Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour En Savoir Plus Sur Nous...

  • Section de Toulouse-Languedoc d'Action française
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.
  • Refondée en 2008 après une période d'hibernation par le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest Vincent Gaillère, la section de Toulouse & Haut-Languedoc rayonne sur la Haute-Garonne, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Lot, l'Aude, l'Aveyron, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales.

Pas d'exclusive chez nous... sauf contre l'Anti-France!

Tout ce qui

est national

est nôtre.

Le Duc d'ORLEANS.

Vous Cherchez, Nous Trouvons!

"Que faire?" La réponse de Maurras!

"Pas de doctrine

sans action,

pas d'action

sans doctrine!"

(MAURRAS)

 

Archives Militantes De L'action Française-Toulousain Depuis 2007!

22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 09:00

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2018 6 17 /11 /novembre /2018 09:00

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 08:00
Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 08:00

Q. – Le 10 septembre prochain, la fédération Grand Sud-Ouest de l’Action française organise son premier Congrès régional. Quelle est la signification de cette nouvelle manifestation ?

 

R. – Ce Congrès régional est le premier congrès d’Action française dans le Sud-Ouest depuis l’Entre-deux-Guerres : c’est dire son importance symbolique et réelle ! La Fédération entend montrer à tous, amis ou ennemis, patriotes ou vendus à l’étranger, que la Vérité politique qu’elle défend, le nationalisme intégral, a survécu aux persécutions du XXème siècle, et que l’Action française entre de plein pied dans la modernité de notre temps, forte de sa doctrine politique de salut public inchangée ! Comme Maurras aurait pu le dire : nous travaillons pour 2050 !

 

Maurras----Clairvaux-copie-1.jpg

 Maurras, prisonnier de la République à Clairvaux,

vers 1950 (Photo D.R.)

 

 

Après le camp Maxime-Réal-del-Sarte de Biarritz en 2008, cette nouvelle manifestation de grande ampleur de notre volonté d’aboutir jalonne utilement une décennie de propagande locale en faveur de la Monarchie nationale, alors que les politiciens, pendant cette même période, n’ont su qu’endetter davantage la France auprès de l’étranger. Au contraire, on ne saurait trop rappeler qu’un Roi, responsable sur sa tête et sur sa lignée, devant l’histoire et devant le peuple, n’aurait pas endetté le Pays, comme les démocrates, irresponsables dans leur personne et leurs biens de leurs décisions folles, l’ont fait. Il en va de même pour l’intégration européenne ou pour la législation antinaturelle contre la famille.

 

Armes France-Restau

 

Pendant toute la campagne électorale de 2012, nous proclamerons donc notre conviction que, seul, le Roi constitue une solution actuelle et durable à tous nos problèmes politiques, bien entendu, mais aussi économiques et sociaux. Seul, un Magistrat héréditaire, non élu à grand renfort de soutiens financiers du C.A.C. 40, peut, par son autorité née de l’indépendance vis-à-vis des puissances d’argent, nous libérer de la tutelle conjointe, de sinistre augure, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne, c’est-à-dire américano-allemande !

 

Nous tirerons aussi quelques lignes directrices pour les années qui viennent et qui ne manqueront pas de voir le peuple français et ses élites se ressaisir et chasser les politiciens pourris qui les trahissent depuis si longtemps !

 

En bref, la journée d’Action française du 10 septembre 2011 comportera un Banquet à 13 h dans le centre-ville de Bordeaux, – le Congrès proprement dit à 14 h 30, – une cérémonie patriotique à 17 h – et une réunion publique à l’Athénée municipal de Bordeaux à 18 h 30.

 

Q. – A qui est ouvert ce Congrès ?

 

R. – Au-delà de nos adhérents et sympathisants, il est largement ouvert à tous ceux qui, conscients de la décrépitude du régime démocratique, et du discrédit dans lequel il nous jette, sont intéressés par la survie de la France ou par l’idée monarchique. On notera au passage que des délégations de toute la grande région (du Bordelais, bien sûr, mais aussi du Toulousain, de Gascogne et du pays basque) seront présentes à notre Congrès.

 

 

Armoiries fastueuses Bx 

Q. – Une cérémonie patriotique est aussi prévue…

 

R. – Oui, à 17 h, au cimetière de la Chartreuse, devant la Monument aux morts de la ville de Bougie, rapatrié après la funeste indépendance algérienne. L’Action française, qui a payé un si lourd tribut dans la défense de la Patrie commune pendant la Première Guerre mondiale, ne pouvait organiser son Congrès régional, sans honorer les soldats français morts en opérations en Afghanistan. Cette cérémonie est ouverte aux anciens combattants, membres de familles de tués en Afghanistan, militaires en activité ou bien simples citoyens. Après l’appel des morts et le dépôt d’une gerbe, différents orateurs prendront la parole pour perpétuer la mémoire de ceux que la République a envoyé, pour le service de causes étrangères à notre intérêt national, vers une mort certaine !...

 

Q. – Enfin, le clou de la journée sera la réunion publique du soir ?

 

11-09-10 Visuel ss réserve

 

R. –  Certainement ! Plusieurs centaines de personnes sont attendues à cette réunion sur le thème de « Penser le 11-Septembre 2001 », qui aura lieu à partir de 18 h 30 à l’Athénée municipal de Bordeaux. Nous avons convié dans le grand amphithéâtre, pour un libre débat sur les causes et les conséquences de cet évènement historique, l’essayiste à polémiques Alain Soral, également président de l’association nationaliste de gauche « Egalité et Réconciliation » et familier des plateaux de télévision, – l’historien du Proche-Orient Philippe Prévost, dont nos amis connaissent bien les prises de position sans concessions, – ainsi que Pierre Hillard, spécialiste des questions de géo-politique et pourfendeur du mondialisme. L’Anti-France va passer quelques sales quarts d’heure. Il est piquant que, dans cette antre des Nuées égalitaires et humanitaires, des idées anticonformistes sur ce mythe fondateur de la politique internationale qu’est le 11-Septembre soient développées en pleine campagne électorale ! Nul doute que les assistants en ressortiront encore plus antidémocrates qu’ils y seront entrés !

  

P.S. LA REUNION PUBLIQUE PREVUE LE 10 SEPTEMBRE AU SOIR EST ANNONCEE SOUS TOUTE RESERVE.

 

Q. – Qu’attendez-vous de cette journée ? A-t-elle vocation à se renouveler ?

 

R. – Mais oui, tant que la démocratie et ses supports, la franc-maçonnerie et la police politique,  n’auront pas été abattues, l’Action française les combattra ! Cette journée du 10 septembre permettra  à nos amis des différentes sections que compte la fédération Grand Sud-Ouest de voir qu’ils ne sont pas seuls et de confronter leurs expériences. Des liens plus étroits de camaraderie et de combat entre les différentes sections de Bordeaux & Basse-Guyenne, de Toulouse & Haut-Languedoc et de Bayonne & pays basque seront noués, qui contribueront à l’essor sur le long terme de notre propagande nationaliste et royaliste.

 

Q. – Que doivent faire les personnes intéressées pour s’inscrire à cette journée ?

 

Toulouse--blason-avec-couronne-murale.jpg

 

R. – Des voitures au départ de Toulouse et de Bayonne sont organisées : les personnes n’étant pas véhiculées doivent donc se mettre en rapport avec nous et nous donner leurs coordonnées. Nous les orienterons ensuite vers les personnes chargées du covoiturage. Compte tenu de la réunion publique du soir, qui commence à 18 h 30, leur retour devrait s’effectuer dans chacune de ces villes vers minuit environ.

 

Armoiries pays basque fs

 

Pour le Banquet et le Congrès régional, les frais d’inscription sont de 15 €; pour la réunion publique du soir, de 5 €.

 

Pour les manifestations de l'après-midi, il faut impérativement nous donner, avant le 7 septembre 2011, son nom, son adresse et le nombre de personnes à inscrire :

–        soit directement par écrit, avec son règlement, à l’adresse suivante : C.A.E.C. – B.P. 80093 – 33035 BORDEAUX CEDEX ;

–        on peut aussi se signaler par courriel via nos sites http://af-aquitaine.over-blog.com/ pour Bordeaux et l’Aquitaine, ou http://actionfrancaiseaquitaine.over-blog.com/ pour Toulouse et le Midi-Pyrénées. Mais cela ne dispense pas de l’inscription finale par voie postale.

 

Dès réception du règlement, on communiquera aux inscrits le lieu du Banquet et celui du Congrès. 

 

Ceux qui ne peuvent venir peuvent nous envoyer un don libre : avec les charges de propagande qui nous attendent, dans les mois et les années qui viennent, il sera le bienvenu !

 

Enfin, ceux qui souhaitent ne se rendre uniquement qu’à la réunion publique du soir n’ont naturellement pas de démarche particulière à accomplir.

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse & Haut-Languedoc - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 20:15

Question. – On va accueillir Vincent Gaillère, qui est avec nous, de l'Action française en Aquitaine. Bonsoir!

 

Réponse. –  Bonsoir !



 

Question. –  Alors, vous, évidemment, pour vous, ce n'est pas la fête ce soir. On entendait ceux qui sont républicains, donc, et qui fêtent cette date. Pour vous, cette journée, vous l’avez passée comment ?

 

Réponse. –  J’ai surtout médité sur l’assassinat de Louis XVI, non pas par un jugement populaire, mais effectivement, par les ancêtres de notre ami de la Libre-Pensée et par la franc-maçonnerie.  Donc ce n’était pas un jour de réjouissance, mais plutôt un jour de méditation sur ce que disait Raymond Poincaré, vous savez : « Le jour où la France a assassiné son Roi, elle a commis un suicide ».
 

Question. –  Oui. Vous pensez que la France ne s’est pas remise encore d’avoir coupé la tête de son Roi,  c’est ça ?

 

Réponse. –  Ah oui, je le pense. De toute façon, l’histoire de la République le prouve : le fait qu’on ait pu changer cinq fois de régime en deux cents ans montre qu’on n’est pas du tout parvenu à un équilibre sain.

 

Question. –  Alors, vous, vous voulez réinstaurer, justement, un Roi, c’est ça, en France ? Vous militez pour ça. Qui pourrait monter sur le trône, là actuellement ?


Mgr le Comte de Paris, Duc de France, Prétendant au Trône de France sous le nom de Henri VII (Photo D.R.)


Réponse. – Mgr le Comte de Paris, donc le Chef de la Famille de France, qui est le seul prince resté français depuis toujours et qui est l’héritier des traditions du Comte de Chambord et de son père, le Comte de Paris.

 

Question. –  Dans quelle mesure ça pourrait se passer ? Est-ce que vous pouvez nous expliquer, voilà, quel régime voyez-vous dans votre idéal, là en 2009 ?

 

Réponse. –  Dans quelle mesure ça pourrait se passer : par exemple, à la faveur d’une crise économique aussi importante que celle que nous vivons. Et pour le régime, ma foi, ce serait un régime ainsi que l’a défini Maurras : traditionnel, héréditaire, antiparlementaire et décentralisé.

 

Question. –  Ah oui antiparlementaire, carrément, donc…


Parlementaire à la lanterne (D.R.).
 

Réponse. –  Oui, parce que, bon, vous n’êtes pas sans savoir que le travail des parlementaires est assez réduit, comparé aux privilèges qu’ils exercent.

 

Question. –  Donc vous, vous êtes pour une Monarchie absolue, alors ?

 

Réponse. –  Voilà. C’est-à-dire : indépendante ; absolutus, en latin, veut dire indépendant. Indépendant des pouvoirs de l’Argent et des partis politiques.

 

Question. –  Vous pensez qu’en 2009, ces idées sont encore raisonnables ?

 

Réponse. – Ecoutez, je crois que le peuple a envie d’ordre. Il a envie d’être rassuré, c’est d’ailleurs pour ça qu’il a élu M. Sarkozy. Qu’il ait fait une erreur en l’élisant, c’est une autre question. Mais cette autorité serait assurée de façon plus paternelle par un Roi, qui doit garantir le trône de ses enfants, plutôt que par un politicien élu pour cinq ans.

 

Question. –  Vous, vous êtes à Bordeaux, c’est ça ?

 

Réponse. – Voilà. Je suis le responsable pour tout le Grand Sud-Ouest.


 L'Action française dans le Grand Sud-Ouest et ses trois pôles de propagande, Bordeaux, Toulouse, Biarritz, dix départements couverts (Carte: Atelier informatique de la Fédération).

 

Question. –  Vous êtes combien, justement ? Est-ce que vous vous retrouvez ? Est-ce que vous êtes nombreux dans le Sud de la France ?

 

Réponse. –  Eh bien, oui, on est pas mal quand même. On est une centaine sur la grande région, donc une dizaine de départements, et on se retrouve très régulièrement, puisqu’on a des cycles de conférences dont la prochaine sera samedi, avec notre président, Stéphane Blanchonnet, qui vient à Bordeaux, à Toulouse et à Biarritz.

 

Question. – Est-ce que vous trouvez déplacé, on avait tout à l’heure des gens dans le Gers qui font un repas à la tête de veau, comment vous jugez ces repas, là ce soir ?

 

Réponse. –  Personne n’est obligé d’avoir du bon goût.

 

Question. –  Très bien. On vous remercie, en tout cas, d’avoir été avec nous ce soir, sur l’antenne de Sud Radio, de nous avoir donné votre avis, voilà, parce qu’on aime avoir différents avis, comme ça, dans le Sud de la France. Merci, Vincent Gaillère, d’avoir été avec nous.

 

Réponse. –  Merci, Monsieur. C’est tout à l’honneur de Sud Radio de nous avoir donné la parole.


La fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française remercie "Sud Radio" pour son invitation et pour le professionnalisme de ses journalistes et techniciens.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F. - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:00

Nous informons nos amis que, dans le cadre du 216ème anniversaire de l'assassinat de Louis XVI, les journalistes de "Sud Radio" interviouveront ce soir, à partir de 20 h 30, le délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest, Vincent GAILLERE, lors de l'émission "Sud infos soir". 

Pour écouter, vous trouverez ci-dessous les principales fréquences de la région:
- en Gironde et dans le Gers sur 102,0 mhz,
- à Bordeaux sur 106,0 mhz,
- à Bergerac sur 95,5 mhz,
- à Périgueux sur 104,9 mhz,
- à Sarlat sur 107,1 mhz,
- en Haute-Garonne sur 102,0 et 104,7 mhz,
- à Toulouse sur 101,4 mhz,
- dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, sur 102,0 et 103,9 mhz.

A noter que l'on peut aussi écouter "Sud Radio" en direct sur la toile:
http://broadcast.infomaniak.ch/radios/start-sud_player.html .


Partager cet article
Repost0
publié par la Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F. - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 03:00



Ainsi qu'il a été annoncé par la maîtrise de la 56ème Université d'été de l'Action française, les moments forts de Biarritz 2008 sont mis en ligne sur un site internet suivant:

http://www.actionfrancaiseaquitaine.com

Nos lecteurs sont donc priés de s'y reporter pour plus d'informations.

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 14:00

Question. – Vincent Gaillère, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Réponse. – Volontiers. Je suis un jeune actif de trente ans. Je m’intéresse à la chose publique depuis toujours, mais je ne me suis engagé en politique que depuis une dizaine d’années, dans l’Action française. Très vite, j’ai été amené à exercer des fonctions de responsabilité (la direction de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest du Mouvement, soit la coordination de la propagande royaliste dans dix départements), grâce à la confiance jamais démentie de Pierre Pujo. Ce qui m’a donné une expérience des hommes et des réalités politiques, tant locales que nationales, unique, pour laquelle je suis infiniment reconnaissant à Pierre… Comme à tous les militants d’A.F., sa tragique disparition me fait devoir de continuer, dans la fidélité et l’honneur, ma vie durant, l’œuvre de restauration monarchique initiée par nos Fondateurs, – le combat pour défendre et augmenter l’audience du Journal L’Action Française 2000 – et l’animation de la Fédération que j’ai l’honneur de présider.


Pierre Pujo et son successeur à la tête du Journal, Michel Fromentoux (Photo D.R.)


Question
. – L’Action française est en effet un engagement à long terme… mais, précisément, qu’est-ce qui vous a amené au nationalisme intégral ?

 

Réponse. – La réflexion politique sur l’impossibilité de toute défense nationale et sociale en régime républicain. Le refus des poncifs progressistes de l’historiographie officielle qui sont assénés par les médias et par l’enseignement secondaire et supérieur. La lecture de Gaxotte, de Bainville etc. et, naturellement, de Maurras. C’est d’ailleurs la marque d’un royalisme politique que j’ai voulu imprimer à la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest. Le royalisme, loin d’être la nostalgie de fruits secs anticonformistes ou de quelques salonnards conservateurs, assoiffés de rangs, de rentes et de rubans, est l’affaire du peuple tout entier, – du moins de sa partie la plus consciente, celle qui se préoccupe de l’âme du Pays, et de son avenir.



 

Dès lors, le royalisme d’A.F., qui est fondé sur une étude impartiale des problèmes nationaux de tous ordres, ne saurait être l’addition aveugle de toutes les fidélités au Prince, sans acception de doctrine, ni non plus le plus petit dénominateur commun de groupuscules fantaisistes et désarticulés : c’est au contraire la volonté conquérante d’instaurer une Monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, le régime de salut public chez nous. Seule, l’Action française est à même, parce qu’elle possède une doctrine politique cohérente et actuelle, de discipliner les volontés divergentes vers ce but commun, indispensable à tous les Français en vue de progrès ultérieurs.

 

C’est un nationalisme, car c’est la Nation qui est la première menacée par les folies du Régime, notamment par la « construction européenne ». Mais c’est un nationalisme purgé du ferment plébiscitaire ou électoral (sans même parler de totalitarisme raciste !), qui voue à l’échec, depuis plus d’un siècle, les tentatives de redressement français.


Charles Maurras, notre seul Maître (photo D.R.)
 

Un tel programme, contenu dans l’Enquête sur la Monarchie, me paraît toujours à l’ordre du jour. Il exclue le libéralisme, non seulement en politique et en économie, mais aussi dans le domaine religieux, en ce que celui-ci aboutit au libre-examen généralisé, à l’individualisme forcené, à l’impuissance de l’autorité et finalement à l’anarchie dans les esprits, dans les cœurs et dans les mœurs.

 

Nous ne rêvons pas le retour à un âge d’or idéalisé, mais nous voulons, à partir des éléments sains de la France de l’an 2008, du pays réel, faire rejaillir les institutions et les vertus de la France éternelle ; je ne pense pas que cela soit un objectif hors de portée, pour peu que nous sachions saisir les occasions favorables,  surtout quand on considère la demande d’ordre (et donc d’un juge-arbitre au sommet de l’Etat, indépendant des puissances occultes, d’argent et étrangères) qui sous-tend la plupart des revendications éparses des diverses catégories de la population. On retrouve la vieille formule française : le Roi en ses conseils, le peuple en ses états.

 

Question. – Vous parliez des auteurs qui vous ont marqué… quels livres conseilleriez-vous à un jeune qui ignore tout de l’Action française ?

 

Réponse. – Aucune étude historique ou de sciences politiques n’étant à mon sens pleinement satisfaisante, pour connaître en détail l’histoire de l’A.F. et la psychologie de ses acteurs, grands et petits, il faut se reporter avec confiance aux auteurs de notre école. Yves Chiron a écrit la biographie définitive de Maurras ; par ailleurs, rien ne vaut les livres vivants et suggestifs de Léon Daudet, en particulier Vers le Roi. Pour la période contemporaine, je recommande L’Autre Résistance : L’Action française sous l’Occupation qui explique l’attitude controversée du Mouvement, et, pour l’Après-Guerre, Un Demi-Siècle d’Action française, qui montre comment l’A.F. a survécu contre vents et marées jusqu’à nos jours, – deux monuments de probité historique qu’a tenu à nous léguer Pierre Pujo.



 

Sur le plan intellectuel, Mes Idées politiques est essentiel, qui ordonne en un tout didactique les grands thèmes de la pensée maurrassienne, que l’on retrouve dans l’Enquête sur la Monarchie et dans L’Avenir de l’Intelligence : critique de la démocratie et du romantisme, définition de l’intérêt national. Le Dictionnaire politique et critique, ses Compléments et Suppléments donnent le détail des réactions et analyses de Maurras et de l’école d’Action française devant les évènements historiques auxquels la France et l’A.F. ont été confrontés : ils sont particulièrement utiles.

 

Pour le reste et comme tout est à lire de notre école, le mieux est de venir tout au long de l’année à nos cercles de formation, ou, du 28 au 31 août prochains, à l’Université d’été de Biarritz, où des conseils personnalisés de lecture seront donnés.

 

Question. – Justement, à qui est destinée la 56ème Université d’été de l’Action française ?

 

Réponse. – A tous les jeunes nationalistes et royalistes, garçons et filles, de 15 à 35 ans, qui veulent approfondir les raisons de résister au relativisme et à la repentance ambiants qui empoisonnent la France aujourd’hui !

 

Ils y trouveront une formation théorique adaptée à leurs besoins, dispensée sous forme de conférences magistrales suivies de questions-réponses et d’ateliers pratiques portant sur les différentes facettes du militantisme politique. Les formateurs sont issus du corps enseignant, de la Société civile, des professions libérales et des cadres nationaux et locaux du Mouvement. Le programme des conférences et autres activités est d’ores et déjà disponible sur le blogue de la Fédération : pour en savoir davantage, on peut s’y reporter ou me contacter par courriel ou téléphone.

 

Mais l’entraînement physique quotidien et les loisirs encadrés (des sorties à la plage, des circuits-découverte du patrimoine basque sont prévus) tiennent aussi une grande place dans notre Université d’été : mens sana in corpore sano !


Sous les pavés, la plage! (Photo D.R.)
 

A la fois sérieuse et libre, l’atmosphère d’un camp d’A.F. est unique. Pour avoir assisté à un certain nombre d’entre eux, je puis vous dire que les nouveaux camarades y sont très bien accueillis, et qu’on y apprend le véritable sens du mot « Communauté nationale » ; ce n’est qu’après avoir participé à un camp que l’on fait véritablement partie de la famille d’Action française.


Maxime Réal-del Sarte, fondateur des camelots du Roi et modèle de notre 56ème Université d'été (photo D.R.)
 

Question. – Comment s’annonce Biarritz 2008 ?

 

Réponse. – Sous les meilleurs auspices ! Cette 56ème édition veut retrouver les fondamentaux qui ont fait l’originalité et le succès des camps d’été de l’A.F. : vie en collectivité sous la tente, conférences en plein air, alliage de la formation de base à nos doctrines et au militantisme avec des causeries qui nourrissent l’action politique du reste de l’année ! Et, bien sûr, il y a ce que j’appellerai l’éducation par le milieu : l’apprentissage de la sociabilité d’Action française, avec ce qu’elle comporte de bonne humeur, de bonne chère, de chants, de souvenirs aussi… Il n’y a vraiment que dans une ambiance loyale de franche camaraderie, de fraternité entre les générations, éloignées des tracas de la vie quotidienne et de ses mesquineries, que l’on peut vraiment se donner pour toute la vie au service de la Cause nationale et royale !


Debout là-dedans! (Photo D.R.)
 

Question. – Un jeune n’a donc aucune raison de s’abstenir ?

 

Réponse. – Si c’est pour des raisons matérielles, non : il faut savoir que des solutions au cas par cas peuvent toujours être trouvées.

 

A plus forte raison cette année, pour marquer la continuité et la vitalité de notre école de pensée, il est absolument essentiel pour un jeune d’A.F. de participer à la 56ème Université d’été de Biarritz: c’est le lieu où il faut être ! D’autant que les études y seront dirigées par Stéphane Blanchonnet, successeur de Pierre Pujo à la présidence du Comité directeur de l’Action française, et que la journée « portes ouvertes » du 30 août sera une occasion unique de faire sa connaissance et d’envisager avec lui l’avenir de notre Mouvement !

 

Et puis, une Université d’été, c’est souvent la seule occasion, pour un jeune en quête d’une noble idéal auquel se dévouer, de découvrir l’Action française, de s’en faire une opinion par lui-même : qui peut s’en dispenser ?


 Saint Georges terrassant le dragon (Photo D.R.)


Question
. – Vincent Gaillère, je vous remercie d’avoir répondu si complètement à mes questions.

 

Réponse. – Tout le plaisir a été pour moi, je vous assure ! J’espère que vous viendrez à Biarritz 2008 !

 

Question. – Je n’y manquerai pas !


 

 

 

(Entretien réalisé par Rémy Perrin.)

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 21:00

La maîtrise de la 56ème Université d'été de l'Action française est heureuse de vous annoncer que les conférences de Biarritz 2008 seront mises en ligne en temps réel sur un site internet spécifique. Le blogue officiel de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française donnera en temps voulu le lien qui vous permettra de vous rediriger vers ce site dédié aux vidéos des différentes activités du camp.

Chaque intervenant se rendra disponique pour répondre aux questions légitimes que les internautes peuvent se poser dans les domaines les plus divers: histoire générale, locale et de l'A.F., - philosophie, - politique, - techniques du militantisme, - questions militaires, navales et de défense nationale, problèmes de reclassement du personnel militaire - haute intelligence, grande littérature et Langue françaises, beaux-arts, pratique de la musique chorale et instrumentale, - politique extérieure (Europe du Sud, questions nord-africaines, problèmes énergétiques), - médias, "nouvelles technologies de l'information et de la communication" (informatique-internet), -  entrainement physique & sports, arts martiaux, etc. etc...

Ainsi, ceux qui sont éloignés du lieu de l'Université d'été pourront malgré tout bénéficier de ses enseignements théoriques et pratiques qui y seront dispensés dans la droite ligne du Maître de Martigues, et respirer l'atmosphère d'A.F. qui y règnera. Restez connectés, vous en saurez plus dans quelques jours...


 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 14:00

Question. – Marie, est-il vrai que tu es la première inscrite à la 56ème Université d’été de l’Action française ?


Et vous, y serez-vous? (photo D.R.)
 

Réponse. – Oui, ce n’est pas bien difficile puisque c’est notre section qui l’organise. Je pense que ce sera un camp très intéressant car, après la disparition de Pierre Pujo que nous recevions tous les ans à Biarritz depuis l’an 2000, nous allons tirer les leçons du passé et tracer les perspectives d’avenir avec notre président, Stéphane Blanchonnet. 

 

Question. – Tu baignes dans l’Action française depuis ta tendre enfance ?

 

Réponse. – J’ai fait mon premier défilé de Jeanne d’Arc à l’âge de 5 ans. Arrivée à la statue de Jeanne, je me suis retrouvée entre Pierre Pujo et Michel Fromentoux et en photo dans le Journal de l’Action française. J’étais très fière. Ça a été le début d’une grande histoire d’amour entre l’Action française et moi.

 
Marie entre Pierre Pujo et Nicolas Kayanakis (photo D.R.)


Question
. – L’Action française et toi, une histoire d’amour… ou de raison ?

 

Réponse. – Les deux en fait, car la raison a pris le relais, avec la lecture de Maurras, de ses poèmes, de sa doctrine, la découverte de tout l’héritage gréco-latin, ce qui me sert d’ailleurs beaucoup pour mes études. Maurras, pour moi, c’est aussi la Provence que j’aime, le courage, la fidélité…


Maurras emprisonné à Clairvaux (photo D.R.)



Question
. – La fidélité ?

 

Réponse. – Oui, la fidélité de Charles Maurras à ses idées, jusqu’au bout, jusqu’à la prison… et la fidélité de Maurice et de Pierre Pujo à leur Maître. C’est d’ailleurs cet exemple que nous essayons de suivre et de faire vivre. En 1997, mon père a défendu Pierre Pujo devant les tribunaux contre les dissidents de l’époque ; dix ans après, nous avons organisé avec Michel Fromentoux et Vincent Gaillère une grande soirée d’hommage à Pierre Pujo qui venait de nous quitter. Je trouve donc naturel de m’investir personnellement dans le camp de Biarritz 2008 dans cet esprit de fidélité à l’Action française et à ce qui la caractérise : le Journal et son rédacteur en chef Michel Fromentoux, le Comité directeur et son président Stéphane Blanchonnet…
 

Question. – Jolis mots, mais concrètement ?...

 

Réponse. – Je suis chargée, avec mes sœurs, de l’accueil des participants, de l’intendance du camp, des Jeunes Filles royalistes et de leur « décrassage matinal » au stade Aguiléra tout proche où, avec un peu de chance, nous pourrons voir les joueurs de rugby du mythique Biarritz Olympique.


Le B.O. victorieux (photo D.R.)
 

Question. – Un début de journée en fanfare !

 

Réponse. – Mais il n’y a pas que ça ! On aura surtout des conférences de haut niveau données par des spécialistes de la doctrine maurrassienne, et des ateliers pratiques de militantisme qui seront retransmis en temps réel sur le blogue de notre Fédération !

 

Question. – Plutôt pas mal ! Dérouillage matinal, conférences, ateliers, certes, mais après, « on s’fait une p’tite bouffe » ?

 

Réponse. – Pour ça, on a une brigade spécialisée, déjà sur pied avec mes sœurs et les Gentils Membres de la section, très accros « bonne bouffe », sous les ordres de chefs cuistots extras, dont vous me donnerez des nouvelles…


Un dessert de la brigade à l'entraînement... (photo D.R.)

Question
. – Vous avez les bougies ? les gondoles à Venise ?

 

Réponse. – Non, on a mieux : les couchers de soleil, de la musique avec un groupe folklorique qui interprètera, en plus bien sûr des chants tradis d’Action française, de merveilleux chants basques et gascons, des chansons à boire, évidemment, avec les sardines grillées et le petit vin blanc frais qui vont bien… et tout cela face à l’Océan !


Rien de tel qu'un magnifique coucher de soleil pour clôre une journée de labeur... (photo: D.R.)
 

Question. – Et après, un bain de mer ?

 

Réponse. – Oui, on n’est pas à Biarritz pour rien !! On emmènera nos planches et on apprendra à ceux et celles qui veulent. Avec séance photos, pour revenir avec des souvenirs plein la tête !


N'oubliez pas la crème solaire! (photo D.R.)
 

Question. – Bref, un camp qui fera date ?

 

Réponse. – Oui, après avoir reçu près de dix ans Pierre Pujo rue de Parme, nous y ferons le camp afin de nous rappeler de bons souvenirs et de lui prouver une fois de plus notre amour et notre fidélité, à lui qui aimait tant venir ici !

 

Nous espérons donc tous que ce 56ème camp restera gravé dans les mémoires, puisqu’il se fait, quant à lui, dans un esprit de fidélité à l’Action française de toujours pour la France et le Roi !

 

Question. – Marie, je te remercie.

 

 

 

 

(Entretien réalisé par Rémy Perrin.)

 

 

Partager cet article
Repost0
publié par la Section de Toulouse - dans La fédération Grand Sud-Ouest dans les médias

Nos Principes Élitistes-Populaires Et Ce Que Nous Offrons: "du Sang, De La Sueur Et Des Larmes" (Churchill, Qui N'était Pas D'a.f.)