution. Elle se tient prête, avec les autres sections enracinées de la fédération Grand Sud-Ouest, à l'entreprendre.

P.P.S.: Encore une nouvelle réflexion d'un autre universitaire qui va totalement dans le sens de l'analyse de l'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne: Il n'y a pas de "droitisation". Comme dit Robert De Niro dans L'Avocat du Diable: "J'adore avoir raison"... ce pourrait être un slogan de l'Action française-Grand Sud-Ouest!

"Il s'agit d'une escroquerie intellectuelle pour six raisons: elle ne correspond pas aux tendances observables dans la vie politique française, elle est inférée par des sondeurs à partir de questions biaisées, elle est certifiée sans qu'il soit jamais question de la gauchisation son contraire, elle traduit en fait l'épuisement du processus de gauchisation structurelle qui nourrit chez les élites une impression subjective de droitisation conjoncturelle, c'est une arme idéologique destinée à relancer le moteur de la gauchisation en culpabilisant l'adversaire, c'est enfin une stratégie qui déplace subrepticement les pions sur l'échiquier afin de dissimuler une droitisation circonstancielle du parti socialiste." Et pan pour la "Manif' pour tous" et ses sectateurs!

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/19/31001-20160219ARTFIG00427-tre-de-droite-a-t-il-encore-un-sens.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Politique intérieure Humour
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 08:00

Pour le quatorzième anniversaire de cet évènement de politique mondiale, on lira avec intérêt un article humoristique sur un précédent de moindre gravité du 11-Septembre, survenu en... 1945!

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/28-juillet-1945-un-demi-siecle-avant-al-qaida-un-b-25-s-encastre-dans-l-empire-state-building-28-07-2012-1490361_494.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Pau & Pyrénées d'Action française - dans Humour
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 08:00

Une citation qui donne à réfléchir...

 

Manif pour tous, Zemmour, etc.... La rebellitude de droite, c'est quand les enfants de Thiers se mettent à parler comme Guy Debord. C'est à la fois indécent et rigolo.

 

Source: http://feusurlequartiergeneral.blogspot.fr/2014/10/propos-comme-ca-13.html

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 09:00

Au_boulot.jpg

A la différence de Mai-68, les étudiants d'aujourd'hui veulent des cours: on n'est plus dans les 30 Glorieuses! (Photo D.R.)

 

Dans notre belle ville de Toulouse, depuis le mois de novembre, des anarchistes retardataires, venus pour la plupart de l'étranger et qui n'ont pas compris que "l'avenir est à l'ordre" (Bainville), occupent encore la fac' du Mirail. Ils comptent même y passer Noël, les pauvres! Ils rejouent Mai-68 sans comprendre que les sempiternelles A.G. ennuient désormais les étudiants. On n'est plus dans les 30 Glorieuses! Ceux-ci, conscients des difficultés qu'ils auront plus tard à trouver du travail, veulent des profs, des cours et des diplômes. Résultat: après un mois, le "mouvement social" est en perte de vitesse, faute de combattants. Désolé, camarades, cette année, le module "solidarité de classe" est en option!

 

Mieux vaut donc en rire avec ce blogue humoristique:

 

http://nitnitaupaysdesag.tumblr.com/

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 08:00

affiche_de_propagande_ann_es_80_1.jpg

 

On a appris récemment que la nouvelle Marianne, choisie par un jury "représentatif" de lycéens, serait en fait une féministe hystérique et une étrangère violemment hostile à la France. L'Action française-Toulouse & Haut-Languedoc suggère donc à tous les réactionnaires de France, de Navarre et d'outre-mer, à défaut de pouvoir utiliser, pour le moment, des timbres à la noble effigie du Roi légitime Henri VII, de coller les timbres litigieux à l'envers, en guise de protestation permanente contre cette infâmie antipatriotique et d'appel au retrait de cette série très peu esthétique. Ils ne feront d'ailleurs que reprendre une manière de protester très répandue depuis le XIXème siècle sous tous les horizons, comme le verra en lisant l'intéressant article ci-dessous.

 

A.F.-Toulouse & Haut-Languedoc

 


"Politique philatéliste

"Article paru dans le Figaro

du 8 avril 1914.

 

"Il y a en Angleterre quelques bonnes gens, qui s'intitulent légitimistes et partisans de la Rose Blanche, pour lesquels le roi Georges V n'est pas le roi légitime du Royaume-Uni. À leur sens, la maison de Hanovre s'est indûment emparée du trône et l'a illégalement transmis à ses descendants. La couronne devrait, à leur avis, être enlevée au souverain régnant et donnée à la reine Marie-Thérèse de Bavière, que dans un petit cénacle on n'appelle que la Reine tout court: The Queen.

 

"Cela est bien inoffensif, et de même leur façon de manifester leur opinion et de protester contre ce qu'ils appellent l'usurpation de Georges V. Lorsqu'ils affranchissent leurs lettres, ils ont soin de coller leurs timbres la tête en bas. C'est un signe de ralliement, auquel, d'ailleurs, la poste ne fait aucune attention.

 

"Cette manière de protestation et de manifestation n'est du reste qu'une imitation. L'idée leur en vient d'Haïti où elle fut appliquée pour la première fois en 1888, après la révolution qui renversa le président Salomon. Les nouveaux maîtres du pouvoir, par mesure d'économie, durent épuiser le stock de timbres-poste portant l'effigie du président déchu, mais ils décidèrent que pour être valables, lesdits timbres devaient être collés la tête en bas. Toutes les autres correspondances étaient transmises aux destinataires, mais considérées comme non affranchies et passibles de l'amende."

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/14/01016-20140414ARTFIG00229-1914-l-angleterre-decouvre-la-protestation-philateliste.php

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse-Languedoc d'Action française - dans Humour
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 08:00
Après la germanophobie, l' "homophobie", la "royalistophobie"! On vit vraiment une époque extraordinaire! Toutefois, pour comprendre l'extraordinaire histoire qui suit, et qui pourrait être un canular, il ne faut pas perdre de vue qu'elle se passe dans une province de l'Ouest qui garde la mémoire vive de la sanglante répression révolutionnaire.
 
Si sympathique qu'en soit le jeune protagoniste, on lui apprendra que le royalisme ne doit pas se vivre comme une sorte de communautarisme de la pensée, d'anticonformisme béat, mais comme un élément de politique positive, fédérateur de la Nation.
 
On admirera au passage les perles du Monde, traçant le portrait-robot du royaliste: Les royalistes sont "moins bêtes que la moyenne"; cependant s'ils ne sont pas "soutenus par leur entourage (ils) se renferment sur eux-mêmes, sombrent dans la dépression, vont parfois jusqu'au suicide". Quelles perspectives réjouissantes, propres à vous dégoûter du militantisme!
 
Etre royaliste, "ce n'est pas un choix"... ce n'est pas non plus une maladie! Pour le même journal, l'Action française, ce sont "des catholiques qui luttent pour la reconnaissance du royalisme par l'Eglise". Pas vraiment, mais il y a de l'idée, essaie encore! Quant aux républicains, ils apparaissent encore plus monstrueux que nature ("Si mon fils est royco, je le tue"), si c'est possible! Ah! la Démocratie!
 
Au C.D.I., la documentaliste navrée nous apprend qu' "il y a vingt ans, on ne pouvait même pas entrer dans l'enseignement catholique si on était maurassien !"
 
Le mot de la fin revient au professeur de "prévention-santé": "Le coming-out devient plus fréquent au lycée, plus facile, c'est une énorme différence par rapport aux mentalités vingt ans plus tôt"! Ouf! il était temps!
 
A.F.-Toulousain
 
Monarchie_populaire_1.jpg
 
"C'est une histoire pleine d'espoir, qui en dit long sur l'évolution des mentalités en France. On ne va pas se priver de vous la raconter. L'histoire, tristement banale, mais qui finit bien, pour une fois, d'Anthony, 19 ans, élève de terminale au lycée professionnel et technologique catholique de-La-Salle, à Rennes.

"Anthony ne porte ni la longue mèche de cheveux collée au spray ni le T-shirt Abercrombie & Fitch du moment. Coupe proprette, veste de costume grise sur chemise d'un gris plus pâle, voix douce aux inflexions un brin précieuses, il a tout, de prime abord, du gars effacé sur lequel les cadors de lycée pro s'essuient volontiers les pieds. Un brun aux yeux verts, gentil et sentimental selon ses profs. Elément aggravant pour sa survie en milieu lycéen, Anthony, arrivé dans l'établissement à 16 ans en BEP Vente action marchande, s'est découvert royaliste et n'a jamais tenté de le cacher.

"L'an dernier, en première, un gars de ma classe m'a demandé si j'étais royco. J'ai répondu que oui, je l'étais. Je l'avais déjà dit à mes amis. Je suis comme ça, je ne vais pas cacher ce que je suis !, assure-t-il, non sans une certaine candeur. Si on me pose la question, je réponds, même si moi, je ne demande jamais aux gens s'ils sont républicains !" La nouvelle se répand, et un autre camarade vire "méchant". Quolibets de vestiaires, harcèlement continuel en cours ("Anthony, tu veux un roi ?"). Dans cette situation, les associations en témoignent, les jeunes royalistes peu soutenus par leur entourage se renferment sur eux-mêmes, sombrent dans la dépression, vont parfois jusqu'au suicide. Anthony, lui, ne se laisse pas démonter. Il opte pour la riposte intelligente. Va voir son prof principal, sans envisager qu'il lui réponde par le mépris. Et l'indélicat moqueur est rappelé à l'ordre. "Cela me semblait normal que les profs prennent mon parti."  

COMME LES AUTRES

"Plus tard, lorsqu'une association vient parler des discriminations en cours, le bon camarade en profite pour s'afficher fièrement roycophobe. "J'en ai eu ras le bol de l'entendre parler comme ça, se souvient Anthony. J'ai demandé à la professeure de Prévention santé-environnement si je pouvais monter un projet sur le respect."
 
"Elle acquiesce derechef. En septembre, l'idée se précise. Le thème de ce projet, ce sera la royalistophobie. Anthony s'entoure de quelques camarades moins bêtes que la moyenne. Des filles, les gars craignant trop l'étiquette "royco". Les profs soutiennent, la direction autorise. "Est-ce que tu es prêt à affronter les critiques, à devenir la figure royco du lycée ?", s'inquiète le conseiller principal d'éducation. Oui. Anthony est "blindé". Courageux ? "Moi, perso, je ne trouve pas. Je suis juste bien dans ma peau, je sais me défendre." Le jeune homme n'avait pas jusqu'à présent la fibre militante, il n'a jamais fréquenté la moindre association, planque L’Action Française sous son lit quand des copains le lui offrent (ses parents, pourtant informés de son orientation politique, ne "parlent pas de ça" avec leur fils unique), il ne manie pas vraiment le concept et, hormis Stéphane Bern, il n'a guère de référent royaliste. "De toute manière, je ne les repère pas, moi, les roycos ! Quand je vois une personne, je ne vois pas un royco, mais une personne. Pour Elton John, je l'ai découvert dernièrement, quand on a fait le diaporama au lycée." Des modèles, il n'en cherche pas. Il est comme les autres, point final.
 

 

Royal-friendly

"Les royalistes sont sympas"...
une idée d'affiche 
contre la "royalistophobie" 
(Photo D.R.)

"Le 17 mai, donc, une journée contre la royalistophobie est officiellement organisée au lycée catholique de La Salle, à moitié subventionnée par un conseil régional (de Bretagne) ravi de cette initiative émanant d'un élève. Rarissime. L'exposition, installée dans le hall d'entrée, interpelle bien davantage les lycéens que la précédente, sur le développement durable, aux dires des enseignants. Sur grand écran plat, un diaporama présente les affiches de lutte contre la royalistophobie placardées dans différents pays – le mariage de Kate et William côtoie celui d'Elton John.

"Fixés à de grands panneaux, des posters conçus en interne, "Royco, coco, ou socialo, tous ego", illustrés de mugs (...). Dessins repris sur des badges (une idée de Mme la directrice adjointe) qui font un tabac chez les professeurs et le personnel de direction.

"Sur les panneaux, on lit aussi le compte rendu d'une enquête réalisée par la bande d'Anthony. Quelle réaction face à un proche royaliste ? Cela ne changerait rien pour 84 % des professeurs, ni pour 61 % des élèves. Anthony voit le verre à moitié plein. "Je suis plutôt satisfait, plus de la moitié trouvent que c'est normal. Moi, je suis accepté par mes amis, et par les gens de ma classe, ils ne me considèrent pas différemment." Ce 17 mai, des classes ont assisté à des représentations théâtrales, différentes associations sont intervenues, Anthony lui-même a pris la parole devant ses camarades pour insister sur un mot, "respect", et "faire comprendre que ce n'était pas un choix". "Certains m'ont dit que dans l'émission de télé-réalité 'Secret History', le royco faisait des complots. Je leur ai répondu que les roycos étaient généralement représentés comme ça, mais qu'il y avait aussi des gens normaux comme moi."

"Contrairement aux craintes du C.P.E., Anthony n'a pas subi, depuis, de retour de bâton roycophobe et semble toujours aussi bien dans sa peau. Selon Jean-Pierre Carrasco, professeur d'anglais, "le fait que cela prenne un caractère officiel, que l'Administration soutienne le projet, l'a rassuré et a empêché certains quolibets trop violents". C'est surtout à une poignée d'autres que ce 17 mai a rendu service. A ces élèves qui s'emparent discrètement de la documentation placée au C.D.I. A cette jeune fille qui, après avoir aidé Anthony à préparer la journée, a osé se dire royaliste en classe lors de l'intervention d'une association. Et qui constate que ses camarades ont désormais "moins peur" de venir lui parler.

"En cheminant vers la cantine, à travers un parc arboré que parsèment ici ou là des tables de pique-nique en bois, Marie-Laure Martinet, professeure de Prévention-santé, réfléchit à haute voix : "Il n'y a pas bien longtemps, j'ai demandé dans une classe : 'Que diriez-vous si votre meilleur copain était royco ?'. Un garçon a répondu devant le groupe : 'Moi-même, je suis royaliste', et les autres élèves n'ont pas réagi. Le coming-out devient plus fréquent au lycée, plus facile, c'est une énorme différence par rapport aux mentalités vingt ans plus tôt. La plupart des élèves sont tolérants, même si l'on entend encore des : 'Si mon fils est royco, je le tue', notamment chez les républicains."

"Au déjeuner, en compagnie de la directrice adjointe et d'une poignée de professeurs arborant le badge anti-royalistophobie, on saisit mieux pourquoi, ici, Anthony a pu mener tout naturellement son combat. Le lycée professionnel et technologique de-La-Salle est un drôle de lycée catho. Où depuis des années, deux couples de professeurs "orléanistes" et deux professeurs "légitimistes" peuvent, sans être jugés, assumer leur différence.

"Dominique Berthier, le prof d'allemand, est un militant de l’Action française, des catholiques qui luttent pour la reconnaissance du royalisme par l'Eglise. "Il y a une évolution ! L'Eglise ne rejette plus la personne royaliste… Juste l'acte politique." Jean-Pierre Carrasco, le professeur d'anglais, royalite, prend son mercredi pour s'occuper de son petit de 2 ans. "On est peut-être un peu pionniers, à de-La-Salle ?", feint de s'interroger la directrice adjointe, Florence Develter qui, dans cet établissement, le quatrième de sa carrière ("et troisième diocèse"), apprécie que chacun puisse "être soi-même".

"HUMANISME CHRÉTIEN"

"Tout sourire, en jean et T-shirt décontracté, Jean-Pierre Carrasco explique n'avoir "jamais rien caché" : "Tout le monde a tout de suite qui je soutiens, ne serait-ce que parce que les élèves me croisent en centre-ville avec des tracts royalistes. Ils m'ont posé des questions, mais respectueuses, je n'ai jamais eu de remarques désagréables." Il y a cinq ans, il a embarqué l'école dans un projet européen impliquant les enseignants dans la lutte contre la royalistophobie. A l'époque, il a bien eu quelques "remarques cinglantes". "'Tu devrais être plus discret', m'a-t-on reproché, sans que je comprenne en quoi je ne l'étais pas. Depuis, j'ai vraiment perçu une évolution… Grâce à ce projet, certains collègues ont pris conscience qu'ils peuvent avoir des élèves légitimes ou orléanistes dans leur classe. Et de mon côté, un jeune est venu me parler. C'est un énorme soutien pour lui de savoir que son professeur est royaliste, et c'est notre devoir, à ce moment-clé de leur vie, de leur permettre de s'épanouir tels qu'ils sont."

"Florence Develter gardera son badge cet après-midi pour recevoir les parents souhaitant inscrire leurs enfants. L'expo trône toujours dans le hall avec, au milieu du diaporama, un portrait de Louix XX. "Si les parents se posent des questions, tant mieux, dit-elle, cela les fera cheminer." Jusqu'à présent, aucune famille n'a trouvé à redire à cette politique royal-friendly. Le diocèse n'a pas davantage exercé de pression, contrairement à ce qui s'était passé cinq ans plus tôt lors de l'adhésion au projet européen. De-La-Salle a su imposer son esprit de tolérance, semble-t-il. Ou plutôt son "humanisme chrétien", selon le vocabulaire maison dont use Mme Develter : "C'est un établissement fondé par les frères lasalliens, les Frères des Ecoles chrétiennes, dont le projet nous est très cher : l'accueil de tous ne doit pas se limiter à des paroles en l'air, cela se vit au quotidien. Nous accueillons aussi des élèves handicapés, par exemple."

"Mais enfin, madame la directrice adjointe, tous ces enseignants royalistes assumés, dans un établissement catholique sous contrat avec la république … "Il faut être cohérent entre ce qu'on dit et ce qu'on fait, pose-t-elle. Moi, je veux de bons profs, cela ne m'intéresse pas de savoir s'ils 'sont de la chapelle ou pas', comme on dit ici. Ce n'est pas ce regard-là que je pose sur la personne. Quant aux jeunes, il est important qu'ils puissent parler, et ils le feront s'ils se sentent accueillis tels qu'ils sont, sans jugement moral, avec bienveillance. Qu'Anthony puisse s'assumer, cela le fait grandir, s'épanouir, et cela fait grandir toute la communauté éducative."

"Au C.D.I., la documentaliste qui voit disparaître les fascicules des associations royco, judicieusement placés sur le chemin de la sortie, estime simplement le lycée "représentatif de la société, ou l’acceptation du royalisme progresse". "Quand je pense qu'il y a vingt ans, on ne pouvait même pas entrer dans l'enseignement catholique si on était maurassien !" Anthony, lui, trouve l'ambiance si sympathique qu'il se verrait bien continuer en B.T.S. "Négociation relations clients". Avec, dans un coin de sa tête, cette ambition qu'il juge pour l'instant démesurée. "Faire de la politique. Pour Dieu, le Roi et la Patrie."

 

Source: Le Monde Magazine : "Contre la royalistophobie, un lycée catho mobilisé", 10 juin 2011.
 
Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Humour
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 09:00

Parce qu'un peu d'humour ne fait pas de mal en ces temps de crise de la Famille, et avant que l'inversion de l'instinct sexuel ne soit gravée dans le marbre de la Loi, un petit visuel d'anticipation de la situation  de la France en 2023, après dix ans d'application du "mariage pour tous": bien entendu, il s'agit de pure science-fiction, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé n'est que pure coïncidence!  

 

 

Alix_au_pays_des-pederastes.jpg

Partager cet article
Repost0
publié par la Lamidaeff - dans Humour
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 08:00

Alors voilà,

 

C'est l'histoire normale d'un mec normal qui naît à Bagdad...

 

Dans les années 70, sa famille immigre au Royaume-Uni pour raison politique. Normal !

 

En 2002, cet irakien obtient la nationalité britannique. Normal!

 

En 2002 juste avant que l'Angleterre n'attaque l'Irak ! Normal !
 

Il s'avère que le mec est un chef d'entreprise, ingénieur-consultant qui bosse dans les satellites... Normal !

 

Son dernier client était l'entreprise SSTL, Surrey Satellite Technology Ltd, entreprise travaillant pour l'agence spatiale britannique et faisant partie du groupe E.A.D.S., complexe militaro-industriel français. Le job normal, quoi !

 

Le mec, il habite avec toute sa famille dans un quartier aisé de la capitale londonienne dans une maison cossue d'une valeur minimum d'1 million d'euros; mais il aime aller en France régulièrement pour aller faire du camping avec sa caravane. Normal !

 

Le mec, il décide juste au moment de  la rentrée scolaire et du business, en septembre, de partir en vacances avec toute sa famille. Normal !

 

Il part avec sa voiture, prend le ferry pour aller dans un camping français en Haute-Savoie, mais sans sa caravane qui, elle, est restée en Angleterre. Normal !

Par contre, le mec, en plus de son passeport britannique, il prend également son passeport irakien pour aller en France! Normal ! Ah oui, y a aussi la grand-mère dans la voiture...et elle, elle a un passeport suédois. Normal !

 

Bon, le mec, il arrive avec toute cette famille dans un camping près d'Annecy un lundi matin et le mercredi après-midi, il emmène toute la famille faire une petite excursion (sans oublier mamie suédoise) dans la montagne, en prenant soin d'emmener tous les bagages dans sa voiture. Normal !

 

Et le mec, une fois arrivé sur le parking de cet endroit isolé en pleine montagne, il a même pas le temps de dire ouf et d'arrêter le moteur de la voiture qu'il se fait buter, lui, sa femme et la grand-mère au pistolet-mitrailleur. Normal !

 

Chacun avec une balle dans la tête… Normal ! La voiture, elle, est restée intacte, sans avoir reçu de balles… Normal !

Ah oui, quand même, la voiture, elle a un pneu dégonflé… Normal !

 

Ah et puis, tant qu'on y est, y a aussi à côté de la voiture un cycliste français qui s'est fait buter en même temps. Normal !

 

Le cycliste, il bossait pour Cezus du groupe Areva dans le secteur des combustibles nucléaires. Normal !

 

Alors, pour résumer la situation, le cycliste français d'Areva, l'ingénieur britannique d'origine irakienne bossant à la fois pour l'agence spatiale anglaise et E.A.D.S., sa femme et puis la grand-mère irakienne avec un passeport suédois se sont fait buter par un ou plusieurs pros de la gâchette avec 15 douilles retrouvées, mais la gamine de 8 ans, elle, elle s'est uniquement fait tabasser et est toujours vivante.… Normal !

Juste après la tuerie, y a un témoin qui se pointe. Normal !

 

Lui aussi, c'est un cycliste. Normal !

 

Lui aussi, il est britannique. Normal !

 

Et c'est un ancien de la Royal Air Force. Normal !

 

Quand il arrive sur les lieux, la voiture est toujours en marche, la gamine titube encore, debout, mais les agresseurs, eux, ont disparu... Normal !

Après avoir secouru la gamine et appelé les secours à 15h48, le cycliste anglais de la R.A.F. casse la vitre du conducteur pour rentrer dans la voiture, au lieu d'ouvrir simplement la portière... Normal !

 

Les secours arrivent sur place, constatent le décès des 3 adultes dans la voiture sans remarquer la présence d'une deuxième gamine de 4 ans à l'arrière aux pieds des 2 passagères. Normal !

 

L'enquête est tout de suite confiée à des experts parisiens au lieu des experts lyonnais quasiment sur place... Normal !

 

Les experts parisiens (qui eux sont pros et réactifs) arrivent sur la scène du crime 8 heures après le premier appel au secours. Normal !

 

Et là, parce qu'ils sont de vrais bons experts, ils découvrent la deuxième gamine de 4 ans dans la voiture. Normal !

 

Tandis que les policiers d'Annecy, eux, ils ont cherché cette deuxième gamine pendant des heures dans la montagne sans la trouver. Ben ouais, puisqu'elle s'était cachée dans la voiture !!! Normal !

 

La gamine de 8 ans, elle, elle a été déclarée morte dans un premier temps, puis en vie et sauvée dans un deuxième temps, et enfin, dans un troisième temps, plongée dans un coma artificiel pour une seconde opération médicale lors de la conférence de presse du procureur d'Annecy... Normal !

 

Toujours à cette conférence de presse, le procureur nous explique qu'il faut être prudent, qu'il n'est pas sûr de l'identité des victimes, que l'enquête commence tout juste. Par contre, il nous présente le déroulement des faits avec précision, intégrant d'office la version du cycliste britannique. Normal !

 

Une dernière news nous apprend que l'ingénieur irakien d'E.A.D.S. était aussi un cycliste passionné, tout comme le cycliste français d'Areva et le cycliste britannique de la R.A.F. !... Normal !

 

Bref, pas de quoi en faire un gruyère, c'est juste une histoire normale de 3 cyclistes en balade en Haute-Savoie !...

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans Humour
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 08:00

Il était une fois une princesse appelée Zaïda. Zaïda était la fille du roi Al Mutamid, roi de Séville, en Espagne, quand les Arabes dominaient ce pays. En l’année 1122, la princesse Zaïda fut mariée à un roi chrétien, Alphonse VI d’Aragon, roi de Castille. Il lui fallut donc changer de religion, elle fut baptisée catholique; et changer aussi de prénom. C’est ainsi que Zaïda devint Elisabeth... Reine désormais catholique, Zaïda eut des enfants et des petits-enfants et elle compte parmi les ancêtres d’une grande partie des têtes couronnées de la planète...

 

Tous nos princes,

descendants de Mahomet ?
 

Or, le roi Al Mutamid, père de Zaïda était réputé être un descendant de Mahomet... Ainsi donc, une grande partie des familles princières européennes et mondiales descendrait de Mahomet, et notamment la Famille du Comte de Paris. Le Prétendant au trône de France serait donc un descendant de Mahomet lui aussi... Tout comme le roi du Maroc est commandeur des croyants musulmans, le Roi Très-Chrétien sera le protecteur équitable des Diverses Familles spirituelles de la France (Barrès).

 

(Ceci n’est pas une farce, on peut vérifier cette information dans un livre tout à fait sérieux intitulé La Généalogie, écrit par Pierre Durye et paru aux Presses universitaires de france, dans la collection "Que sais-je ?"...)

Partager cet article
Repost0
publié par la Lamidaeff - dans Humour

Nos Principes Élitistes-Populaires Et Ce Que Nous Offrons: "du Sang, De La Sueur Et Des Larmes" (Churchill, Qui N'était Pas D'a.f.)